vins italiens

  • Dégustation du lundi 176

     

    dégustation,vins naturels,biodynamie,camembert,vins italiens,goût

    Retour au Clos, pour cette dégustation à 4, sans patte folle qui passe demain sur le billard. Premier flacon à la robe rubis clair et au nez de vin naturel, de jus de raisin, de fruits , mais pas très expressif. En bouche, c'est fondu et doux, sur des petits fruits rouges et noirs, de longueur moyenne, avec un peu de chaleur en bouche. On pense à un très bon Loire ou à un facile Côtes du Rhône et on se trompe : Chiroubles 2010 de O. Descombes en Beaujolais.

    Second flacon, à la robe identique, et au nez plus expressif et plus complexe sur des fruits compotés mûrs. La bouche est agréable, fondue, sur une belle matière et de l'acidité, et des tannins en finale. Clos Rougeard 2005 en Saumur Champigny, de Foucault.

    Le troisième flacon présente une robe noire et un nez parfumé sur une belle matière, intense, mais aussi de la finesse. En bouche, c'est vraiment très bon. On évoque un tout tout bon Languedoc. On est sur un melon au Porto un peu lardé, une très belle matière et une magnifique longueur, avec des notes de cabernet et de poivrons. Stoppa 2003 Colli Piacentini en Cabernet Sauvignon. Un vin italien bien meilleur que certains super toscans dégustés par certains il y a peu. Et, en plus, en vin nature...

    Le quatrième flacon - la déception de la soirée- aurait dû nous plaire s'il n'avait été complètement bouchonné... Fort dommage pour ce Vieux Château Certan 1990 en Pomerol. Et fort dommage pour nous aussi.

    Le cinquième et dernier flacon de la soirée présente une robe noire et un nez puissant et concentré. La bouche nous conduit en Languedoc-Roussillon, sur des notes de café. "Suis l'Etoile" du Domaine des Enfants en Vin de Pays des Côtes Catalanes. En biodynamie.

    La soirée s'acheva sur une polémique entre vins naturels et vins biodynamiques (les vins naturels sont-ils quasi tous biodynamiques?) et sur l'authenticité d'un camembert "Bonchoix" (Camembert de Normandie, AOP, fabrication artisanale, au lait cru, moulé à la louche) mais dont le texte "Camembert de Normandie" n'apparaît pas sur le flanc de la boîte. Enquête en cours.

    La suite des aventures du Clos lundi prochain, sous des températures bien moins clémentes.

  • Dégustation du lundi (41)

    Très bonne soirée de dégustation à 5, avec pour thème l'Italie. On débuta par un vin au nez typique (ils en font aussi en Italie?) à la robe rubis profond, au nez concentré, mais à la bouche légèrement pétillante, réduite, puis alcooleuse : un Montepulciano d'Abbruzzo 2004 d'Emidio Pepe (bouteille n° 3.565) Agricultora Bioiologica, bénéficiant, en plus , du label triple A (agriculteur,artisan et artiste). Suivi un vin à l'opposé du premier, avec de la vitalité, qui titille tout l'avant de la bouche et rien à l'arrière : très peu de goût et de fruits. Y. Leccia, Domaine d'E. Croce en Patrimonio 2005. Ok, c'est un vin corse : l'intrus de la soirée... On poursuivi avec un Brecciarolo Superiore 2003 en Rosso Piceno, issu d'une région inconnue d'Italie (mais quand même médaillé du titre de meilleur vin rouge d'Italie), composé d'un assemblage de Montepulcciano et de Sangiovese. Un vin italien comme je les aime, et sûrement le meilleur rapport qualité prix de la soirée. On continua avec un Brunello Di Montalcino "La Velona" 2002, au nez chimique et boisé : tout dans le pif et rien dans la bouche. Un vin fatiguant, qu'on n'a pas envie de terminer. Et on termina sur un Monte Faustino, Amarone Della Valpolicella Classico 2001, qui n'a rien à voir avec les délicieux Quintarelli dégustés il n'y a pas si longtemps... Un beau nez virant vers le Porto, mais une bouche fade et neutre. Difficile de déguster des vins sans avoir de repères, faute d'expériences italiennes...et dur dans les appréciations, j'en conviens ! Ceci devrait changer la semaine prochaine, puisque nous amènerons tous une bouteille qui fera plaisir à celui d'entre nous dont on fêtera l'anniversaire. A suivre.

  • La Fattoria

    Je reviens d'un dîner à la Fattoria à Watermael-Boisfort, un endroit que j'aime bien, en été, à midi, quand on peut déjeuner dans la cour, habillée de bambous, pour y déguster le magnifique buffet froid composé de dizaines de légumes, pâtes et carpaccio à l'italienne.Ce soir, cela commença fort mal, ma serveuse préférée étant absente, la Matrone idem, et encore plus grave : mon copain sommelier aussi ! Celui qui me fait découvrir LA bouteille qui n'est pas encore à la carte, qui est délicieuse et conforme à mes souhaits (un vin puissant, rond, souple, et sans ce côté sud ou alcoolisé qui caractérise trop souvent les vins du Sud), le tout pour un prix fort raisonnable. Pas de chance, ce soir, j'ai quasi été contraint d'accepter un Barolo 2000, certes très bon, mais beaucoup trop cher...alors qu'il y a tant de bons petits vins italiens ! Le dîner fût parfait. Juste un petit manque de sourires féminins, de jupons qui volent et l'impression de s'être fait plumé comme un touriste parcequ'on ne s'y connaît pas en vins italiens...Ce soir 6/10 et d'habitude 8,5. Comme quoi, il faut peu de choses pour avoir une bonne note !