troubles du sommeil

  • Les avions au-dessus de Bruxelles : pollution sonore et environnementale...

    Dans une déclaration commune, MM. Gosuin (Auderghem-FDF), Deleuze (Watermael-Boitsfort - Ecolo), Maingain (Woluwe Saint-Lambert - FDF) et Cerexhe (Woluwe Saint-Pierre -cdH), ont réclamé l'application stricte de l'arrêté de la Région bruxelloise fixant des limites de bruit à ne pas dépasser, et rappelé leurs exigences de voir étendu dans les plus brefs délais le réseau de sonomètres régionaux afin que ce dernier corresponde aux nouvelles trajectoires actuellement en vigueur. Pour eux, l'application de l'arrêté bruit comprend la perception systématique des amendes consécutives aux infractions.

    Les nouvelles procédures de vols mises en œuvre depuis le début du mois de février ne sont rien d'autre que l'exécution des accords de gouvernement de 2008 et 2010 de répartir de façon équitable les nuisances engendrées par les avions décollant et atterrissant à l'aéroport de Zaventem. Le principe de répartition équitable des nuisances a été par ailleurs validé par le Conseil d'Etat. 

    CartesSurvols20142.jpg

    Ces nouvelles procédures suppriment enfin la concentration de la quasi moitié des décollages vers la seule balise d'Huldenberg, ce qui représentait pour les habitants de l'Est de Bruxelles et de sa périphérie un matraquage sonore insupportable à des altitudes de 1.500-2.000 pieds (environ 500-600m). Les communes qui se plaignent aujourd'hui des nouvelles procédures sont elles survolées à des altitudes de 5000-6000 pieds soit à une altitude 3 fois plus élevée et avec une nuisance forcément bien moindre.

    Il faut noter qu'à Nice, par exemple, où l'aéroport est très proche de la ville également, les avions n'ont pas le droit de survoler cette zone à haute densité de population à moins de 2.000 mètres de hauteur, afin d'éviter toute nuisance sonore. Ce qui explique les grands cercles des avions au-dessus de la grande bleue, tant au décollage qu'à l'atterrissage... Si on pouvait faire la même chose au-dessus des champs de patates des environs de Zaventem, ce serait bien !

    Comme l'a récemment dit le journal LE SOIR, personne ne veut du bruit des avions. Seules deux solutions existent: soit on répartit la nuisance de façon équitable, on limite l'extension de l'aéroport et on supprime les vols de nuit , soit on déménage l'aéroport. Cette dernière solution nous semble irréaliste à court terme mais doit absolument être étudiée.

    Nous bruxellois, ne nous rendons plus compte du silence qui règne à Bruxelles quand il n'y a pas d'avions : nous sommes vraiment comme à la campagne, avec juste le chant des oiseaux dans notre verte capitale. Et nous acceptons aussi, sans nous plaindre, de nous faire réveiller tous les matins, week-ends compris, à 06H00 du matin, par des décollages intempestifs et incessants. Et de ne pas pouvoir nous endormir, avec ces vols nocturnes bruyants... Bande de moutons, portez plainte et faites bouger les choses ! Vous avez droit à une nuit paisible et complète ! Si personne ne bouge, pourquoi changeraient-ils quelque chose ? Par contre, s'ils (le ministre des transport, le premier ministre, les associations) ont des milliers de plaintes... Terriens, il est temps d'agir... Bougez-vous !