tannins

  • Dégustation du lundi (71)

    Bouteilles au choix et dégustation funambule ce soir ! Pour commencer, un blanc au nez de coing et de cidre, légèrement oxydatif. La robe paille et grasse. La bouche, sur du fruit mûr, grasse, et avec une belle acidité sur la longueur aurait sublimé une poularde de Bresse aux morilles. René's Chard, Mosse 2006, 100% Chardonnay en vin de Loire... Dur à deviner ! Le second, présenté en berlingot, n'avait ni nez, ni robe, puisque dégusté à la paille ! Quant à la bouche, vraiment pas terrible... Merlot et Cabernet Sauvignon 2006, Cordier, Appellation bordeaux Contrôlée. Un scandale, qui devrait être interdit, et bien déplorable pour l'appellation bordelaise ! Comment peut-on vendre du "vin" dans de tels berlingots tétrapack de 25 cl ? Abominable. Le troisième vin présenta un nez intéressant, qui parle, et laisse présager de bonnes choses. La robe, foncée, mais évoluée sur les contours. La bouche, sur des fruits mûrs, mais avec un problème de bouteille : vraiment pas à la hauteur de ce qu'elle aurait dû être. Pibarnon 2000 en Bandol. Le quatrième, bizarre, noir de chez noir, avec du gaz carbonique, et à la bouche horriblement tannique, avec beaucoup d'astringence, mais sur un fruit sympa : Domaine Mosse, Anjou 2006 en 100% Cabernet Sauvignon. Curieux de le boire dans 15 ans... "J'ai viré ma cuti : même le Mosse j'aime plus !" s'écria le grand crôlé du groupe... Le cinquième, à la robe noire également, mais aux contours légèrement rouilles, présenta un nez d'alcool et une bouche chaude sans grand intérêt : RR Rosso di Rossi 2005, Toscane en Sangiovese. Heureusement, la sixième bouteille sauva ce lundi soir parti dans tous les sens (et pas les meilleurs qui soient) : une robe orange ambrée, un magnifique nez confituré, avec des abricots sur une belle fraîcheur. Une bouche pleine, massive, visqueuse, douce, mais sur une fort belle acidité perdurante. Seulement 7° d'alcool pour ce Clos Jebsal 1991, Turckheim, Sélection de grains nobles, Tokay Pinot gris du Domaine Zind Humbrecht. Magnifique. Lundi prochain, Clos à 3 avec pour thème la Provence et la Corse, prélude aux vacances toutes proches...

  • La vinothérapie...

    J'ai toujours détesté boire de l'eau : c'est fait pour les poissons ! Je n'irai donc jamais faire une cure d'aquathérapie ou de balnéothérapie avec hammams, saunas, hydrojets, etc. Ce n'est pas pour moi ! Par contre, partir une petite semaine au Château Smith Haut Laffite à Martillac, juste à côté de Bordeaux, et y subir, contraint forcé, une cure de vinothérapie, là je suis partant ! Il faut s'imaginer les bains à la vigne rouge, les bains en barrique, les massages enivrants secs ou humides ou les enveloppements au merlot ! Cela doit être paradisiaque, d'autant plus qu'après tous ces exercices épuisants, deux restaurants gastronomiques, dotés d'une fabuleuse cave à vin, vous permettent de souffler un peu... Cela vous permet de faire le plein de polyphénols, de tannins, de vitamines, d'anti-oxydants et d'oligos éléments dont votre corps retirera tous les bénéfices. Seul hic, le coût de cette petite folie non remboursé par la mutuelle comme la balnéothérapie, un scandale ! Allez, un dernier et puis on reste...