survol de bruxelles

  • L'enfer dans le ciel bruxellois...

    L'enfer une nouvelle fois, ce samedi matin à 6H00 tapantes, avec un réveil en sursaut dû aux vrombissements infernaux d'une série incessante d'avions décollant de Zaventem et survolant la Région Bruxelles Capitale à bien trop basse altitude.

    Comme il était impossible de me rendormir, j'ai dû me lever, une fois encore, bien avant l'heure prévue... Je me suis branché sur le site http://www.flightradar24.com/50.88,4.41/12 pour observer qui étaient ces sauvages qui se permettaient de réveiller avant l'aube tous ces pauvres bruxellois.

    air-journal_easyjet-thomas-cook.jpg

    Et bien, ce sont des charters Thomas Cook et autres Jetair, plus quelques avions Brussels Airlines et quelques autres. Il faut absolument que vous alliez sur ce site http://www.flightradar24.com. Vous pouvez même faire un playback accéléré et voir tout ce qui s'est passé dans le ciel bruxellois de 6h00 à 8h00, par exemple. C'est effrayant !

    Ce qui est également remarquable sur ce site, c'est que l'on peut non seulement identifier quasi tous les vols, mais aussi vérifier leur altitude en temps réel. On voit également que tous les avions (j'ai bien dit tous) décollent en survolant la Région Bruxelloise, alors qu'il n'y avait pas de vent et qu'ils auraient très bien pu décoller dans l'autre sens, en évitant de réveiller un million d'habitants...

    Il est grand temps de régler ce problème qui nuit fortement à la santé des bruxellois : limiter les heures de survol de la capitale, limiter le nombre d'avions, limiter le niveau sonore des nuisances et faire respecter les décisions et encaisser réellement les amendes en cas de non respect des règlements.

  • Sans bagnoles, mais plein d'avions...

    Et voilà, un beau dimanche silencieux, sans voitures, camions, bus, motos : le rêve ! L'occasion de se réveiller plus tard, bercé par le chant des oiseaux. Et bien que nenni ! C'est sans compter le cauchemar journalier imposé par les politiciens flamands : le survol de Bruxelles ! J'ai donc déjà eu droit ce matin aux survols bruyants vers Héraklion, Frankfurt, Hurghada, Zurich, Vienne, Rhodes et Athènes, Warsaw, tout cela, juste au-dessus de ma tête, et dès 06h00 du matin. Juste après les vols de nuit de DHL et autres charters. Un véritable plaisir. C'est tel que quand un avion décolle, vous n'entendez plus la radio ou la télé. Et fenêtre ouverte, les décibels émis doivent allègrement dépasser ceux admis lors des concerts ou dans les discothèques. L'enfer ! Dans une commune verte où il fait bon vivre, qu'ils disent... Outre cette pollution phonique fort agressive subie par des milliers de Bruxellois avant 7H00 du matin, donc en pleine nuit, il faut ajouter la pollution atmosphérique énorme de ces gaz de combustions largués sur notre belle capitale. Cette effroyable pollution de l'air que nous respirons est tue par l'IBGE et Inter-environnement, alors qu'elle est analysée et dénoncée dans tous les autres pays... Portons plainte, faisons-nous entendre, faisons-nous membres des associations de riverains, votons pour les hommes politiques qui se battent contre le survol de Bruxelles. Ne subissons pas toutes ces agressions nocives pour la santé avec fatalité. Terriens, il est temps d'agir...

  • A 2 doigts de la cata...

    Un avion-cargo de la compagnie américaine Kalitta Air s'est brisé en deux avant le décollage, dimanche, vers 13 h 30, à Bruxelles National, en bout de piste 20. Il n'a pas eu le temps de survoler Bruxelles. Quatre des cinq personnes à bord – l'équipage, américain – ont été très légèrement blessées. Le Boeing 747 transportait 76 tonnes de matériel et faisait route vers Bahreïn. Un plan catastrophe a été déclenché et un périmètre de sécurité tracé afin de colmater une fuite à l'un des réservoirs qui laissait échapper du kérosène. Les pompiers et polices des communes voisines ont été sollicités mais, selon le gouverneur du Brabant flamand, Lode De Witte, la sécurité des populations n'a pas été menacée. Ce serait arrivé 1.000 mètres plus loin, on aurait alors parlé de catastrophe nationale... Dimanche, le secrétaire d'Etat à la Mobilité, Etienne Schouppe, a déclaré que rien ne pouvait mettre en cause la piste de décollage et qu'il fallait attendre les résultats de l'enquête du parquet. Les appareils de Kalitta Air sont connus pour leurs avaries à répétition. De bonne source, on a indiqué que « l'avion, ancien, trop chargé, avait dû utiliser en côte, comme c'est le cas pour tout autre décollage le dimanche de 6 à 17 h, la piste 20, la plus courte (2.000 m) et la moins bien équipée ». Jusqu'à l'entrée en vigueur du « plan Anciaux » de dispersion des vols, en avril 2004, cette piste 20, secondaire et « de secours » depuis 1958, ne servait pas au décollage, de jour. Sa dangerosité a été pointée à trois reprises par le Conseil d'Etat. Et l'étude commandée par Biac au bureau AAC révèle que « l'utilisation de cette piste, au décollage, réduit dangereusement les marges de sécurité à Bruxelles National ». Plus longue (3.000 m), la piste 25 R est plus confortable et mieux équipée. « Mais les avions qui l'utilisent, ironise un proche du dossier, survolent le jardin de Bert Anciaux », l'ex-ministre, auteur du plan qui porte son nom. Les cinq bourgmestres de l'est de Bruxelles et les associations de riverains exigent de leur côté qu'on mette fin à « toute utilisation abusive, illicite et dangereuse de la piste 20 ». Anciaux, Schouppe et consorts ont eu beaucoup de chance : ils ont failli voler en prison. Les bruxellois ont aussi eu beaucoup de chance, eux qui subissent la forte pollution de ces décollages et atterrissages au-dessus de leur ville verte, sans parler des nuisances sonores... Dernière question : qui autorise un vieux Boeing de 30 ans, d'une compagnie aérienne connue pour ses problèmes techniques, de décoller de Zaventem et de survoler la Capitale ?

  • Les poisons du ciel...

    Longtemps, les nuisances aériennes, réduites au bruit, nous cassaient les oreilles. Aujourd'hui, élargies à la pollution chimique, elles peuvent tuer. Surtout l'été, lorsque les aéroports réalisent 40% de leur trafic annuel. «En 2003, le terrible épisode caniculaire a permis de stigmatiser le rôle des gaz d'échappement provenant des avions», s'exaspère Sébastien Trollé, auteur des "Poisons du ciel". Un mouvement aérien dure en moyenne quarante-trois minutes et se décompose en quatre phases pendant lesquelles sont émis différents types de polluants: l'approche (descente et atterrissage); le roulage à l'arrivée et au départ, où la combustion de carburant libère essentiellement du monoxyde et du dioxyde de carbone; enfin, le décollage et la montée produisent surtout des oxydes d'azote. Dans l'atmosphère, les gaz à effet de serre émis par les avions seraient responsables, selon les calculs de la Commission intergouvernementale sur le changement climatique (IPCC), d'au moins 3,5% du réchauffement planétaire. Au sol, ces émissions ont des effets directs sur la santé: irritation des bronches, sensibilité accrue aux infections microbiennes, baisse de l'oxygénation sanguine, asthme, bronchites, voire cancers des poumons. Au total, en Ile-de-France, la pollution atmosphérique issue des activités aériennes équivaudrait à celle de deux boulevards périphériques! Et ce n'est qu'un début: le trafic aérien autour de Paris devrait doubler d'ici à 2020. Idem pour Bruxelles, survolé quotidiennement. Ce qui est fort étonnant est le mutisme le plus complet observé par l'IBGE (Bruxelles-Environnement), et par le site Web de la Cellule Interrégionale de l'Environnement (CELINE - IRCEL), qui étudient de fort près la pollution de l'air à Bruxelles (et ailleurs), mais qui n'abordent pas celle émise par les avions. Malgré mes demandes répétées : aucune réponse ! A croire que ce sujet tabou au niveau politique les rend muets ! En attendant, on déguste. Comme toujours...

  • Le survol de Bruxelles...

    Depuis que des décisions de justice récentes permettent au Gouvernement bruxellois de faire respecter un cadastre du bruit et d'appliquer des amendes aux avions bruyants, à ceux qui volent la nuit et à ceux qui survolent Bruxelles alors que les vents dominants imposent aux avions de décoller dans l'autre sens, plus rien ne bouge ! Soit ils n'osent pas, soit ils sont tous corrompus, soit ce sont des marionnettes et ils ne décident rien car on décide pour eux... Pourquoi les avions ne décollent-ils pas comme à Nice afin de ne pas dépasser la limite du ring, pourquoi suis-je réveillé avant l'aube (y compris le week-end) par 80 décibels alors que la norme, la nuit est de 25 ? Qui commande tout cela ? Qui sera accusé en cas de crash au dessus de Bruxelles ? Qui sera tenu responsable des milliers de malades (dépressions, asthme, cancers,...) atteints par la pollution effroyable qu'ils dégagent et dont personne ne parle jamais (voyez le lien : c'est édifiant !) ? Remplissons des pétitions et gueulons un grand coup avant les élections. Arrêtons de tout supporter comme des moutons, unissons-nous pour faire bouger les choses ! L'avenir de notre belle ville en dépend, la qualité de son air et notre santé aussi. C'est important, non ?