solidarite

  • CULTIVONS un autre monde avec les semences bio d’Oxfam...

    J'ai acheté quelques sachets de semences dans une boutique Oxfam. D'abord, j'aime bien le concept. Ensuite, j'y ai trouvé un mélange de semences pour abeilles et papillons, des insectes pollinisateurs en voie de disparition suite à l'utilisation de tous des pesticides et insecticides utilisés dans la culture traditionnelle. 

    Unknown.jpeg

     

    J'ai aussi trouvé de magnifiques graines de capucines "Tropaeolum Majus", des fleurs comestibles au goût incroyable sur un carpaccio de Saint Jacques, ou dans des salades. Une capucine grimpante (jusqu'à 3 mètres) qui fait des fleurs jusqu'aux premières gelées. Je vous dirai quoi !

     

    Unknown-1.jpeg

     

    Choisissez les semences CULTIVONS pour vos jardins et pots cette année. Vous retrouverez parmi l'assortiment Oxfam des herbes aromatiques, des légumes, des salades, des fleurs comestibles et un mélange spécial pour prendre soin des abeilles et papillons.

     

    Unknown-3.jpeg

     

    Pourquoi Oxfam-Solidarité s'est-elle lancée dans la commercialisation d'une vingtaine de variétés de semences ? Avec les semences CULTIVONS, Oxfam-Solidarité appelle à l'action et à mettre littéralement la campagne CULTIVONS dans nos assiettes. Il s'agit de promouvoir l’agriculture locale, base d’un développement réellement durable, ainsi que la biodiversité.

    images-1.jpeg

     

    En choisissant des semences CULTIVONS, vous payez un prix juste et vous contribuez à la biodiversité en ne vous limitant pas aux variétés courantes vendues en magasins. Vous diminuez également votre impact sur l’environnement. Car du jardin à votre cuisine, pas d’émissions de gaz à effets de serre. Enfin, vous éliminez tous les éléments d’emballage dans le processus qui mène les produits de la ferme à votre assiette.

     

    images.jpeg

     

    Oxfam a mis au point d’un mélange unique pour abeilles et papillons. Avec ces semences, vous obtiendrez en un an ou deux un joli coin fleuri dans votre jardin ou sur votre terrasse dont vous pourrez profiter chaque été. Mais pas seulement… Vous créerez aussi un endroit unique où papillons et abeilles se sentiront comme chez eux. Parfait, puisque des insectes sont essentiels pour réaliser une agriculture durable.

    Biosano importe et distribue des produits secs, des vins et des semences biologiques. A l’écoute des producteurs, Biosano les encadre et leur assure une juste rémunération. Le partenaire d'Oxfam privilégie également les petites entreprises bio et les coopératives de petits paysans tout en se penchant sur le développement social.

    Pour ses semences, Biosano collabore entre autres avec Bingenheimer Saatgut, une coopérative de plus de 100 jardiniers d'Allemagne, des Pays-Bas, de France et d'Italie. Cette société fournit des semences biodynamiques aux jardiniers professionnels et amateurs et aux magasins d'alimentation biologique. Bingenheimer travaille aussi bien avec de nouvelles variétés issues de l'amélioration biologique qu'avec des variétés traditionnelles héritées de la cuisine de grand-mère. Les sachets de semences CULTIVONS ont été remplis dans l'atelier social de Bingenheimer.

     

    Unknown-4.jpeg

     

     

    Informations pratiques

    Le prix des semences varie en fonction du chiffre indiqué en haut à droite du sachet :

    1 = 1,75€; 2 = 2,59 €; 3 = 2,95 € ; 4 = 3,95 €.

    Pour trouver la boutique la plus proche, consultez la liste des points de vente Oxfam.

     

  • Vivons simplement...

    La simplicité volontaire est un mouvement qui existe depuis des millénaires, même si le terme est très récent. Il y a 2500 ans, Socrate vivait une existence très simple et il croyait que celui qui possédait peu était plus près des dieux et de l'univers.

    L'idée est de chercher la simplification pour améliorer sa qualité de vie. Cette philosophie de vie est née de la constatation que la consommation n'apporte pas le bonheur, mais que seule la spiritualité apporte le bonheur véritable, que nul ne peut nous ôter. Dans la société de consommation, on consacre son temps à gagner toujours plus d'argent pour satisfaire des besoins matériels. Le principe de la simplicité volontaire est de moins consommer, donc d'avoir moins besoin d'argent et moins besoin de travailler. En vivant en dessous de ses moyens, on gagne alors du temps pour ce qui est important pour soi.

    La simplicité volontaire n'est pas la pauvreté ni le sacrifice. C'est un choix de vie délibéré.

    La simplicité volontaire, dans le sens où elle limite la consommation de biens matériels, contribue à ralentir la destruction des ressources naturelles. De la même façon, le refus du gaspillage permet d'économiser l'eau, l'électricité et toutes les formes d'énergie.

    La simplification commence par remettre en cause les habitudes prises parfois sous l'influence de la publicité et de la télévision. Mais a-t-on vraiment besoin de 20 détergents différents (un pour chaque type de surface)? A-t-on besoin de 10 crèmes de beauté différentes (une pour chaque partie du corps)? A-t-on besoin du dernier lecteur DVD sorti sur le marché? La simplicité volontaire est une démarche propre à chacun qui commence par la définition de ses vrais besoins et envies.

    C'est aussi alléger sa vie de tout ce qui l'encombre et privilégier l'Être plutôt que l'Avoir. La simplicité volontaire valorise les relations humaines et la solidarité : l'entraide permet en effet de résoudre bien des problèmes. On peut citer l'exemple des systèmes d'échanges locaux (SEL) basés sur le troc.

    Pratiquer le désencombrement. Par exemple, ne garder que les papiers vraiment importants et les livres que vous adorez. Vous avez alors besoin de moins de meubles de rangement, de moins d'espace, et donc de moins de produits d'entretien.

    Le service public est utile quand on veut se simplifier la vie. Le recours aux transports collectifs, aux piscines ou bibliothèques publiques évite des achats (par exemple l'achat d'une voiture).

    La simplicité volontaire implique souvent de chercher l'autosuffisance, c'est-à-dire faire soi-même au lieu d'acheter, par exemple en jardinantcuisinantcousant, de même qu'en construisant ou retapant sa maison.

    L'idée est aussi de privilégier la valeur d'usage : avoir pour avoir n'a aucun intérêt. N'ayez que des choses que vous utilisez vraiment. Un livre que vous n'avez pas relu depuis dix ans, c'est un livre qui aurait plutôt sa place dans une bibliothèque. Un vêtement que vous n'avez pas porté depuis un an pourrait être déposé dans une association. Vous allez rapidement vous rendre compte qu'en fait vous n'avez pas besoin de grand-chose!