slowfood

  • Education au goût ...

    L’éducation au goût est une des principales priorités de Slow Food, encore soulignée par Carlo Petrini lors du dernier congrès de Slow Food à Naples. Sa finalité est d’éduquer les adultes et leurs enfants à être davantage sensibles au vrai goût des aliments pour qu’ensuite ils choisissent de manger des aliments « bons » à manger c'est-à-dire bons au goût et bon pour la santé. Il y a urgence car des statistiques récentes nous apprennent que la génération de jeunes qui arrivent à l’age adulte est « déculturée » sur le plan gastronomique. En effet, il n’y a plus transmission des recettes par les mères et les préférences gustatives vont vers une gastronomie vite faite et qui privilégie davantage la traçabilité alimentaire que le goût des aliments. Cependant on s’aperçoit que les enfants dont les parents ont été soucieux de leur faire découvrir une cuisine variée, faite maison, originale, ont un goût davantage développé et beaucoup moins de préférence pour les fast food et tout ce qui attire la majorité des enfants, et une plus grande curiosité pour des goûts nouveaux. Il ne faut pas oublier que le goût se façonne en mangeant et que les bases d’une formation sensorielle : savoir goûter et juger, comme d’une culture alimentaire : savoir cuisiner, se forgent en pratiquant et en savourant. Qui mieux que les parents et les grands parents peuvent donner cette éducation ? Les cuisiniers l’avouent souvent : c’est la cuisine de leurs grand-mère ou de leur mère qui leur a donné l’envie et le goût de faire la cuisine. Parents et grands parents, vous savez ce qu'il vous reste à faire pour aller dans le bon sens... Sinon, dans 20 ans, on ne trouvera plus que des Quick et des Mac'Donalds...

  • Colors magazine n°69 : à acheter !

    Thich Nhat Hanh est un bouddhiste Vietnamien qui vit lentement. Il nous raconte que nous devons exister dans le moment présent, prendre notre temps, appréhender les conflits avec calme, et que quand nous nous brossons les dents le matin, nous devrions juste nous brosser les dents. Il méprise l'impatience. Tout va de plus en plus vite, nous sommes de plus en plus efficaces et productifs, juste pour l'argent. Nous avalons en vitesse un repas au micro-ondes pour pouvoir travailler encore plus, les enfants ont droit à une histoire d'une minute avant d'aller dormir, car les parents sont occupés. Les autos ressemblent plus à des avions qu'à des voitures. Internet donne accès à tout, tout de suite. Et la production alimentaire suit les pressions du marché pour fournir des vivres standards, bon marché et faciles à distribuer : la santé et la nutrition ne sont pas des priorités. Et dans tout ce bouillonnement, le calme survit grâce à des initiatives comme Terra Madre, une toile mondiale de petits producteurs locaux qui représentent une force dans cet univers de production de masse. Ces gens-là prennent leur temps, respectent la nature et les saisons, n'utilisent ni engrais, ni produits chimiques et produisent des aliments sains. Aller lentement présente beaucoup d'avantages, bien loin derrière l'argent. Ils traitent notre alimentation comme nous devrions nous traiter nous-mêmes. La rapidité a un bon côté : elle fait apprécier d'autant plus le fait d'aller lentement. COLORS 69 : "Retour à la Terre", vous demande de ralentir, le temps de rencontrer ces quelques personnes et les aliments qu'ils produisent. Après tout, vous et vos choix alimentaires définiront ce que nous mangerons dans le futur. Ce magazine sort lundi en librairie. Un beau plaidoyer pour un retour à la normale. A acheter ! Et à lire, lentement....

  • Aide au maintien de la biodiversité...

    L'Arche du Goût est un inventaire de produits orphelins organisé par Slowfood selon les critères de sélection suivants : Les produits doivent être d'une qualité gustative exceptionnelle, celle-ci étant conçue dans le contexte des traditions et usages locaux.Les espèces végétales, variétés ou écotypes, les races ou populations animales doivent être indigènes, ou bien acclimatées sur une période longue à moyenne à un territoire spécifique. Elles doivent être liées à la mémoire ou l'identité d'un groupe. Les matières premières doivent être produites localement, et/ou traitées, transformées, affinées selon les techniques traditionnelles locales. Si elles viennent d'une zone extérieure à la région, cet appel à des ressources extérieures doit être traditionnel. Les additifs utilisés dans la fabrication du produit (épices, arômes, condiments), d'où qu'ils viennent, doivent faire partie des usages traditionnels. Les produits doivent être liés écologiquement, socio-économiquement et historiquement à une région précise. Les produits doivent être produits en quantités limitées, par des exploitations agricoles ou des entreprises de petite taille.Les produits doivent courir un risque réel ou potentiel d'extinction. S'ils sont en voie de relance, cette relance doit encore présenter des caractères de fragilité. Après avoir dressé cet inventaire, Slowfood met en place "Une Sentinelle" qui est un projet pour la sauvegarde et la promotion du patrimoine alimentaire et de la biodiversité agricole. Ce projet concerne en général un produit alimentaire. Il associe Slow Food, des producteurs, et des partenaires qui apportent un soutien technique ou financier. Et c'est comme cela qu'on évite de voir disparaître des espèces animales ou végétales et qu'on conserve la biodiversité. C'est hyper important ! Merci à Slowfood pour son Arche du Goût !