sauvage

  • Saumons d'élevage...

    En 2006, environ 790.000 saumons et truites sont passés entre les mailles des filets des centres d'élevage norvégiens, contre 722.000 l'année précédente, et mettent en péril les poissons sauvages à qui ils transmettent des parasites. "Le pou du saumon est le plus à craindre", explique Espen Farstad, de l'organisation chasse et pêche NJFF. Petit crustacé marin qui vit dans l'eau salée, ce pou mord la peau du saumon jusqu'au sang, se nourrit de son mucus et entraîne la mort des moins résistants. Le saumons sauvages sont les plus vulnérables lors de la remontée des rivières. "A l'avenir, c'est tout le système génétique de la faune sauvage qui pourrait être modifié", met en garde M. Farstad. Pourtant, le "laks" ("saumon" en norvégien) fait l'objet d'une surveillance sans relâche. Caméras sous-marines sophistiquées et plongeurs guettent le moindre trou dans les filets des cages d'aluminium qui reposent par 35 mètres de fond. Ces fuites sont "un crime pour l'environnement", dénonce Peter Gullestad, à la tête de la Direction norvégienne de la pêche. "La Norvège est face à son plus important défi écologique", affirme-t-il à l'AFP.Les saumons fugueurs transportent des parasites qui menaçent tout l'écosystème marin.Le Lepeophtheirus salmonis est la bête noire de l'industrie de la pêche en Norvège. "Nous faisons tout pour éviter que les saumons s'échappent de leurs cages pour infecter les rivières environnantes", assure Bernt Wictor Haugen, éleveur de la région du Finmark, à quelques encâblures du Cap Nord. Homme-grenouilles, bains anti-poux, antibiotiques, vaccins, tous les moyens sont employés pour faire co-exister en harmonie le saumon d'élevage et la pêche commerciale. Mais pour les organisations de défense de l'environnement, ça ne suffit pas. "Les éleveurs ne prennent pas le problème assez au sérieux. Il faut punir les centres d'élevage défaillants", affirme Maren Esmark de WWF Norvège. Elle demande des sanctions plus sévères de la part des autorités à l'encontre des éleveurs laxistes. Au ministère de la Pêche, la fugue des saumons est pourtant une priorité. Il s'agit de défendre une réputation mondiale. Bref, comme vous venez de le lire, votre superbe saumon fumé du réveillon a été vacciné, a reçu des antibiotiques et des bains anti-poux, sans parler de son alimentation (hormones de croissance, OGM,...?) et des colorants donnant à sa chair une belle teinte commerciale ! Et en plus de tout cela, il est responsable de la disparition du vrai saumon sauvage... Il ne vous reste pas au travers de la gorge ?