saint julien

  • Dégustation du lundi (91)

    Toujours à 4 (le ricain rentrant demain soir avec la meilleure bouteille U.S.), dégustation à l'aveugle sur le thème des St Julien.  St Julien, la plus petite appellation de la rive gauche (avec 893 Ha) compte le plus grand nombre de crus classés (11). Robe noire pour les 4 bouteilles : c'est normal. 

    Premier flacon, au nez discret, vanillé et boisé, et à la bouche assez stricte style planche à bois : Les Fiefs de Lagrange 2006 Saint Julien. Bonne mise en bouche, mais un second vin est toujours trop cher pour ce que c'est : il ne faut plus en acheter.

    Second flacon, au nez plus profond et élégant, sur de la violette et un léger boisé fondu. En bouche, un millésime chaud, mais encore jeune, frais, et avec une belle vigueur. Beau fruit, belle longueur, bel équilibre : Château Branaire (Duluc-Ducru) 2000 Saint Julien GCC. Très agréable, sans les excès du 2000, et d'une formidable jeunesse : dentelles et aérien.

    Troisième flacon, au nez de bordeaux classique, plus évolué, plus concentré, sur des notes de musc et de sous-bois. La bouche, noble et fondue, rappelle le Braque aux arrêts (c'est nouveau, cela vient de sortir). très belle bouteille, malgré un peu de sécheresse en finale : Château Léoville Barton 2000 Saint Julien GCC. Equilibre parfait.

    Dernier flacon, au nez encore plus évolué. En bouche, c'est un autre style, plus gourmand et plus complexe que le précédent. Plus mâle et moins souple aussi. Château Ducru-Beaucaillou 2000 Saint Julien GCC. Et une fois de plus, l'ordre de dégustation, déterminé au hasard, est parfait.

    Lundi prochain, le thème "Pour la soif" devrait permettre de juger des vins selon le critère de la buvabilité. Tout un programme. Qui vivra dégustera...