respect de la nature

  • Dégustation du lundi 212

    Fort belle dégustation à 3, après avoir vendangé le Merlot du Clos.

    Un premier vin à la robe dorée claire et au nez floral (aubépine, rose), agrumes et amandes. En bouche, de la fraîcheur, du citron, une belle acidité naturelle, de la longueur et du gras : c'est très bien fait. Je pensais être en Chardonnay et on est en Sauvignon... Saint Bris 2011 d'Alice et Olivier De Moore. Le seul Bougogne en Sauvignon, à côté de Chablis, en vin naturel et biodynamie.

    photo.jpg


    On passe aux rouges, avec un premier vin à la robe pourpre et au nez, pour moi, très parfumé, bonbon acidulé, étranger. La bouche est sans personnalité, facile, lisse, pas très longue et chaude : Le Canon du Maréchal 2011, Syrah Merlot du Domaine Cazes, Côtes Catalanes, Rousillon en biodynamie. Pas terrible...

    Le second rouge présente une robe fort claire et un nez discret sur de la fumée. En bouche, c'est léger, sur le fruit, pas trop alcoolisé et avec une petite sécheresse en finale. Mais c'est néanmoins agréable à boire : Irancy 2009 Bourgogne de Vincent Dauvissat (mis en bouteilles à Chablis), qui fait quand même quelques bouteilles de rouge depuis 2003.

    Quatrième flacon à la robe noire et au nez complexe sur des notes de réglisse, violette, cassis, lardées, saignantes et sanguines, profondes. En bouche, bien que ce soit massif, belle finesse du fruité en attaque, fraîcheur et belle longueur. L'un d'entre-nous voyait un 2005. Chardon Marie 2011, Terre des Chardons en Costières de Nîmes, Rhône. Une première cuvée spéciale en 2011, pour ce vin qu'on apprécie tous.

    On aurait aimé terminer la soirée sur un flacon prometteur, mais hélas bouchonné : Armonio rouge 2009 Languedoc Roussillon, de Luc Baudet et Louis Mitjavile. Seconde bouteille bouchonnée en 2 semaines, achetée sur Vinatis. J'espère ne plus avoir la blague avec les 10 suivantes... La suite lundi prochain...

  • Le Bio a le vent en poupe...

    L'Agence BIO est un groupement d'intérêt public en charge du développement et de la promotion de l'agriculture biologique en France. Elle regroupe le ministère de l’agriculture et de la pêche, le ministère de l’écologie, l’Assemblée Permanente des Chambres d’Agriculture (APCA), la Fédération des coopératives agricoles (Coop de France), la Fédération Nationale d'Agriculture Biologique des régions de France (FNAB) et le Syndicat national des transformateurs de produits naturels et de culture biologique (Synabio).

    Dans un rapport de l'Agence Bio qui vient de paraître, la France enregistrait 20 600 producteurs bio fin 2010, soit une hausse de 50 % par rapport à 2008. De 2009 à 2010, plus de 4 100 nouveaux agriculteurs se sont lancés dans l’agriculture biologique. Au total, on recensait plus de 30 000 opérateurs engagés en agriculture biologique à la fin de l’année 2010, soit plus de 5 000 opérateurs supplémentaires par rapport à 2009. Parmi ces opérateurs, on comptait 2 800 distributeurs, 7 300 préparateurs, 20 600 producteurs et environ 260 importateurs.

    Et en terme de surfaces cultivées sur le territoire français, les surfaces conduites en agriculture biologique ont augmenté de 23,5 % en 2010 par rapport à 2009. Fin 2010, on estimait à 836 000 le nombre d’hectares conduits en agriculture biologique, dont environ 261 000 en conversion et 576 000 en bio. 

    Bref, le Bio a le vent en poupe. Et sa croissance exponentielle ne pourra plus être stoppée, tant la demande des consommateurs est forte. Ils sont soucieux de la qualité de ce qu'ils mangent et du goût des aliments, et ne font plus confiance aux multinationales agro-alimentaires, à la culture et à l'élevage intensifs, dont les aliments sont bourrés d'additifs alimentaires douteux, de conservateurs, de pesticides et autres traces de produits cancérigènes.

    Un juste retour vers la tradition, les produits de saison, le respect de la nature, de l'environnement et de la biodiversité. La renaissance des produits de terroirs et du goût. Le vrai. Celui que l'on avait presque oublié...

  • Nouvelle culture économique...

    La double crise - climatique et financière - actuelle présente un trait culturel marquant : elle a ébranlé la confiance que, depuis plusieurs dizaines d’années, nous accordions à certaines élites de la finance. Pendant longtemps, les écolos, les contestataires, les naturalistes, les curés et autres rigolos, restèrent marginalisés par la culture ambiante, grâce à l’autorité qui émanait de certains dirigeants ou inspirateurs issus des sphères financières.

    Depuis dix à vingt ans, certes, un renouveau était en marche, mais il n’avait pas encore atteint le seuil à partir duquel les idées et les pratiques des minorités pensantes et agissantes peuvent devenir une référence - une source de légitimité - pour le plus grand nombre. L’unanimité récente qui s’est faite au sein du GIEC, puis la déchéance de quelques grands noms de la finance internationale ouvrent la voie à l’émergence ou à l’enracinement d’une nouvelle culture économique. Pour consolider le mouvement, il importe de promouvoir les nouveaux concepts et les nouveaux symboles qui peuvent alimenter cette culture. Au rang des concepts, quatre piliers retiennent l’attention.

    Le premier pilier d’une nouvelle culture économique est une redéfinition de la valeur. Tous les produits et services qui respectent la nature et qui élèvent l’homme, valent un effort économique; les autres, non.

    Dans l’économie nouvelle, le travail est considéré comme élément fondamental de la dignité de l’homme. Aussi, faut-il donner, à tous les travailleurs, des marques égales de considération. Réciproquement, on peut attendre de chaque travailleur qu’il s’efforce de donner le meilleur de lui-même, ce qui n’est possible que si son travail s’inscrit à l’intérieur d’une mission globale à laquelle il peut adhérer.

    Le troisième pilier de la nouvelle culture économique est un rapport à l’argent et aux loisirs, fondé sur la modération et la recherche de l’essentiel. Un mode de vie sobre, nourri par les contacts avec la nature et par la communication avec les autres, comblera les citoyens de la nouvelle économie.

    Rien de tout cela n’est possible sans un quatrième pilier : une conscience individuelle approfondie et forte, une prise en main de chacun par lui-même, une intériorité lui permettant de diriger son existence, de l’affranchir de tous les prescrits extérieurs dictés par des intérêts particuliers, comme le sont la mode et la publicité.

    On dit, à raison, que le communisme et le capitalisme ont tous les deux fait faillite. Oui, car il s’agit de deux formes de totalitarisme, de domination de quelques-uns sur tous les autres. On dit aussi, à raison, que l’économie de marché et la démocratie politique sont les moins mauvaises formes de gouvernement des hommes. Oui, à condition de les protéger, l’une et l’autre, de toute idolâtrie et de les exposer, en permanence, à la critique constructive de la conscience personnelle.

    Extraits de l'article d'Eric Causin, paru dans La Libre de ce week-end.

  • Où trouver des paniers Bio à Bruxelles...?

    Voici la liste des points de vente bruxellois où vous pourrez vous approvisionner en paniers Bio, en direct des fermes wallonnes. Produits sains et goûtus, de saisons, sans pesticides et autres produits chimiques, et dont la culture ou l'élevage respectent l'environnement :

    Bio Lounge 

    Rue de l’Enseignement 116-120 

    1000 Bruxelles 

    02/218.54.00 

    info@biolounge.be 

    http://www.biolounge.be/ 

    Cookitude 

    Rue des Tanneurs 62 

    1000 Bruxelles 

    02/290.63.90 

    info@cookitude.com 

    www.cookitude.com 

    Ignace Sépulchre 

    Mercredi matin 

    au marché de la place Sainte Catherine 

    1000 Bruxelles 

    Jeudi de 7h à 13h 

    au marché du Boulevard du Souverain 

    1160 Bruxelles 

    083/61.30.31 

    ignacebio@gmail.com 

    Le Thym Frais 

    Chaussée d’Helmet, 184 

    1030 Bruxelles 

    02/215.01.10 

    genevieve.brouhon@skynet.be 

    Bio-Shanti 

    Avenue Adolphe Buyl, 70 

    1050 Bruxelles 

    02/647.88.60 

    bioshanti@skynet.be 

    www.bioshanti.be 

    Bio Corner 

    Place St Job, 12 

    1180 Bruxelles 

    02/372.39.78 

    biocorner@skynet.be 

    Gokan 

    Avenue Albert 8 

    1190 Bruxelles 

    02/346.07.27 

    info@gokan.be 

    www.gokan.be 

    La Bouch’Bio 

    Samedi de 8h à 13h 

    au marché du Gué 

    1200 Woluwe Saint-Lambert 

    081/71.75.17 

    labouchbio@skynet.be 

    http://www.labouchbio.com