residus

  • Un petit coup ?

    Les associations du réseau européen d’action contre les pesticides PAN-Europe ont procédé à l’analyse de 40 bouteilles de vin rouge (34 bouteilles traditionnelles et 6 bouteilles de la viticulture biologique) en provenance de France, d’Autriche, d’Allemagne, du Portugal, d’Afrique du Sud, d’Australie et du Chili. Il en ressort que tous les vins issus de l’agriculture non-biologique étaient contaminés, chaque échantillon prélevé contenant en moyenne plus de 4 résidus de pesticides, les plus suspects jusqu’à 10 résidus. Les niveaux de contamination constatés dans les analyses ne dépassaient cependant pas les limites normales autorisées pour le raisin. PAN-Europe souligne toutefois que les niveaux de contamination observés dans le vin sont considérablement plus élevés que ceux tolérés pour les pesticides présents dans l’eau du robinet (5.800 fois plus élevés dans un cas). « Le problème n’est pas lié à la qualité des vins », a souligné un membre de l’organisation, Elliott Cannell, précisant que « trois bouteilles de crus français analysés valaient plus de 200 euros chacune ». Parmi les vins sélectionnés pour l’enquête, se trouvaient trois Bourgogne (dont deux Premiers crus) et sept Bordeaux (dont trois Crus classés) de villages prestigieux. Quant aux six vins biologiques sélectionnés, seul l’un d’eux comportait de faibles traces de pesticides, sans doute en raison de la pulvérisation de parcelles voisines. L’eurodéputée verte Hiltrud Breyer, membre d’une commission sur la sécurité alimentaire, a jugé le résultat de l’enquête « alarmant mais prévisible ». « Bien que les concentrations soient inférieures à celles détectées récemment dans les fruits et les légumes, les résidus sont composés de pesticides plus nombreux », a-t-elle souligné. Vingt-quatre pesticides ont été identifiés dans cette mini-enquête, dont quelques uns classés comme potentiellement cancérigènes, toxiques pour la reproduction ou le développement, ou perturbateurs sur le plan endocrinien. Les Verts européens jugent que les producteurs de vins, fortement influencés par l’industrie des pesticides, pourraient réduire de moitié leur utilisation à l’instar de ce qui s’est fait au Danemark. « Nous voulons seulement éliminer les pesticides dangereux sans peser sur l’économie », mais nous sommes confrontés « aux vieilles habitudes de certains viticulteurs qui traitent entre vingt et trente fois leurs vignes », souligne Mme Breyer. Les eurodéputés ont examiné en octobre en toute première lecture des mesures renforçant la protection des Européens contre les pesticides. La France étudie aussi un plan dans ce sens, présenté lors de son « Grenelle de l’environnement ». Ce qui est terrifiant dans tout cela, c'est qu'on nous annonce que le vin est contaminé par des pesticides mortels, tout en avouant qu'il en contient moins que les fruits et légumes, que la ligue anti-cancer vous pousse à consommer en grandes quantités... pour votre santé ! C'est le délire le plus total ! En conclusion, mangeons Bio. Et buvons Bio aussi. C'est notre seule garantie de ne pas nous empoisonner...

  • Dangereux LIDL ?

    18 ONG de 14 pays européens demandent à la chaîne de supermarchés discount LIDL de « réduire fortement la contamination par les pesticides des fruits et des légumes vendus dans ses magasins et également de vendre des produits biologiques, ceci dans toutes ses branches européennes ». En résumé, les ONG veulent que l’entreprise généralise les bonnes pratiques qu’elle a mis en œuvre en Allemagne, suite à la campagne de Greenpeace qui l’accusait de ne faire aucun effort pour réduire la présence de résidus de pesticides dans ses fruits et légumes. Début 2006, LIDL a ainsi mis en place un système de contrôle de qualité sur ces produits, incluant une nouvelle norme qui dépasse les exigences de la réglementation. La présence des résidus de pesticides a ainsi été fixée à un tiers des limites maximales autorisées en Allemagne. Par ailleurs, LIDL a également commencé à vendre des produits issus de la filière biologique dans tous ses magasins allemands et a annoncé qu’il vendrait des produits certifiés. « Le programme de réduction des résidus de pesticides de LIDL semble être limité à LIDL Allemagne. Mais les résidus de pesticides dans les aliments frais sont présents dans tous les pays d’Europe et parfois dépassent même les Limites Maximales en Résidus autorisées, ce qui est souvent le cas pour la France ». déclare François Veillerette, Président du MDRGF (Mouvement pour le droit et le respect des générations futures), ONG relayant la campagne en France. La dernière enquête européenne sur les résidus de pesticides dans les aliments végétaux montre en effet que plus de 5% de tous les échantillons testés ont dépassé le seuil légal des résidus de pesticides. Presque la moitié de tous les échantillons contiennent par ailleurs au moins un pesticide. Si LIDL a pu le faire en Allemagne, il peut le faire ailleurs aussi ! Bref, évitons LIDL en Belgique, ou allons faire nos courses en Allemagne...