renouvelables

  • Nucléaire comme au Japon ou éolien comme en Espagne ?

    Alors que beaucoup d'états souhaitent poursuivre dans le nucléaire, et malgré ce qui se passe actuellement au Japon, il est important de savoir que l’énergie éolienne a été le premier pôle de production d’électricité en Espagne en mars 2011 en fournissant 21% de la demande. Elle dépasse ainsi la production de sources comme le nucléaire (19%) et l’hydraulique (17,3%). Les énergies renouvelables dans leur ensemble ont couvert 42,2% de la demande en électricité.

    C’est la première fois que cela se produit depuis que l’Espagne a fait le pari des énergies renouvelables, notamment pour limiter sa dépendance vis à vis de l'étranger. Celles-ci comblent à hauteur de 75% les besoins espagnols en énergie, contre une moyenne d’un peu moins de 60% dans l’Union européenne, selon les données officielles. Dans ce contexte, l’Association des entreprises éoliennes (AEE) souligne que l’énergie du vent a permis à l’Espagne d’économiser 250 millions d’euros en importations d’énergie fossile en mars.

    De tels chiffres renforcent les arguments du secteur de l’éolien qui lutte pour ne pas être considéré comme marginal. En mars, le secteur a battu son propre record avec une production de 4.738 GWh. Fin 2010, l’énergie éolienne comptait ainsi une puissance installée de 20.676 mégawatts, en ligne avec les objectifs de l’Espagne, qui s’est engagée à atteindre une puissance éolienne de 35.000 MW en 2020.

    Des alternatives non polluantes existent donc : pourquoi ne pas prendre cette direction ? D'autant plus que, outre le problème d'accident, celui du stockage des déchets nucléaires n'est toujours pas résolu.