radioactif

  • Planète radioactive dès 2012 ?

    "Aujourd’hui, sept semaines après le tsunami du 11 mars 2011, la situation des réacteurs de la centrale nucléaire de Fukushima-Daiichi se dégrade inexorablement. Le 28 avril, TEPCO annonçait que la radioactivité ambiante était de l’ordre de 1220 millisievert/heure, ce qui correspond à quasiment 10 millions de fois la dose radioactive artificielle admissible en France (1 millisievert/année). TEPCO, réputé pour ses mensonges outranciers depuis le début de la crise, commence à préparer le monde entier à l’éventualité, plus que probable, de son incapacité à contrôler cette catastrophe nucléaire en 9 mois, ainsi que son carnet de route le stipulait. Certains réacteurs sont en fusion totale (et ce, depuis le premier jour), les fuites sont permanentes, les risques d’explosion sont plus que plausibles, etc, etc. Alors que les émissions d’isotopes de césium 137, de strontium 90, d’iode 131, de plutonium 239… contaminent en permanence l’atmosphère et l’océan, la presse Occidentale, aux ordres de la mafia globaliste, qualifie la situation de stable, ou d’ailleurs ne la qualifie plutôt pas, afin de ne pas paniquer les foules et surtout de ne pas courroucer le gang nucléaire. La situation est effectivement stable: la pollution radioactive de Fukushima pourrait durer de longues années à moins que de nouvelles explosions catastrophiques lui confèrent une tournure beaucoup plus abrupte. Le nord du Japon aurait déjà dû être évacué. A quand l’évacuation de Tokyo et de la totalité du Japon?

    Aux USA, le plutonium 238 et le plutonium 239 sont apparus à partir du 18 mars: en Californie et à Hawaï, ils furent respectivement 43 fois et 11 fois plus élevés que le niveau maximal répertorié durant les 20 dernières années. En mars, l’eau de boisson de San Francisco contenait 181 fois la dose admissible d’iode 131. Le 4 avril, l’eau de pluie de Boise dans l’Idaho contenait 80 fois la dose admissible d’iode 131 ainsi que du césium 137. En début avril, le taux de césium 137 dans les sols, près de Reno dans le Nevada, était 30 fois supérieur à la dose admissible. Egalement en avril, on a retrouvé dans de très nombreuses régions des USA, du césium 134, du strontium 89, du strontium 90 et même de l’américium et du curium. Tous ces isotopes radioactifs se sont également déposés en Europe et si on ne les trouve pas, c’est qu’on ne les cherche pas.

    Avant la fin de l’année 2011, tous les sols de la planète seront inexorablement contaminés par l’irradiation quotidienne et permanente des réacteurs de Fukushima. Il en sera de même pour les océans et les nappes phréatiques. C’est alors que les isotopes radioactifs de Fukushima vont entamer un long processus de bioaccumulation en remontant les divers échelons de la chaîne alimentaire. En 2012, la totalité de la chaîne alimentaire planétaire sera radioactive et donc hyper-toxique pour la santé humaine."...

    ..."Quant à l’Union Européenne, fidèle à ses fondement totalitaires et anti-démocratiques, elle se moque éperdument des peuples et roule pour les multinationales et le gang nucléaire: sous peu, elle aura fait passer à la trappe tous les compléments alimentaires et toutes les plantes médicinales, de même que toutes les préparations naturelles utilisées par les techniques d’agro-écologie. Et c’est cette même Union Européenne qui vient de multiplier les doses admissibles de radioactivité, dans les aliments, de 20 fois sous prétexte qu’il vaut mieux consommer des aliments radioactifs plutôt que de faire face à des pénuries alimentaires."

    Extrait de l'article paru sur Kokopelli : http://www.kokopelli-blog.org/?p=375

  • Polonium : élément radioactif rare ou isotope commun ?

    LONDRES (AP) -- Le polonium, élément radioactif rare qui a causé la mort par empoisonnement de l'ex-espion russe Alexandre Litvinenko, est mortel même en très petites quantités: moins d'un gramme suffit à tuer. Il n'est cependant mortel qu'en cas d'ingestion. Une fois ingéré, cet élément que l'on trouve à l'état naturel dans la croûte terrestre mais qui est également produit dans les réacteurs nucléaires, émet un type de radioactivité qui est le plus nocif connu, capable d'altérer l'ADN humain. Manipuler du polonium exige donc d'énormes précautions. "Le poison a probablement été fabriqué dans un établissement extrêmement spécialisé", note le docteur Derek Hill, expert en radiologie au King's College de Londres. "Cà n'est pas le genre de choses que vous pouvez fabriquer dans votre garage". Cà, c'est ce que l'on pouvait lire hier. Aujourd'hui, selon l'afp, le professeur de physique Peter D. Zimmerman, du même King's College de Londres, affirme lui, "que le polonium-210 est un isotope industriel assez commun" ! Faudrait peut-être qu'ils se mettent d'accord, ces deux-là ! Et il ajoute que cette substance sert notamment à ioniser l'air pour dissiper l'électricité statique des vêtements. Les brosses antistatique peuvent contenir jusqu'à 10% d'une dose létale de polonium-210 ! Voilà encore quelque chose qui n'est assurément pas noté sur l'étiquette des brosses antistatiques... On nous cache des choses, plein de choses ! A tout choisir, je préfère encore quelques décharges d'électricité statique...