produits de saisons

  • Les meilleurs bistrots parisiens...

    Michel Picquart, aujourd'hui disparu, est le père spirituel des nouveaux bistrots parisiens. Celui qui, dans les années 1980, a fait briller Astier, rue Jean-Pierre-Timbaud, après avoir vendu des clés à molette. Menu-carte à l'ardoise, les plats changent tous les jours en fonction du marché et le patron connaît tous les fournisseurs et vignerons de France et de Navarre. Rien que du frais, du bon, à des tarifs raisonnables. Comptoir, banquettes, miroir et carrelage. Service sympa et pas de plats en cravate. Une cuisine franche avec du bon pain et du bon vin. La formule a prospéré d'autant que, rive droite, Yves Camdeborde prenait le même chemin à La Régalade.

    Faudra-t-il un jour rebaptiser la rue Paul-Bert, à Paris, rue des Bistrots-Paul-Bert ? L'ouverture du 6 Paul Bert, à un coin encore libre de toute enseigne de bouche dans cette rue qui en compte tant, semble nous y conduire. D'autant qu'il est l'œuvre de Bertrand Auboyneau, déjà aux manettes avec sa compagne Gwenaëlle de deux adresses mitoyennes plus en aval : le Bistrot Paul Bert et L'Ecailler du Bistrot. On pourrait tout aussi bien la baptiser rue Michel-Picquart. "C'est lui qui m'a tout appris. Sans lui il n'y aurait jamais eu de Bistrot Paul Bert", reconnaît volontiers Bertrand.

    Chaque jour les clients qui remplissent le Bistrot ou l'Ecailler ne peuvent que s'en féliciter. Ces deux tables figurent dans le peloton de tête des bistrots parisiens avec Le Baratin, L'Ami Jean, Le Comptoir, Quedubon, Le Verre volé, le Repaire de Cartouche, Racines et quelques autres qui ont tous perdu un membre de la famille avec Michel Picquart. (Extrait de l'article paru dans M le magazine du Monde | 18.01.2013 Par JP Géné).

    Le 6 Paul Bert

  • Calendrier des fruits et légumes de saison...

    Le Crioc publie un très intéressant calendrier des fruits et légumes de saison, que vous trouverez à l'adresse suivante : http://www.oivo-crioc.org/files/fr/3190fr.pdf

    Quel plaisir hier, avec ces premières fraises Bio ! Et le fait de les attendre, sans se laisser tenter par ces "fraises"(si on peut encore les appeler ainsi), présentes toute l'année sur les étals, traitées à mourir, sans goût, non parfumées et sans saveurs, décuple encore le plaisir. Mais il faut avoir le courage de résister...

    Cela me semble pourtant si logique de consommer des produits de saison et de les attendre. Par exemple, pour la compote de rhubarbe, c'est maintenant et jusque fin mai. Après il faudra attendre avril 2012. Et c'est cela qui est gai, et qui fait aussi que nous avons une alimentation variée qui nous fourni les différents nutriments dont notre corps a besoin. Ce qui est indispensable pour rester en bonne santé.

    Et n'oubliez pas non plus que les fruits et légumes Bio prennent un peu plus de temps que les autres : leur croissance n'est pas poussée avec un tas de produits chimiques. Ils prennent le temps qu'il faut. C'est la raison pour laquelle ils contiennent plus d'extraits secs et moins d'eau que leurs comparses de l'agriculture intensives, et donc plus de goût. Sans parler de l'absence de traces d'insecticides et de pesticides, puisqu'ils ne sont pas traités.

    Imprimez ce calendrier et consultez-le avant de faire vos courses : vous verrez, vous allez changer la liste de vos achats ! Pour le goût, pour varier vos repas, pour votre santé, pour acheter local et de saison et pour un tas d'autres raisons bonnes pour la planète et l'environnement. Terriens, il est temps d'agir...