produits bio

  • Que faire ce week-end : Valériane à Namur ou une sauce tomate ?

    Nature & Progrès vous accueille pour cette 29ème édition du salon du bio et des initiatives écologiques !

    web13.jpg

    Près de 300 exposants venus de Belgique et de toute l’Europe vous attendent : alimentation et agriculture, artisanat, associations environnementales, habillement, jardinage, éco bioconstruction, santé, tourisme, vignerons ...

    Rigoureusement sélectionnés pour la qualité de leurs produits et de leurs services, ils ont aussi à coeur de partager leur savoir-faire et d’inviter le public à adopter un mode de consommation plus réfléchi.

    Mais, le salon Valériane Namur, c’est aussi et surtout un panel riche et diversifié de conférences, d’ateliers et de rencontres tout au long du week-end. Cette année, les producteurs bio wallons sont les invités d’honneur et le thème du salon ! 

    accueil4.jpgaccueil1.jpg

    Et, si vous n'avez pas le temps de passer à Namur, prenez au moins le temps d'aller acheter quelques kilos de tomates bio bien mûres au marché.

    Choisissez les variétés oubliées les plus goûtues, coupez-les en morceaux et mettez le tout à cuire dans une grande casserole.

    Une fois cuites, supprimez le jus excédentaire (vous pouvez en faire du jus de tomates) et laissez refroidir la chair colorée, avant de la surgeler par portions.

    Vous serez ravis, tout l'hiver durant, de pouvoir consommer des tomates d'été Bio au goût incroyable ! Un très bon week end à tous !


  • Passez aux paniers Bio !

    Quels plaisirs, ces paniers Bio livrés au bureau tous les vendredis. J'étais un peu réticent, au début, de me voir imposer des légumes que jamais je n'aurais acheté de moi-même. Puis, petit à petit, je me suis habitué à cuisiner et goûter ces légumes racines, ces légumes oubliés, ces variétés de légumes et de fruits qu'on ne trouve plus nulle part. Et j'ai été conquis ! Conquis par la fraîcheur des produits, mais surtout, par leur goût incomparable. Conquis aussi par le fait que, dorénavant obligé, je consomme, avec plaisir, encore plus de fruits et légumes bio que d'habitude. Et, cerise sur le gâteau, cela ne peut être que profitable pour la santé.

    Je ne mangeais jamais de salades en hiver. Par principe ou par habitude. Mais comment résister à ces Rougettes, Sucrines ou autres salades croquantes, parfumées et goûtues livrées dans mon petit panier Bio hebdomadaire ? Je n'aurais jamais acheté de cerfeuil non plus (je mange très peu de potages). Les 2 bottes de cerfeuil se sont transformées en un délicieux potage au cerfeuil dont les effluves m'ont rappelé celui de ma grand-mère, qui était une admirable cuisinière. Même consistance, mêmes senteurs, même goût puissant : que de bons souvenirs !

    Les pommes Topaz se sont transformées en une délicieuse compote, cuite juste à point et parfumée à souhait. Et il m'en reste 2, à croquer cette semaine. Les mandarines (un délicieux agrume qui devient rare sur les étals), ont fini en un délicieux jus extrêmement parfumé  pour les petits déjeuner de ce week-end. Quant au Chou-fleur et au Céléri Rave, ils ont terminé en un gratin bien de saison, et lui aussi, très goûtu.

    Il me reste un ravier de champignons châtaignes, des pommes de terre Agria, et 2 betteraves rouges à consommer d'ici à jeudi soir, avant la nouvelle livraison. Bee Green est notre fournisseur de paniers Bio, un jeune couple de Hesbaye qui s'est lancé dans l'aventure il y a 2 ans, et qui est aussi présent sur certains marchés bruxellois. Et à 20 euros le petit panier (de minimum 5 kilo), je dois avouer que, contrairement à ce qu'on pense, ce n'est pas cher, et ce n'est que du bonheur. Bonheur de découvrir, bonheur de s'alimenter sainement avec des produits Bio de saison, et bonheur gustatif tout court.

     

  • Produits bio : tout le monde y viendra...

    Créé en 1973, Naturalia est aujourd'hui la première enseigne spécialisée de produits biologiques et naturels en région parisienne avec 34 magasins proposant plus de 5000 références. De pratiques agricoles soucieuses des écosystèmes et non polluantes en pratiques commerciales assurant une juste rémunération aux producteurs des pays en voie de développement, l'univers bio ne se résume pas à la simple protection de l'environnement. Du producteur au consommateur, chaque acteur concerné participe au respect d'une même éthique qui veut préserver les ressources naturelles aussi bien que la qualité de vie des hommes qui travaillent la terre ou la santé des consommateurs. Qu'il s'agisse de soutenir le commerce équitable ou les fabricants de cosmétiques ou de produits d'entretien qui ont fait le choix difficile de mettre au point des produits efficaces à base d'ingrédients naturels et non polluants, Naturalia joue pleinement son rôle de distributeur depuis 30 ans en entretenant des relations suivies avec ses fournisseurs, en privilégiant l'innovation et en restant actif du début de la production jusqu'à la vente du produit fini. Un rayon frais approvisionné quotidiennement en fruits et légumes, un rayon épicerie très complet et des produits diététiques, un magasin Naturalia, c'est plus de 4000 produits alimentaires labellisés bios. Manger bio, c'est privilégier les qualités à la fois gustatives et nutritives des aliments et s'attacher à préserver un bon équilibre alimentaire. Face au manque de qualité et à la standardisation des produits issus d’une filière conventionnelle dont les méthodes ont de graves conséquences sur l’environnement et, parfois, sur le consommateur, la toute jeune filière biologique répond avec des produits de grande qualité, dont le goût et la richesse nutritionnelle sont préservés. Filière en développement régie par un cahier des charges élaboré en 2000 et sans cesse amélioré, l’élevage de poissons bios se fait sans manipulation génétique, produits chimiques ou antibiotiques et concerne aujourd’hui la truite, le bar, le saumon, la daurade, le cabillaud, le turbot et les crevettes. Faite de bonnes pratiques de pêche dans les fonds marins les plus préservés, l’offre bio s’applique aussi aux poissons sauvages ! Prenons l'exemple des crevettes : pratique traditionnelle asiatique devenue une monoculture à grande échelle depuis les années 70, avec pour conséquences de multiples problèmes de maladies et de pollution, la crevetticulture vient de changer de visage ! En effet, après cinq ans d’un développement respectueux de tous les critères de l’aquaculture propre, la ferme de la compagnie OSO, à Madagascar, est le premier élevage de ce type au monde à obtenir le label “Agriculture Biologique”. Implantés sans déboisement préalable dans des marais maritimes situés au pied du Parc national des Tsingy de l’Ankarana, ses bassins contiennent une eau vivante qui se défend naturellement contre les agressions. Dans cet environnement exempt de résidus, les crevettes et les gambas nourries de farines bios et de déchets de poissons évoluent à raison de huit par m2, au lieu de cent dans les élevages intensifs ! L'avenir, c'est le bio. Et tout le monde y viendra. Les industries agro-alimentaires ont été bien trop loin dans la production à tout prix, au dépend de la qualité gustative, de la santé des consommateurs, et de la pollution de l'environnement ! Ce temps là est révolu. Vive la biodiversité, les produits de terroir, la qualité et le goût d'autrefois, et des cultures et des élevages respectueux de l'environnement. Il n'y a aucune autre alternative. Terriens, il est temps d'agir...