prelevements

  • Pressé, comme un citron...

    Petit coup de gueule contre la rage taxatoire dont nous sommes tous victimes, et surtout en Belgique, pays le plus taxé au monde. Chouette, c'est là où j'habite ! Pas de bol. Donc, après avoir été amputé de 45% de mes revenus pour payer l'impôt, puis de m'être acquitté du payement des lois sociales, comme tout bon indépendant, de la taxe régionale et de l'assurance santé obligatoire, il devrait rester un petit 40% pour vivre. Vivre, c'est bouger et avoir une voiture. Et c'est reparti : TVA sur les véhicules, taxes sur les assurances, taxes sur les carburants (60%), TVA sur l'entretien, taxe d'immatriculation, taxe de circulation, sans oublier les amendes et les péages quand vous voyagez... L'ensemble des taxes acquittées par les utilisateurs de véhicules avoisinent un montant proche du produit de l'impôt sur le revenu ! Un scandale. Idem pour le paquet de clopes taxé à 77,43%, ou la bouteille d'alcool. L'alimentation n'est taxée qu'à 6%, les restos à 21%. Pas bon pour le pouvoir d'achat et faire tourner l'économie... On a été pressé comme un citron, jusqu'à la dernière goutte. Il ne reste que les pépins ! Et si, par malheur, vous êtes, malgré tout, parvenu à économiser quelques euros, l'état vous les reprend lorsque vous décédez, en taxant, une fois de plus, vos héritiers. Au lieu de subir cet état de fait comme de braves moutons, il serait peut-être temps de revenir à une économie parallèle, sans transfert d'argent : le troc. Je ne vois pas d'autre solution. Déjà très en vogue en France, cela ne m'étonnerait pas que de pareilles associations voient le jour en Belgique, surtout en cette période de crise. Si c'est le cas, prévenez-moi : je suis partant !