poule au pot

  • Plus rien ne va comme prévu...

    Tout d'abord, mes prévisions météo (15 jours de ciel bleu) tombent à l'eau : l'anticyclone n'est pas assez puissant... Il ne fera beau que jusqu'à lundi ! Pour le ciel bleu, c'est re-programmé du 17 au 21 février. Et d'ici-là; pluie et neige...

    Ensuite ma poule au pot : j'achète ce matin de délicieux légumes bio pour faire une poule au pot, idée qui m'est venue ce matin en me promenant : menu de saison ! Ensuite je vais acheter la poule : plus de poule au marché ! Pas grave, sauf que chez le volailler, puis chez Robert, toujours pas de poule ! Fini, tout vendu ! Mais qu'est-ce qu'ils ont tous à avoir la même idée que moi, le même jour ? 

    J'ai donc changé de plan et me suis replié sur un waterzooi de poissons, tout aussi délicieux.

    Enfin, l'actualité. On avait dit, à l'époque, que le 21ème siècle serait musulman. Et bien, les amis, on est en plein dedans ! La Tunisie la semaine passée, l'Egypte aujourd'hui : espérons seulement que les Islamistes intégristes ne fassent pas main basse sur ces 2 pays touristiques, et que le reste de la région se stabilise...

    Quand à notre petite Belgique, qui se défend pas mal en sport, elle est toujours sans gouvernement... Encore quelques jours de patience, et nous allons battre le record mondial, en durée, de pays sans gouvernement. Quels champions !

    Pour finir avec les infos, on parle beaucoup du prix des matières premières qui explosent pour le moment. Un peu en raison des aléas de la météo, mais beaucoup en raison de la spéculations des banques (encore elles) et des Fonds de pensions. Des hausses de 5 à 8% sont annoncées (blé, huile, café, cacao, maïs : tous les produits de base), alors que l'essence augmente aussi, tout comme le coton dont le prix a doublé en un an...

    Cela promet, en cette période de crise et de mesures d'austérité gourvernementales (lequel)... Mais ne nous inquiétons pas trop, car comme je le lisais toute à l'heure dans un article de Frédéric Vassaux pour l'Illustré (Suisse) : "Ce qu’il faut considérer, c’est que le prix du produit brut n’est bien sûr qu’une fraction du prix affiché au magasin, lequel comporte tous les frais de transport, distribution, emballage, etc. C’est encore davantage le cas dans les restaurants. Le prix du café dans un expresso vendu 3 fr. 80, par exemple, ne représente pas plus de 15 centimes. Dès lors, une augmentation même de 50% du prix des grains de café ne signifie qu’une augmentation marginale de l’ordre de 5 centimes, que le restaurateur peut aussi bien décider de prendre à sa charge". 

    Tout va donc bien, dans le meilleur des mondes...