pollution mondiale

  • Une contamination chronique et diffuse dont nous ignorons encore tout...

    60729181.jpg

    En déversant un colorant biologique moins dense que l'eau au large de fukushima, des chercheurs ont pu modéliser son trajet dans la pacifique. Il apparaît que la diffusion de la radioactivité est rapide, ample et généralisée. Après quelques mois, toute la moitié nord de l'océan est contaminée par des doses plus ou moins élevées de matières radioactives. La moitié de l'humanité va subir une contamination chronique et diffuse, type d'empoisonnement dont nous ignorons encore tout.

    Les côtes les plus contaminées par les courants radioactifs selon IOPsciences seront : la côte ouest du pacifique, la côte de l'Amérique du nord, Hawaï, la Californie du sud, et les îles aléoutiennes. Les américains de la côte Ouest pourraient être dix fois plus exposés au césium 137 que les japonais. Pourtant l'administration Obama n'a rien fait pour informer ou protéger ses compatriotes de la côte ouest (Source : wikistrike.com).

    La contamination radioactive étant invisible, sans odeurs et silencieuse, il est très difficile de la détecter, à moins d'être équipé de compteurs Geiger qui vous indiquent le taux de contamination de l'air que vous respirez, de l'eau dans laquelle vous vous baignez ou du poisson que vous allez déguster.

    Cet aspect de pollution non détectable ou mesurable par la plupart d'entre-nous permet à l'industrie nucléaire et aux pouvoirs politiques de minimiser, ou carrément nier, toute fuite de matières radioactives. Et de continuer à proclamer à qui veut encore l'entendre que le nucléaire, c'est propre et sans danger. Cette carte nous prouve le contraire, et devrait nous inciter à passer aux énergies renouvelables une fois pour toutes.

  • Syndrome Chinois Japonais...

    L'architecte de Fukushima Daiichi réacteur 3, Haruo Uehara, l'ancien président de l'Université de Saga, a admis que le syndrome Chinois est inévitable.

    Le syndrome chinois est l’hypothèse de la conséquence la plus grave d'une fusion d'un réacteur nucléaire, dans laquelle les éléments combustibles en fusion du cœur ou corium percent les barrières qui le confinent et s'enfoncent dans la terre. Même si des fusions de réacteurs ont eu lieu en diverses occasions dans les domaines civils et militaires, une fusion avec de telles conséquences n'a jamais eu lieu.

    Dans la pratique, l'opinion et les médias reconnaissent comme étant l'illustration du syndrome chinois toute pénétration de corium pouvant potentiellement entrer en contact avec la nappe phréatique, ce qui est l'un des scenarios les plus graves du risque nucléaire.

    Il a ajouté : "si le combustible a atteint une veine d'eau souterraine, il va provoquer la contamination des eaux souterraines, la contamination du sol et la contamination de la mer. Par ailleurs, si la veine d'eau souterraine continue à être chauffée pendant longtemps, une explosion massive hydro-volcanique sera causée."

    Bref, le feuilleton Fukushima, qui ne passe sur aucune TV, est loin d'être achevé. Le Japon est contaminé en grande partie, d'autres continents aussi, et jusqu'ici en Europe, où l'on a relevé des particules de Césium 137 sur les sols, heureusement en faibles quantités. Mais il y en a quand même, et il n'a rien à faire là ! Les ceps radioactifs, non merci...

    Et cette pollution mondiale, invisible et silencieuse, cachée par les médias (à la merci des gouvernements et du lobby nucléaire), se poursuit depuis 8 mois ! En attendant un syndrome Chinois Japonais ? Terriens, il est temps d'agir...