plats industriels

  • Queues de langoustes surgelées chez Picard...

    J'ai redécouvert Picard à l'occasion d'une grande promenade. J'en avais un mauvais souvenir : produits préparés industriels de qualité fort moyenne mais au packaging très étudié et attirant.

    J'ai donc fait le tour du magasin, produit par produit, analysant les étiquettes et les ingrédients.

    Tout cela à l'air fort appétissant, mais cuisinant fort bien moi-même, je suis toujours déçu des plats industriels préparés. J'ai essayé le gratin d'aubergine, et c'est le cas. Rien ne vaut les bons ingrédients que vous utilisez vous-même lors de l'élaboration d'un plat. Ceci dit, il faut bien admettre que pour celles et ceux qui n'ont pas le temps, Picard peut être une solution, de temps en temps.

    J'ai été attiré par des queues de langoustes crues du Nicaragua, soldées de 59 euros le kilo à 39 euros. Pêchées en 2013 et à consommer au plus tard en 2015. Un sachet de 3 belles queues vous coûte 22 euros, soit 7 euros pièce. Pas cher et un véritable délice : dégelée dans l'eau froide, coupée en 2 et passée au four avec un peu d'ail violet, de la fleur de sel et un filet d'huile d'olive.

    C'est tout simple et très fêtes.

    000000000000001055_E2.jpg

    D’origine Caraïbes, ces queues de langouste crues proviennent de pêches dans les eaux tropicales des Antilles et de l’océan Atlantique. Triées vivantes sur le bateau, vous êtes assurés d’un produit ultra frais, à déguster dans leur carapace coupée en deux ou en médaillons. Servez-les pour un repas de fête raffiné et exquis.  Le sachet contient 1, 2, 3 ou 4 pièces de 150g à 450g.

    J'ai aussi apprécié les 2 filets de cabillaud sur peau (beaux morceaux de 180 grammes) à 4,5 euros pièce, et les Aiguillettes de Merlu à 5,4 euros (une bonne variante aux Fish Sticks pour les enfants). Quant aux morilles et aux cèpes surgelés, on verra quand je les aurai cuisinés...

  • Restos et plats préparés industriels...

    Dans "Questions à la Une" ce soir sur la RTBF, les plats préparés par l'industrie agro-alimentaire et servis à votre insu dans les restaurants que vous fréquentez.

    "Les surgelés au resto : l'arnaque généralisée ? Blanquette de veau " façon grand-mère ", Tarte Tatin " maison ", les restaurateurs aiment mettre en avant une cuisine traditionnelle à base de produits frais. Pourtant, dans les arrière-cuisines, les plats préparés séduisent en masse les chefs. En achetant surgelé, les cuisiniers gagnent du temps et de l'argent. Les industriels de l'agro-alimentaire l'ont bien compris et ils répondent à la demande. Du coup, un plat industriel congelé acheté 3 euros est parfois vendu 18 euros en salle. Une pure arnaque qui trompe des milliers de consommateurs." 

    De plus en plus de restaurants servent des plats cuisinés sous vide, des plats surgelés, des portions toutes prêtes, qu'il suffit de mettre au micro-ondes avant de garnir l'assiette. Il existe même des sprays artificiels de toutes les odeurs possibles que l'on vaporise au dernier moment sur l'assiette juste avant de servir...

    C'est catastrophique pour plusieurs raisons :

    1. Les jeunes générations auront leur goût et leur odorat formés par ces plats fades, insipides et artificiels. Et comme leur grands-parents ne leurs ont pas appris à cuisiner, et qu'ils n'auront pas pu humer ces fumets de plats traditionnels, ils ne pourront aimer et reproduire que ce qu'ils connaissent. Adieu la bonne cuisine et bonjour la malbouffe industrielle.
    2. Tout doit aller vite aujourd'hui, et on n'a plus le temps de ne rien faire. Ou plutôt, on ne prend plus le temps de faire son marché, d'acheter des aliments Bio, de les préparer et de faire mijoter un bon petit plat, comme autrefois, qui hume bon dans toute la maison. Or, c'est cela la base d'une bonne alimentation, mais surtout, la base d'une éducation du goût et de l'odorat. Il faut absolument se battre pour que cette éducation subsiste chez les jeunes, sous peine de voir disparaître le goût. Et de voir les industries agro-alimentaires nourrir la planète entière, avec leur plats artificiels et aromatisés.
    3. Un restaurant qui ne sent pas la cuisine à l'heure des repas est un restaurant où l'on ne cuisine pas. Mais méfiez-vous, car les sprays arrivent. Et il suffira de vaporiser une effluve de Coq au vin pour que vous vous croyez dans un bon restaurant. Il vous servira votre plat (acheté un euro trente et revendu 7 fois plus cher), et vous aurez été berné. Insistez pour demander si c'est préparé maison. Après cela, vous ne pourrez vous fier qu'à votre goût pour déterminer l'origine véritable du plat, et la façon dont il a été préparé. D'où l'importance de l'éducation au goût...