pinot

  • Dégustation du lundi 129

    Belle dégustation à 5 ce soir, bien que ce ne soit pas le style de vin que j'apprécie, même si ce sont de grands flacons...

    On débuta par un vin mousseux, à la robe jaune recouverte d'une mousse crémeuse et au nez de pommes. La bouche, frappée, offre une intensité de fruits et une minéralité géniales, le tout sur une belle acidité et un léger boisé. On est en Chardonnay 100% : Jacques Selosse "Lieux-Dits" en Champagne Grand Cru. Une bouteille dégorgée le 26/01/2010.

    Suivi un vin à la robe ambrée et au nez de vieux vin. En bouche, une belle acidité dans le raisin, en fin de bouche. Mais, pour le reste, c'est assez plat, manque de corps et de vivacité. Un Meursault 70 ? Et non : Mâcon-Chaintré "Le Caviste" 1995 en Vielles Vignes du Domaine Valette.

    On passa alors aux rouges, avec un premier flacon à la robe grenat et au nez jeune, sur le fruit. En bouche, une belle matière du sud, mais sur de la fraîcheur, avec des tannins pas encore tout à fait fondus : Bout d'Zan 2009 du Mas de Libian en Côtes du Rhône. La cuvée Khayyâm, pour 2 ou 3 euro de plus, est plus aboutie.

    Quatrième bouteille, à la robe foncée, et toujours ce nez de fruit frais (non confit). En bouche, une surprise : des rafles épaisses et tendres, très présentes, et que l'on garde longtemps en bouche. Sinon, c'est mûr et frais, et le fruit est bien présent : La Roche Buissière "Le Claux" 2007 en Côtes du Rhône, de Pierre et Antoine Joly.

    Cinquième flacon, à la robe rosé foncé ou rouge clair, c'est selon. An nez, du pamplemousse. En bouche, toujours des agrumes, mais avec un côté plus vineux qu'un vulgaire rosé : L'Anglore 2009 en Tavel. Loin de l'esprit qu'on se fait d'un rosé...

    Les 2 flacons suivants sont très proches l'un de l'autre, et dégustés en parallèle. Le premier présente une robe claire, tandis que celle du second est plus foncée. Au nez, dans les 2 cas, on est sur la fraîcheur du fruit. En bouche, c'est très fin et on pense au Pinot noir et à la bourgogne pour le premier, et peut-être à l'Alsace pour le second, toujours en Pinot noir. On pense à une macération carbonique complète pour le premier, et incomplète pour le second. La finale plus rêche du second nous fait penser à un millésime moins mûr. Pour finir, on s'accorde sur 2 bourgognes de Pacalet ou Cassard. Et comme ce n'est pas le cas, on se demande qui pourrait bien faire cela en Pinot noir en bourgogne ? Des nouveaux vignerons ? Et bien non, nous venons de déguster "Le Clos Goillotte" 2007 en Vosne-Romanée du Domaine Prieuré-Roch, et "Le Clos des Cornées" 2007 en Nuits-Saint-Georges 1er Cru du même Domaine Prieuré-Roch.

    Huitième et dernier flacon de la soirée, un vin à la robe rubis clair, et au nez en retrait par rapport à la bouche. Une bouche équilibrée, avec un fruit qui part en longueur.  Une manière de faire le vin, et un style magnifiques. Assurément, le meilleur des trois derniers : Gevrey-Chambertin 1er Cru Lavaux-Saint-Jacques de Philippe Pacalet.

    La suite lundi prochain. Qui vivra verra.

  • Le froid arrive...

    Et voilà, après ce délicieux week-end comme on les aime, il va bien falloir se faire une raison : l'hiver approche à grands pas ! Les températures annoncées pour la prochaine quinzaine n'ont rien de réjouissant, sans vous parler de la pluie et du vent ! Nous avons donc décidé de vendanger demain le Pinot de notre petit vignoble, tant que les baies sont encore saines. On jugera également demain ce que nous ferons du Merlot et du Cabernet. Tout dépendra du taux de sucre présent dans les baies de ces 2 cépages  plus tardifs que le Pinot. Prendre le risque de les laisser sur pied pendant 2 semaines, et risquer de les perdre, ou vendanger avec le Pinot, même sils sont moins mûrs ? On verra. Ce qui est en tout cas certain, c'est que la récolte ne sera pas fort abondante : printemps pourri, été pourri, et pas d'été indien comme l'année passée ! Bref un petit millésime... Reste à voir de quelle qualité...