pastis

  • Dernier pastis de l'été ?

    Tout s'est passé comme prévu : c'était magnifique ! Nous avons débuté au pastis (Le pastis d'Henri Bardouin des Distilleries et Domaines de Provence : un pastis beaucoup plus parfumé que les autres Pernod, Ricard et Cie), peut-être le dernier de l'été ? Puis sommes passés à table pour déguster ce fameux bar de ligne et sa compote de fenouil : un régal ! Il est dommage que ce genre de poisson devienne rare, et donc cher, car c'est ça le VRAI poisson : une chair blanche, ferme et délicate, un goût fin et subtil et une texture magnifique rehaussée d'un petit beurre blanc citronné. C'était parfait. Nos enfants ne pourront plus goûter de tels poissons sauvages car ils n'existeront plus, ou coûteront une fortune. Ils devront se contenter de poissons d'élevage, au goût farineux et à la chair molle, de fish sticks à la composition douteuse ou de faux surimis reconstitués, encore pires ! Peut-être aussi que la gastronomie n'existera plus, faute de bons ingrédients et de produits de terroir, et que la population se nourrira de pilules et de gélules ? j'espère que non, mais il me semble qu'on y va tout droit !