panneaux solaires

  • Une bonne chose... ?

    On parle d'un baril à 150 dollars en juillet, et on estime qu'un baril à 300 dollars dans quelques temps serait possible... Si le prix du pétrole continue son envol, nous devrons peut-être tous, demain, nous lancer dans l’aventure écologique. Elle sera pour certains plus vue comme une contrainte que comme un choix citoyen. Déjà, aux Etats-Unis, les voitures aux dimensions titanesques ne séduisent plus. Elles disparaissent peu à peu, se cachent et sont presque honteuses de leur gourmandise pétrolière. Les 4x4 restent au garage. Le géant General Motors prévoit même de fermer quatre de ses usines de 4x4, de céder sa filiale Hummer et de passer aux voitures vertes. Du côté des transporteurs aériens, c’est le même malaise. Chacun essaie de résister à la crise du prix du pétrole en supprimant des emplois, en réduisant le nombre d’avions, en augmentant les prix ou en cherchant des aéronefs plus économes en carburant… Chez nous, alors que taxis, routiers, pêcheurs et autres professions fortement dépendantes du pétrole ne cessent de grogner, les écologistes, eux, sont presque sur le point de fêter la hausse des prix du pétrole. Avec les augmentations successives du prix du pétrole, les gens vont devoir faire des économies d’énergie et ils seront de plus en plus nombreux à se tourner vers les énergies vertes. Voilà qui ravit les écologistes militant pour le développement des énergies renouvelables et les entreprises spécialisées dans le solaire ou l’éolien. Il est donc grand temps de bouger et de se tourner vers des alternatives énergétiques abordables et non dépendantes du cours du pétrole ! D'autant plus que les nombreuses primes et ristournes d'impôts actuelles rendent ces choix particulièrement attractifs pour le moment ! Terriens, il est temps d'agir...