oreille

  • Dégustation du lundi 151

    Nouvelle dégustation à l'aveugle, à 4, ce lundi soir, avec pour mise en bouche 2 blancs à la robe claire, servis en même temps.

    Le premier présente un nez beurré sur des agrumes, mais un peu délavé, tandis que le second, assez proche, est plus riche, plus complexe, avec des notes fumées. En bouche, le premier s'avère plaisant, avec une bonne acidité, sur des agrumes. Le second présente une bouche plus structurée et complexe, avec de la netteté et de la finesse, sur une belle acidité. Nous étions en Chablis Premier Cru "Montée de Tonnerre" 2004 et "Chapelot" 2004 du Domaine François Raveneau.

    Troisième blanc, à la robe un peu plus foncée et au nez d'hydrocarbures (riesling ?). La bouche est particulière, amusante mais pas renversante : on ne retrouve pas la vivacité du riesling, il y a trop de sucre résiduel et c'est mollasson, sans le côté pulpeux : Clos Ste Hune Riesling 2004 de F.E. Trimbach en Alsace. Grosse déception pour cet onéreux flacon qui manque de race et de vivacité...

    On passe enfin aux rouges. A l'oreille, on est en biodynamie (Pschiiit). La robe est rubis mousseuse et le nez présente un beau jus biodynamique, avec un peu de réduction, sur des fruits compotés poivrés. En bouche, je suis sur un jus de raisin jeune et poivré. Certes un beau jus, mais du jus, qui rappelle le gamay. Syrah 2010 d'Hervé Souhaut en Vin de Pays de l'Ardèche, dont les 11,5° nous ont amenés au nord, alors qu'on était dans le sud...

    Dernière bouteille de la soirée avec un vin à la robe foncée et au fort beau nez de fruits noirs mûrs, de cuir et de fumée. En bouche, c'est riche et dense avec de la matière (l'opposé du précédent). Une belle attaque sur la finesse avec une belle fraîcheur, puis les épices et l'olive noire qui subsistent, exubérantes,  sur une interminable finale. C'est très bon, très riche, très puissant et trop jeune : Terrebrune 2007 Cuvée Grande Tradition, en Bandol.

    La suite des aventures lundi prochain à 5 pour un double anniversaire.