normes

  • Nuisances sonores Zaventem : de quel droit ?

    Tous les matins, dès 6H00 (donc plutôt en fin de nuit) des dizaines d'avions charters bruyants décollent de Zaventem et passent juste au-dessus de ma tête.

    Je pense avoir le droit de dormir fenêtre ouverte. Et bien, même quand elle est fermée, en hiver, je suis réveillé. Avec un boucan dont les décibels dépassent allègrement tout ce qui est autorisé en Région Bruxelloise, de jour comme de nuit.

    De quel droit ?

    De quel droit des gens décident-ils de me priver de plusieurs heures de sommeil par semaine ? Et d'écourter mon éventuelle grasse matinée du week-end ?

    De quel droit choisissent-ils d'exploiter des routes aériennes surpeuplées d'habitants ?

    Il est temps d'arrêter les compromis et de faire respecter les normes légales de bruit en Région Bruxelles-Capitale, et d'appliquer les amendes en cas d'infraction.

    Même s'il y en a 20.000 la première année, même si des compagnies de fret migrent vers Liège, où ce problème de survol de zone habitée n'existe pas. Même s'ils brandissent des menaces de pertes d'emplois.

    Arrêtons d'être les éternels dindons de la farce et défendons-nous ! Nous sommes dans le droit. Eux pas. Nous subissons un dommage, eux pas.

  • Le Traité Transatlantique négocié en secret et dans l'ombre depuis 2 ans...

    "J'exclu la possibilité que le parlement allemand ratifie le traité du TTIP (Traité du partenariat transatlantique de commerce et d'investissement) entre l'Union européenne et les Etats-Unis, car le Bundestag ne peut ni contrôler l'exécution de cet accord, ni l'influencer d'une manière quelconque", a déclaré l'homme politique allemand au groupe de média allemand Funke Mediengruppe.

     

    Norbert Lammert partage entièrement l'opinion du ministre de l'économie Sigmar Gabriel. "L'ambassade américaine fournit une information insuffisante, c'est pour cette raison que ni le gouvernement ni le parlement n'ont rien à discuter", a déclaré M.Lammert cité par le journal allemand Die Zeit.

    Norbert Lammert a convenu avec le président de la Commussion européénne Jean-Claude Junker sur le fait que les documents présentés aux négociations devraient être accessibles à tous les Etats-membres de l'Union européenne, a souligné le président du Bundestag.

    L'Union européenne mène des négociations à huis clos sur le TTIP depuis juillet 2013. Le TTIP est censé réduire les coûts et éliminer les barrières dans les relations commerciales entre l'Union européenne et les Etats-Unis. Les opposants au TTIP estiment qu'il ne reflète que la position des multinationales intéressées par une réduction des contrôles et un affaiblissement des mesures de régulation économique en Europe." (Source : Sputnik France).

    Si même le Parlement allemand n'est pas mis au courant par la Commission européenne de ce qui est négocié depuis 2 ans avec les Etats-Unis, en secret et dans l'ombre, qu'en est-il du citoyen lambda européen qui souhaiterait comprendre les enjeux et faire valoir son adhésion, ou non, à ce méga-Traité dont les conséquences seront lourdes, pour chacun d'entre-nous, au niveau environnement, santé, alimentation, énergétique, et j'en passe ? La démocratie, vous vous rappelez de ce que c'était ?

     

  • L'heure des choix de société...

    Mes amis, l'heure est grave et personne n'en parle...

    Imaginez un seul instant qu'Herman Van Rompuy, Président Permanent du Conseil européen, et José Manuel Baroso, Président de la Commission européenne ont signé avec Obama un accord d'entamer des négociations sur ce Traité en février 2013, alors qu'ils n'avaient pas le mandat pour le faire.

    Imaginez ensuite que les 27 gouvernements européens ont, 4 mois plus tard, accepté de lancer les négociations de ce Traité Transatlantique, sans aucun mandat des élus, ni du peuple. 

    Imaginez enfin Karel de Gucht, notre ancien ministre des Affaires Etrangères (qui a tellement fait parler de lui à l'époque, surtout en Afrique, et qui fait encore parler de lui aujourd'hui pour fraude fiscale, selon Belga) est le Commissaire européen occupé à discuter (en secret) de ce fameux futur Traité Transatlantique avec les américains. Traité dont personne ne veut, et pour cause : il engage des choix de société.

    Ce Traité Transatlantique touche tous les domaines (eau, santé, transports, énergie, recherche, sécurité sociale, enseignement et alimentation) et va provoquer un séisme social, économique et environnemental. Il vise à remplacer les pouvoirs publics par un pouvoir des banques et des multinationales. Il vise à supprimer toutes les lois et normes protégeant, en Europe, le citoyen au profit des multinationales agro-alimentaires et autres, qui n'auront plu aucune règle ou norme à respecter.

    Mieux encore : elles pourront attaquer chaque état, région, ville ou commune qui poserait des entraves à leur commerce et leurs bénéfices. Et pas en justice, on l'oublie la justice : un groupe d'arbitrage privé se chargera de décider s'il y a entrave au commerce ou pas ! Exemple : la firme chimique américaine Ethyl a poursuivi le Canada pour une loi de 1997 interdisant un additif qui rend le diesel plus performant. Cet additif contient du manganèse, qui est neurotoxique. Le Canada a du payer 13 millions $ de compensations à Ethyl et abroger sa loi...

    Je vous laisse imaginer ce qu'il va se passer avec notre le refus des OGM, celui du bœuf traité aux hormones de croissance, des poulets chlorés, des carcasses traitées à l’acide lactique, des porcs traités à la ractopamine (additif chimique qui rend la viande plus maigre, interdit dans 150 Etats)...

    Les négociations devraient durer jusqu’en 2015. Ensuite, le résultat sera soumis à l’accord des 28 gouvernements. L’incertitude demeure sur la question de savoir s’il sera soumis à la ratification des parlements nationaux. Mais il est certain que le Parlement européen devra se prononcer, car il a désormais le pouvoir de l’approuver ou de le rejeter. Ce sera le Parlement européen que nous allons élire le 25 mai prochain. D’où l’importance de cette élection. Et la nécessité d’interpeler les candidats sur leur vote futur lorsqu’ils auront à se prononcer sur ce fameux Traité Transatlantique. Terriens, il est vraiment temps d'agir...

    Pour en savoir plus, lisez les conclusions de l’agroéconomiste Jacques Berthelot, ou écoutez la conférence de Raoul Marc Jennar sur Youtube.

  • Méfions-nous de ce Traité Transatlantique...

    La zone de libre-échange transatlantique ou Partenariat transatlantique de commerce et d'investissement, est un accord commercial en cours de négociation entre l'Union européenne et les Etats-Unis. Il est envisagé pour 2015 (ils rêvent...). Une des critiques vient du fait que les travaux préparatoires se font en secret, et que le citoyen, contrairement aux consultants des firmes multinationales, n'a pas accès aux documents en préparation.

    Il est évident que les normes européennes sont différentes et plus sévères que les normes américaines dans de nombreux domaines, et que ce Traité, s'il est signé, signifiera un alignement des normes européennes sur les normes américaines, c'est-à-dire, un nivellement par le bas.

    C'est non seulement la porte grande ouverte aux poulets (si on peut encore les appeler comme cela) de batteries traités à l'eau de javel, à l'invasion de la malbouffe américaine en Europe, aux OGM généralisés sans aucune obligation d'étiquetage particulier, à l'exploitation des gaz de schistes, etc...

    C'est aussi une perte énorme d'autonomie des pouvoirs publics européens, puisqu'une multinationale pourra désormais attaquer un Etat en justice devant un tribunal international si elle estime que ses intérêts économiques sont lésés. Imaginez Monsanto attaquer la France qui interdit les OGM, Texaco attaquer la Belgique qui taxe le diesel, etc...

    Il faut d'ores et déjà faire savoir que nous ne désirons pas de ce Traité, et qu'il y a une multitude de points et de domaines non négociables. Il faut également exiger d'âtre informé de tout ce qui se discute actuellement entre la commission européenne et les Etats-Unis à ce niveau. Et il faudra absolument que la population puisse donner son avis avant que ce Traité ne soit adopté dans notre dos.

    Je tiens trop à mes fromages au lait cru, à mes vieilles variétés de tomates oubliées Bio, à mon alimentation sans OGM, et à mon refus de voir une multinationale un jour nourrir le monde, avec ses produits industriels de piètre qualité et sans goût. Et cela, c'est juste au niveau alimentation ! Je ne parle pas de tout le reste... Soyons très vigilants ! Terriens, il est temps d'agir...

  • Enfin du soleil...

    Cela fait quelques jours maintenant que nous bénéficions enfin d'un peu de soleil. Il était temps ! Nous n'avons, en effet, pas été gâtés ces 6 derniers mois. Avec 120 heures en octobre, 50 en novembre, 30 en décembre, 36 en janvier, 59 en février et 82 en mars, cela nous donne 377 heures d'ensoleillement en 6 mois... Pas terrible du tout...

    Bruxelles bénéficie normalement de 1.084 heures d'ensoleillement par an. Là on est bien en-dessous des normes. Et quand on sait que, par exemple dans le Var, la norme est de 2.800 heures de soleil par an, on se demande ce qu'on fait ici. 

    Et puis il y a le froid. Le mois de mars le plus froid depuis 1962 ! Et ce n'est pas fini : le printemps n'est toujours pas là, il faudra encore patienter jusqu'à la mi-avril au moins... Pas très bon pour nos agriculteurs qui ont perdu leurs semis, ni pour le prix de certains légumes de saisons qui grimpe de 30%...

    Vivement un peu de chaleur...

  • Sans danger, l'eau du robinet ?

    L'eau du robinet est le produit alimentaire le plus surveillé. Les normes maximales à respecter sont les suivantes (c'est long mais instructif...) : Paramètres microbiologiques : Escherichia coli et entrocoques 0/100 mlParamètres chimiques : Acrylamide 0,10 µg/l, Antimoine 5 µg/l, Arsenic 10 µg/l, Baryum 1 µg/l, Benzène 1 µg/l, Benzo(a)pyrène 0,01 µg/l, Bore 1 mg/l, Bromates 10 µg/l, Cadmium 5 µg/l, Chrome 50 µg/l, Chlorure de vinyle 0,5 µg/l, Cuivre 2 mg/l, Cyanures totaux 50 µg/l, 1,2-dichloroéthane 3 µg/l, Epichlorhydrine 0,1 µg/l, Fluorures 1,5 mg/l, Hydrocarbures aromatiques polycycliques 0,1 µg/l, Mercure total 1 µg/l, Microcystine-LR 1 µg/l, Nickel 20 µg/l, Nitrates 50 mg/l, Nitrites 0,1 mg/l, Pesticides 0,1 µg/l (0,03 mg /l pour l’aldrine, la dieldrine, l’hectachlore et l’hechtachloroépoxyde), Total des pesticides 0,5 µg/l, Plomb 10 µg/l, Sélénium 10 µg/l, Tétrachloroéthylène et trichloroéthylène 10 µg/lTotal des trihalomèthanes 100 µg/l, Turbité 1 NFU, Aluminium total 200µg/l (500 µg/l pour l’eau chaude), Ammonium 0,1 mg/l, Bactéries coliformes 0/100 ml, Chlore libre et total Absence d’odeur ou de saveur désagréable, Cuivre 1 mg/l, Chlorites 0,2 mg/l, Bactéries sulfito-réductrices et spores 0/100 ml, Couleur 15 mg/l de platine, Conductivité 180, 1000 µ/S/cm à 20 °C, Concentration en ions hydrogènes 6,5, 9 unités pH, Carbone organique total 2 mg/l, Equilibre calcocarbonique : Pas d’agressivité, Fer total 200 µg/l,Manganèse 50 µg/l, Germes aérobies revivifiables à 22°C et à 37°C 10 fois la valeur habituelle, Oxydabilité au permanganate de potassium 5mg/l O2, Odeur Acceptable, Saveur Acceptable, Sodium 200 mg/l, Sulfates 250 mg/l, Température (sauf dans les DOM) 25°C, Turbidité 0,5 NFU, 2NFU au robinet, Radioactivité : DTI 0,1 mSv/an Tritium 100 Bq/l ! Et, lorsque vous achetez une bouteille d’eau (que vous payez jusqu'à trois cent fois plus cher que l’eau du robinet), ce n’est pas le liquide que vous payez le plus cher mais l’emballage qui finira à la poubelle (coût du liquide : 20 % ; coût de l’emballage : 80 %) ! Et si, malgré cela vous hésitez à boire de l'eau du robinet, vous pouvez toujours la traiter. Plus performant que l'adoucisseur, l'osmoseur (osmose inverse) purifie totalement l'eau. Par un procédé physique, il élimine les impuretés de l'eau à 98% : les nitrates, les métaux lourds (plomb mercure, cuivre), les bactéries et virus, ainsi que les polluants organiques (insecticides, herbicides). L'osmoseur se place généralement sous l'évier et permet d'obtenir jusqu'à 100 litres d'eau pure par jour. Pour quelques centimes par litre, ce n’est pas une dépense mais au contraire une économie substantielle par rapport à l’achat d’eau en bouteilles ! Mais, il reste le problème des oestrogènes, dont peu de monde parle : il y a longtemps que des chercheurs associent différents types de polluants chimiques à différents types de changements liés au système reproducteur des poissons. Mais ce qui est nouveau cette fois, c’est que l’un de ces polluants serait contenu dans la pilule contraceptive: une forme particulièrement efficace d’oestrogène contenue dans l’urine des femmes qui prennent cette pilule se retrouverait, via les déversements d’égouts, dans les rivières, et contaminerait ainsi les poissons. Mais ça ne s’arrête pas là, puisqu’après avoir contaminé les poissons mâles, ce contaminant pourrait à son tour, via l’eau du robinet, contaminer les hommes, révélaient dimanche la BBC et le quotidien The Independant ! Selon le Dr Charles Taylor, de l’Université Exeter, l’oestrogène accusé serait si efficace que même une partie par million suffirait à provoquer de tels dommages au système reproducteur des poissons. D’où l’inquiétude pour les humains, puisque de telles concentrations sont indétectables avec nos systèmes traditionnels de filtration de l’eau... Et là, vous venez de comprendre pourquoi je ne bois que du vin...