nord-sud

  • Il faut que cela change...

    Un milliard de riches occupe l’Amérique du Nord, l’Europe, l’Australie et le Japon et règne tyranniquement sur les pays du Tiers-monde. soit un peu plus de 5 milliards et demi de gens, dont le pauvre destin est joué d’avance.

    Ce milliard d'individus s'approprie les 7/10 de l'énergie, les 4/5 du bois et autant des produits de la pêche, les 3/4 des métaux, les 5/6 des crédits d'éducation, les 9/10 des budgets de recherche et de développement, possède les 3/4 des automobiles, neuf avions sur 10, etc. Voilà des chiffres bien peu consensuels et équitables qui prouvent l’excessive mainmise du milliard de privilégiés dont la liberté de puiser et d’épuiser ne s’arrête pas où commence celle des autres 5 milliards soumis au diktat. Nous garantissons ainsi aux plus pauvres de continuer à stagner, voire à s’enfoncer, dans leur état de pauvreté.

    En terme d’empreinte écologique insoutenable, un Nord-américain ou un Français valent combien d’Africains ? L'état américain le moins densément peuplé qu’est le Wyoming (510.000 habitants) émet plus de CO2 que 69 pays en développement réunis et totalisant 357 millions de personnes.

    C'est tout cela qu'il faut revoir et corriger, en changeant nos modes de vies et nos choix de consommation : devenir autonome en énergie, économiser l'eau, acheter local, éviter les emballages, boycotter les produits polluants, recycler les déchets et vivre plus simplement, en privilégiant l'être plutôt que l'avoir. 

    Nous nous porterons tout aussi bien, en consommateurs réfléchis et responsables, respectueux de notre environnement et du reste de la planète. Terriens, il est temps d'agir...    Et c'est le moment de le faire.

  • Période trépidante et chargée...

    Pas de dégustation hebdomadaire lundi passé, faute de combattants en cette période trépidante et chargée... Il faut bien avouer qu'en cette période, on déguste plus que d'ordinaire, toutes les occasions étant bonnes : pré-réveillons en cascade, fêtes plus ou moins improvisées, déjeuners de fin d'année avec les collègues, au cours desquels on s'amuse souvent bien mieux que lors du réveillon officiel. D'autres, dont c'est le métier, n'arrêtent pas de déguster et découvrir de nouveaux flacons, comme ce Harlan Estate 2002, Napa Valley (inconnu de ma modeste personne), dégusté après un Trotanoy 70 et un Grange 99 : le plus incroyable des vins bus en 2007. Un mixte de plumes du peintre, de Lafite et de Porto : le paradis, paraît-il... Le Number One américain, au prix d'un petit Petrus ou d'un très grand Haut-Brion (soit 1.000 dollars). Parker le cote 100/100 : 'This profoundly complex wine exhibits notes of cedar, black currant liqueur, scorched earth, smoke, and graphite. Incredibly broad, sweet, full-bodied, opulent, and voluptuous...' 'Approaching perfection. On the palate those flavors are intense and vibrant, creating a mouthcoating sensation and finishing with a long, persistent finish and rich, integrated tannins.' C'est vrai que cela à l'air magnifique, mais le prix titanesque d'un tel flacon vaut-il le plaisir qu'on éprouve à le boire ? Pour ma part, je me retire 2 semaines dans un pays où le salaire mensuel moyen est de 12 Euros : cela fait réfléchir ! Et cela remet pas mal de choses et de valeurs en place ! Ce blog atteindra les 100.000 visiteurs pendant ce voyage, et je vous en remercie. Bonnes fêtes de fin d'année à toutes et tous ! On se retrouve le 7 janvier. En pleine forme.