net

  • Dégustation du lundi 160

    Dernière dégustation 2011, magnifique, du Clos, ce lundi soir, orchestrée par le gardien des lieux, avec pour commencer un champagne à la robe dorée et au superbe nez de Chardonnay Grand Cru, sur une bonne vinosité, et fort bien travaillé au niveau élevage. En bouche, une bulle fine et quelque chose de vineux mais pas trop long et trop enrobé. La finale est sur la douceur, enrobée et maquillée, sans tension ou nervosité : un peu mou. Champagne Tarlant 1998 Brut Prestige Extra Brut. Cette bouteille date encore de la période de transition (père/fils). C'est beaucoup mieux aujourd'hui et cela va devenir une très bonne maison, car leur vision du Champagne est la bonne.

    Second flacon, toujours à la robe dorée, présente un nez de Chardonnay comme il faut, sur de la noix. La bouche est beurrée, classique, ample, avec une très belle attaque, avant de retrouver en finale ce que l'on avait au nez. C'est très beau. Nous sommes tous en Bourgogne et c'est faux : Kistler 2003 Mc Créa Vineyards, Sonoma Mountains (bouteille n° 19270 sur 22.000). C'est le plus grand Chardonnay américain, travaillé à la bourguignonne, à la Coche-Dury.

    Troisième flacon de la soirée, toujours à la robe dorée - fête oblige- et nez typique d'Alsace, Zind Humbrecht les yeux fermés, avec pas mal de résiduel, en Gewurztraminer. La bouche est très parfumée, toujours sur du Gewutztraminer, mais il y a aussi autre chose. Il y a la sucrosité, puis de la vivacité qui apparaît. Ce n'est pas monolythique, ce qui nous fait penser à un parcellaire de chez Deiss. Exact : Altenberg Bergheim 2004 en Grand Cru de Marcel Deiss. Très belle bouteille.

    Quatrième flacon -enfin les rouges- à la robe noire aux reflets pourpres et au nez puissant, concentré, crémeux, sur des fruits rouges, avec beaucoup de profondeur. La bouche est racée, fine, droite comme devrait l'être la justice. On est dans le sud, sur des collines. C'est très riche, avec un corps qui accompagne le fruité, tout en finesse, en dentelle, sur du cassis. On pense à une fine Syrah en Côte Rôtie, et on se trompe : Crozes-Hermitage "Le Clos des Grives" 2009 du Domaine Combier. La révélation de la soirée...

    On poursuit, avec un vin à la robe évoluée et grenat et au nez de vieux bordeaux, sur de la fraîcheur et des fruits rouges.En bouche, une certaine souplesse, des arômes tertiaires, mais aussi du fruit et de la fraîcheur sur une belle finesse. Beaucoup de plaisir avec ce Grand Vin de Château Latour 1970 en Premier Grand Cru Classé à Pauillac. Bien meilleur que le Lynch Bages 70 et L'Evangile 70 dégustés les semaines précédentes... Avec Petrus et Trotannoy, les meilleurs bordelais du millésime 1970.

    La suite avec un vin à la robe noire et au magnifique nez très proche du Crozes-Hermitage. En bouche, un côté sud, plus chaud, avec moins de trame et moins net. Cependant, la graduation est parfaite. Domaine Richeaume 2009 Cuvée Columelle de la Famille Hoesch en "Vin de France". Avant, c'était un Côtes de Provence.

    Septième et dernier flacon de la soirée, à la robe foncée aux contours pourpres et au nez majestueux sur des fruits rouges mûrs. La bouche est fondue, la tenue est magnifique, la longueur incroyable. C'est classique, prestigieux et très fin : Domaine Bois de Boursan 2007 Cuvée des Félix en Châteauneuf-du-Pape de Jean et Jean-Paul Versing. Fort belle bouteille.

    Un architectural et délicieux risotto japonais (Sushi Brown Rice) agrémenté de poissons crus et de crevettes Tiger, d'algues et de légumes crus, magistralement assaisonné nous permis d'achever cette dernière dégustation du Clos 2011 dans la délectation. Bonnes fêtes à tous.


    Clos 20111219.JPG