napa valley

  • Dégustation du lundi (96)

    Très bonne soirée sur le thème des vins américains, à 3, deux de nos compères rentrant, assez entamés,  de Loire. Trois bouteilles donc, avec, pour la première, une robe rubis évoluée au nez de Pinot. La bouche, chaude et évoluée elle aussi, est sur de l'humus, du terreau, un boisé fondu et évolué et un peu de fruits mûrs. Avant Garde Pinot noir 2004 du Domaine Carneros dans la Napa Valley.

    Second flacon, le piège de la soirée, à la robe noire et au nez de Cabernet. En bouche, jeunesse, extraction assez poussée avec de l'alcool et un peu de sécheresse en finale. On apprend alors que c'est un 2004, mais français...  Château Palmer 2004 Margaux. C'est un vin austère, l'archétype du vin serré et fermé qui va durer, mais sans jamais vraiment s'épanouir. En seconde bouche, il s'avère moins dur, plus complexe. Ce Palmer, côté 94/96 par Parker, et composé exceptionnellement de 47% de Merlot, 47% de Cabernet Sauvignon et de Petit Verdot pour le reste, semble être supérieur aux 2003, 2002 et 2001, et plus concentré. A voir dans le temps...

    Troisième flacon, à la robe noire légèrement évoluée sur les contours, et au nez de Cabernet. La bouche est concentrée, douce, dense avec de la matière, bien structurée, noble et racée, avec une très belle finale sur des mûres, des cerises et du tabac épicé. Très belle bouteille : Dominus 1999 Napa Valley de Christian Moueix. C'est un vin à la personnalité française très caractéristique.

    Une pensée émue à Philip Togny et son compère Shaffer, 2 vignerons de la Napa Valley que nous avions eu la chance de rencontrer il y a quelques années à Bruxelles, pour une dégustation mémorable, et une autre à ce fameux "Screaming Eagle" que nous ne goûterons peut-être jamais, tant la production est faible, et les bouteilles hors de prix...

    Lundi prochain, bouteille au choix : ce thème présente l'avantage d'éviter les bouteilles pièges. Bonne semaine à tous, et à lundi prochain.