naissance

  • Dégustation du lundi (50)

    En l'honneur de la venue du petit Mathias, on dégusta le 03/12/2007 un Marie Besnard 2004 en Anjou de chez René Mosse : un nez d'alcool et de pétrole sur des fruits mûrs, une attaque puissante qui tombe assez vite, un vin assez lourd, peut-être servi trop chaud. On attaqua alors un Château Gruaud Larose 89 en Saint Julien, au très beau nez de fruits rouges, frais et persistant. La bouche, toujours sur les fruits rouges, était belle, mais austère (une finale de cabernet, sans le fruité), et sans la longueur que pouvait laisser présager le nez. Histoire de millésime : le 82 et le 86 ont un fruité qui persiste plus. Très belle bouteille quand même. On poursuivi avec un Vega Sicilia Reserva Especial "Unico" (Bouteille n° 01554 sur 14.338), mis en bouteille en 2003 sur base d'un mélange de barriques de 85, 90 et 91, 3 millésimes exceptionnels. Le nez m'indiqua tout de suite un vin étranger, avec du fruit et un boisé qui fait peur. Heureusement, la bouche s'avéra magnifique, fruitée, fraîche et tout en finesse : une splendeur. Il pourrait encore attendre 10 ans, qu'il se fasse, car ce vin est encore fort jeune. On termina sur un Tokaji Aszù 1996 Dobogo 6 Puttonyos, dense comme un sirop, à l'acidité remarquable, au nez très complexe, et à la bouche un peu oxydative, très fraîche, sur des raisins secs et des abricots. Une dégustation qui s'achève en beauté.

  • Merci Apolline...

    Désolé de laisser ce blog un peu à l'abandon, mais une surcharge temporaire de travail m'empêche d'y consacrer du temps... Tout cela devrait changer début juin ! Ceci dit, c'est avec un grand plaisir que j'ai répondu présent à une petite dégustation organisée pour la naissance d'Apolline, dont les seconds et troisièmes prénoms sont Romanée et Margaux... , des prénoms prédestinés ! Cela commença pourtant fort mal pour l'un d'entre nous, qui avait amené 2 superbes magnums de Champagne : "S" Salon 1988 en Blanc de Blancs, et "Coeur de Cuvée" 1993 de Vilmard, tous les deux bouchonnés ! Un massacre pour les amateurs de grands champagnes ! Donc, à ma grande satisfaction, on attaqua directement les rouges, avec un Domaine de la Grange des Pères 2001, vin de pays de l'Hérault, d'une fraîcheur assez exceptionnelle et vraiment bien fait. On poursuivi avec un Bodegas Alejandro Fernandez, Tinto Pesquera, Ribera del Duero 1994, Gran Reserva, lui aussi assez somptueux et d'une grande fraîcheur. Tout comme le suivant : un Manssetto 1993 Tenuta dell'Ornellaia, Vino da Tavola di Toscana. On acheva cette belle soirée par quelques classiques : un Grand Vin de Léoville du Marquis de Las Cases 1983, magnifique et fort jeune pour son âge, un Château Mouton Rothschild 1986, millésime légendaire, et qui, une fois de plus nous a ravi par sa complexité, sa jeunesse, et son potentiel. On acheva avec un très beau Quinta do Noval "Nacional" Vintage 1987, un porto exubérant, d'une longueur et d'une finesse remarquables. Et nous pouvons tous affirmer que, mélangé à une Trappiste 10 de l'Abbaye de Rochefort, c'est toujours très bon et assez surprenant ! Espérons que la petite Apolline apprécie le vin (je n'ai aucun doute à ce sujet) et perpétue les dégustations de flacons exceptionnels, comme le font son jeune père et ses amis... Longue vie à toi, Apolline !