morilles

  • Petit poulet de Bruxelles aux morilles...

    Maintenant que mon mal de tête me quitte enfin (sûrement dû à ces 2 vins blancs de Loire, dégustés hier soir...), je me permets de revenir sur ce plat tout simple et tellement bon, dégusté lui aussi hier soir. Vous achetez quelques petits poulets de Bruxelles (ceux qui courent en liberté, et pas d'infâmes volailles nées et mortes en batteries, et dont le goût fait même s'enfuir les chats), que vous débitez en morceaux avant de les poêler au beurre (du vrai beurre au sel marin de Guérande, et pas un pseudo machin anti-cholestérol), pour bien dorer la peau et empêcher les sucs de s'échapper. Vous mettez le tout dans une grande casserole, dans laquelle vous versez 2 boîtes de jus de morilles (Monteil, 375 gr), et vous laissez cuire avec couvercle. Pendant ce temps, vous hydrater 100 grammes de morilles séchées, que vous rincez plusieurs fois, avant de les poêler au beurre. Là, il est temps de peler de vraies bintjes de belle taille, non traitées, et de les tronçonner en frites artisanales, que vous plongerez dans une bonne huile végétale de qualité, après les avoir séchées. Quand le poulet parfumé aux morilles est bien cuit, récupérez le jus de cuisson dont vous ôterez les graisses en surface. Versez le reste du jus sur les morilles, ajoutez une bonne dose de vraie crème fraîche à 40% de matières grasses (et pas un truc allégé sans goût) et laissez réduire. Assaisonnez de fleur de sel et de poivre noir et servez. Un plat de fêtes, simple à réaliser, goûtu, parfumé, avec de la matière et de bons produits. Bon appétit.