monopole

  • Une contamination chronique et diffuse dont nous ignorons encore tout...

    60729181.jpg

    En déversant un colorant biologique moins dense que l'eau au large de fukushima, des chercheurs ont pu modéliser son trajet dans la pacifique. Il apparaît que la diffusion de la radioactivité est rapide, ample et généralisée. Après quelques mois, toute la moitié nord de l'océan est contaminée par des doses plus ou moins élevées de matières radioactives. La moitié de l'humanité va subir une contamination chronique et diffuse, type d'empoisonnement dont nous ignorons encore tout.

    Les côtes les plus contaminées par les courants radioactifs selon IOPsciences seront : la côte ouest du pacifique, la côte de l'Amérique du nord, Hawaï, la Californie du sud, et les îles aléoutiennes. Les américains de la côte Ouest pourraient être dix fois plus exposés au césium 137 que les japonais. Pourtant l'administration Obama n'a rien fait pour informer ou protéger ses compatriotes de la côte ouest (Source : wikistrike.com).

    La contamination radioactive étant invisible, sans odeurs et silencieuse, il est très difficile de la détecter, à moins d'être équipé de compteurs Geiger qui vous indiquent le taux de contamination de l'air que vous respirez, de l'eau dans laquelle vous vous baignez ou du poisson que vous allez déguster.

    Cet aspect de pollution non détectable ou mesurable par la plupart d'entre-nous permet à l'industrie nucléaire et aux pouvoirs politiques de minimiser, ou carrément nier, toute fuite de matières radioactives. Et de continuer à proclamer à qui veut encore l'entendre que le nucléaire, c'est propre et sans danger. Cette carte nous prouve le contraire, et devrait nous inciter à passer aux énergies renouvelables une fois pour toutes.

  • ULB : réseau gratuit

    Enfin, un ministre en charge de l'informatique (je ne savais même pas que cela existait !), a décidé d'installer un système Wi-Fi/Wimax sur le campus de l'ULB/VUB, ce qui permettra aux students de surfer gratuitement sur internet avec leurs portables, dès le mois d'octobre. En outre, des tests de téléphonie IP (Internet Protocol) seront effectués par le personnel de l'Université et permettra également de téléphoner gratuitement via internet. L'objectif du ministre est d'élargir, à terme, cette expérience à l'ensemble du territoire de Bruxelles, à moins que Belgacom (encore un monopole) et consorts (ceux qui essayent de briser le monopole) n'y voient un inconvénient (encore le pognon). Pas mal, tout ça ! Sauf qu'on va encore accroître la densité des ondes qui nous traversent chaque jour, et dont je suis sûr qu'elles sont nocives pour la santé. Mais ça, on ne le verra que dans quelques années... D'ici-là, GSMons et surfons joyeusement...