micro-ondes

  • Matinée d'information "Ondes et cancers"...

    Wifi , micro-ondes, GSM, imagerie médicale, radiothérapie... Aujourd’hui, nous pourrions difficilement nous passer de ces progrès technologiques ! Mais d’autre part, ce bain d’ondes, permanent ou temporaire, suscite bien des questions et des inquiétudes latentes. 

    Ne nous exposons-nous pas inconsidérément à des rayonnements nocifs ? Ne jouons-nous pas aux apprentis-sorciers ? 

    La Fondation contre le Cancer vous invite à une matinée d’information pour faire la part des choses sur ce sujet controversé. Samedi, 23 Novembre, 2013 de 09:00 à 12:30 au Diamant Center, Boulevard Auguste Reyers 80, 1030 Bruxelles. Inscriptions par téléphone: +32 (0)2 743 37 36.

    Les sujets abordés : Champs électromagnétiques et cancers, Radiologie, radiothérapie et risques de cancer, Ultra-violets naturels ou artificiels et cancers, Le point sur l'irradiation des aliments...

    Avec la participation du Docteur Jean-Benoît Burrion (Brumammo et Institut Jules Bordet), du Professeur Pierre Scalliet ( UCL Saint-Luc), du Docteur Christian Pirard (Clinique Notre-Dame de Grâce) et le Professeur Nicolas Guggenbühl (Institut Paul Lambin.


    - See more at: http://www.cancer.be/node/37594#sthash.gBdQ72ZR.dpuf

  • Les 12 conseils vitaux...

    La nocivité des rayonnements électromagnétiques ayant enfin été démontrée, voici les 12 conseils vitaux à adopter de toute urgence :

    Ne laissez pas les enfants de moins de 12 ans utiliser un portable sauf en cas d'urgence, et pas de GSM pour les moins de 15 ans.

    Lors des communications, maintenez autant que possible le téléphone à plus de 1 mètre du corps.

    Utilisez le mode haut-parleur, ou un kit mains libres équipé d'un tube à air dans ses derniers 20 centimètres.

    Restez à plus de 1 mètre d'une personne en communication et évitez d'utiliser votre téléphone dans des lieux publics.

    Evitez de garder un portable sur vous, même en veille. Ne le laissez pas à proximité de votre corps la nuit.

    Si vous devez le porter sur vous, dirigez la face « clavier » vers votre corps et la face « antenne » vers l'extérieur. Ne pas porter son GSM contre son coeur, l'aisselle, la hanche ou près des parties génitales.

    N'utilisez votre portable que pour établir le contact ou pour des conversations de quelques minutes. Soyez le plus bref possible. Limitez le nombre et la durée de vos appels.

    Quand vous l'utilisez, changez votre portable d'oreille régulièrement et attendez que votre correspondant ait décroché avant de le mettre contre l'oreille.

    Evitez d'utiliser le portable lorsque le signal est faible ou lors de déplacements rapides, comme en voiture ou en train. Idem dans les ascenseurs, ou tout autre infrastructure métallique. 

    Communiquez par SMS plutôt que par téléphone.

    Choisissez un appareil avec le débit d'absorption spécifique le plus bas possible par rapport à vos besoins : il existe des GSM à faible rayonnement, bien moins nocifs pour la santé que les Blackberry et autre I-Phone... Renseignez-vous.

    Ne jamais approcher un téléphone mobile en fonctionnement du ventre d'une femme enceinte.

  • Nocivité des GSM enfin démontrée...

    L'usage régulier du GSM est cancérigène à long terme selon les résultats de l'étude internationale Interphone. Voyez dans la colonne de droite le lien vers criirem.org publiant un classement des GSM selon la puissance des ondes émises. L'antenne relais de téléphonie mobile est également nocive pour la santé. La norme bruxelloise de 20,6 volts par mètre sera réduite en mars 2009 à 3 volts par mètre, conformément à l'avis du Conseil supérieur de la santé. Ce sera toujours 100 à 1.000 fois plus qu'en Suisse et en Autriche..., où les antennes ont été surélevées pour que les ondes passent au-dessus des habitations les plus proches. La wifi (ordinateur sans fil), rayonne sur la même fréquence que le four à micro-ondes, en moins puissant. Le gouvernement allemand déconseille son usage. A mon avis, il doit y avoir une solide raison... Enfin, le téléphone portable sans fil à domicile, émet sans discontinuer des ondes pulsées dont la puissance est souvent supérieure aux 3 volts par mètre... Encore une bonne nouvelle ! En résumé : éloignez-vous de votre GSM, abattez l'antenne relais que vous voyez de votre fenêtre, jetez votre système Wi-fi et raccordez votre PC au câble (et idem pour vos voisins, sous peine d'être irradié passivement...), et jetez votre téléphone fixe sans fil ! Et je ne parle pas du Baby phone, et autre Walky-talky... Et, si un petit cancer devait apparaître, après ces années d'utilisation garanties sans danger pour la santé, portez plainte à Proximus, Nokia, Panasonic et consorts, ainsi qu'à nos ministres de l'époque, qui, tous, ont falsifiés les rapports de nocivité, afin se s'enrichir au dépend de votre santé, comme d'habitude... Triste époque que la nôtre, où le pognon passe avant tout.

    Plus d'infos sur http://www.iarc.fr/en/Research-Groups/Clusters-Groups/Biostatistics-and-Epidemiology-Cluster/Radiation-Group/The-INTERPHONE-Study, sur  www.001.be.cx/ et sur http://www.next-up.org/main.php?param=regionsfr

  • GSM : la nocivité se confirme...

    « A la lumière des 70 ans que cela nous a pris pour retirer le plomb des peintures et des 50 ans qu’il a fallu pour établir de façon convaincante le lien entre la cigarette et le cancer du poumon, j’affirme qu’on ferait bien de tirer les leçons du passé pour mieux interpréter les signes de risques potentiels », a poursuivi le docteur Ronald Herberman, directeur d’un des dix plus importants centres de recherches américains contre le cancer à l’Université de Pittsburgh (Pennsylvanie, est). La majorité des études disponibles assurant qu’il n’y a pas de risque de développer des tumeurs avec le téléphone cellulaire, ont été menées auprès de personnes ayant utilisé un portable pendant peu de temps, ont regretté les experts interrogés. « La plupart de ces études (…) sont caduques, ont des problèmes de méthodologie et n’incluent pas assez de sujets utilisant le portable depuis longtemps », a asséné le docteur Herberman. Une tumeur au cerveau met une dizaine d’années à se développer. En outre, ces études qualifient d’usage « régulier », l’utilisation d’un portable « une fois par semaine » seulement, ont relevé ces scientifiques. Ils ont en revanche cité plusieurs études européennes, en particulier de Scandinavie --berceau du téléphone cellulaire- –, qui montrent un lien entre usage fréquent du portable et tumeurs bénignes et cancéreuses. Une récente étude suédoise du docteur Lennart Hardell affirme qu’un utilisateur régulier a deux fois plus de risques de développer une tumeur du nerf auditif du côté de l’oreille où il utilise le combiné, plutôt que de l’autre oreille. Une autre étude israélienne détermine une hausse de 50 % des chances d’avoir un cancer de la glande salivaire. « C’est toujours du côté du visage où on utilise le plus fréquemment le portable », a précisé le professeur Carpenter. Enfin, selon une communication scientifique faite en septembre à la Royal Society de Londres, les adolescents ayant commencé à se servir largement du portable avant 20 ans ont 5 fois plus de chances de développer un cancer du cerveau à l’âge de 29 ans que ceux qui n’ont pas de portable. « Il y a dans le monde trois milliards d’usagers réguliers de téléphones cellulaires. Nous avons besoin d’un message de précaution », a affirmé M. Herberman. Tout ce beau monde de la téléphonie mobile, ces multinationales et leurs études truquées concernant les dangers du GSM, leur lobbies puissants auprès des pouvoirs politiques et des organismes de contrôle, se sont enrichis au dépend de notre santé. Nokia et comparses ne sont dorénavant même  plus assurés en cas de plaintes émanant d'usagers atteints d'une tumeur : les compagnies d'assurances ont rompus les contrats... Bizarre, non ? Alors qu'ils clament tous haut et fort depuis 15 ans que le GSM est inoffensif ! A mon humble avis, l'hécatombe est pour bientôt : cela sent le roussi...

  • Biberons plastiques : danger...

    Le dossier a de quoi perturber les jeunes mères. Un produit chimique au nom compliqué : bisphénol A, qui rend les biberons en plastique transparents et quasi incassables. Un pays, le Canada, qui a annoncé son intention d'interdire la commercialisation de ces biberons (Le Monde du 6 mai). Et pour couronner le tout, trois études présentées le 14 mai à Genève lors du congrès européen sur l'obésité qui font apparaître que le contact avec des produits chimiques utilisés dans la fabrication de biberons ou d'emballages alimentaires en plastique augmenterait le risque d'obésité. En France, la direction générale de la santé a saisi l'Agence de sécurité sanitaire des aliments (Afssa) afin qu'elle se prononce sur d'éventuelles nouvelles recommandations quant aux niveaux acceptables de bisphénol A. "Le travail de l'Autorité européenne de sécurité des aliments et de l'Afssa doit notamment permettre de savoir s'il est nécessaire de prendre des précautions d'emploi en cas de chauffage du biberon au micro-ondes", explique Didier Houssin, directeur général de la santé. A température élevée, le composé chimique peut "migrer" dans les aliments. En attendant l'avis de l'Afssa, prévu pour fin août, faut-il opter pour le biberon en verre ? "Le bisphénol A mime l'effet d'hormones. Il est peu actif sur les cellules du foie mais dangereux pour les cellules neuronales", affirme le biologiste Claude Reiss, ancien directeur de laboratoire au CNRS, aujourd'hui membre d'Antidote-Europe. "Des cellules neuronales exposées au bisphénol A s'engagent dans des voies pathologiques", constate M. Reiss. En novembre 2006, le mémorandum de l'Appel de Paris - signé par un millier de scientifiques - demandait "le retrait du marché" de différentes substances chimiques parmi lesquelles... le bisphénol A. En attendant, vive le verre... Quant à mon avis sur le micro-ondes, vous le connaissez depuis longtemps...

  • GSM : attention danger...

    Et maintenant les GSM. J'ai toujours été opposé à ce mode de télécommunication et ai reporté son achat (contraint-forcé au niveau professionnel) le plus tard possible. Depuis que je l'ai, je m'en méfie comme de la peste, répond aux appels mais évite d'en donner, et limite toujours la conversation au strict minimum. Et je donne mes appels d'un poste fixe, dès que j'en ai l'occasion. J'avoue évidemment que nous ne pourrions plus nous passer de cet appareil aujourd'hui (mais comment faisions-nous avant?), car c'est fort pratique. Mais ce que vous ignorez peut-être, c'est que c'est fort dangereux également ! A nouveau, les lobbies des télécommunications, sur ordre de grandes multinationales, ont tout fait pour contrer, minimiser, fausser les études prouvant la nocivité de nos GSM et des antennes. Or, si on est sensé, les micro-ondes utilisées sont les mêmes que celles de votre four : donc on cuit ! Il paraît que si vous déposez un oeuf entre 2 GSM en communication l'un avec l'autre, il est dur après 65 minutes ! Ces ondes ont donc certainement un effet néfaste sur notre cerveau et sur notre santé. C'est tellement sûr que les grandes compagnies d'Assurances refusent de couvrir ce risque auprès des multinationales qui vendent ces GSM. Il faudra attendre, comme pour l'amiante, des milliers de cas de cancers, avant de ne plus pouvoir nier le lien de cause à effet, et de prendre alors les mesures qui s'imposent. Mais à nouveau, il sera trop tard ! En attendant, quelques conseils : portez l'oreillette piéton, limitez la durée des communication et l'usage du GSM, ne téléphonez que quand le signal de réception est maximum (les ondes émises sont alors moins puissantes), ne collez pas votre oreille quand il compose le n° (les ondes sont alors très puissantes), éteignez-le la nuit et quand vous ne l'utilisez pas, ne dormez pas avec, ne le portez pas à la ceinture : bref, méfiez-vous en ! Pour celles et ceux qui ne seraient pas convaincus, allez jetez un oeil sue le site suivant : http://membres.lycos.fr/filterman/

  • Aah, ce bon vieux micro-ondes...

    Adorateur de la vraie cuisine, j'ai toujours rejeté le micro-ondes, persuadé que les changements moléculaires des aliments chauffés présentaient peut-être des dangers pour notre santé. Aujourd'hui, plusieurs problèmes se précisent : l'émission de micro-ondes par les aliments sortant du four : Il faut savoir que les aliments qui sortent du four à micro-onde ne doivent pas être consommés pendant les 10 à 15 minutes qui suivent la sortie du four ! C'est à dire que votre aliment a eu le temps de refroidir... En effet, un aliment sortant de ce four émet des micro-ondes pendant au moins 10 minutes ! Ces micro-ondes brûlent tout sur leur passage. Les critères d'innocuité sont basés sur des études effectuées selon les normes d'utilisation des constructeurs. Or, la plupart des utilisateurs ne lisent pas la notice... notice qui bien souvent est incomplète...Ensuite, il y a la dénaturation des aliments : La cuisson au micro-ondes entraîne une modification profonde de la disposition géographique dans l'espace de certains radicaux protéiques (passage de l'état lévogyre à l'état dextrogyre, conversion de la forme trans- à la forme cis-), qui pourrait bien se révéler avec le temps hautement cancérigène ou toxique pour le système nerveux central, le foie ou le rein. Il y a également production de radicaux libres (comme lors de l'irradiation des aliments par rayons Gamma), qui sont reconnus cancérigènes (cf : bio-électronique de Louis-Claude Vincent). Puis, il y a les prions ! Cette modification spatiale des protéines est la définition même des fameux prions ! L'usage du four à micro-ondes est sans doute l'un des principaux responsables des maladies à prions que l'on observe de nos jours, soit par ingestion d'aliments dénaturés, soit par action directe sur les protéines des humains consommateurs, à l'occasion des fuites ou de l'émission de micro-ondes par les aliments consommés. Et si vous n'êtes pas convaincus, arrosez 2 plantes identiques, l'une avec de l'eau bouillie, l'autre avec de l'eau chauffée au micro-ondes. Quand vous verrez la tête que fera la seconde, vous vous passerez vite de ce foutu appareil...