maturite

  • Dégustation du lundi (73)

    Petite dégustation à 3, improvisée en cette période de vacances. Après quelques petits soins apportés au vignoble, nous sommes passés à la dégustation à l'aveugle qui embaume nos lundis depuis onze ans déjà... Premier flacon, au nez discret, sans trop d'expression. En bouche, une matière qui dû être belle, un côté punchy suivi d'un côté suret, le tout sur une belle maturité, avec un élevage travaillé mais pas abouti : la finesse du pinot noir est EPO-issée... Bonnes -Mares Grand Cru 2000, élevé et mise en bouteille par Lucien Le Moine. Fort évolué pour son âge et décevant pour un Bonnes-Mares. Le second flacon, au nez de vieux bordeaux, mais frais, sur un fruité encore présent présentait une robe tuilée. Un peu chaud en bouche, mais tient le cap. Très agréable à boire et fort belle longueur. Vinification classique des années 70, début 80 : Château L'arrosée, Saint Emilion Grand Cru Classé 1983. Ce vin tient son rang et gagne encore à l'aération, malgré le petit millésime. Troisième flacon, au nez beaucoup plus expressif, et sur un plus grand terroir que le précédent. Nez sanguin. Robe rubis foncée, superbe. En bouche, très belle évolution, sur un beau fruité. Onctuosité, pleinitude et longueur définissent ce vin arrivé à maturité, et qui en a encore sous la pédale : Les Carmes Haut Brion 1986, Pessac Léognan de Philippe Chantecaille. Petit domaine (21.600 bouteilles), qui mérite le rang de Cru Classé. Prochaine dégustation non fixée. Demain la tempête et les averses qui semblent caractériser ce mois d'août 2008. En attendant l'été indien qui sauvera le millésime...