jeunesse

  • Les bienfaits de l'eau de Javel sur la peau...

    Bien connue pour ses propriétés antimicrobiennes, l’eau de Javel est un produit généralement destiné aux salles de bains et aux piscines. Elle pourrait cependant avoir des vertus qui dépassent le simple nettoyage des surfaces. En 2009, des dermatologues américains avaient montré que l’ajout d’un peu d’eau de Javel dans le bain soulageait les démangeaisons des enfants atteints d’eczéma. La raison de ce phénomène restait cependant assez mystérieuse.

    Selon certains spécialistes, l’eau de Javel tuerait les bactéries à la surface de la peau et empêcherait la propagation des rougeurs de l’eczéma. « Les concentrations d’eau de Javel utilisées ne sont pas assez élevées pour que ce soit la seule raison, explique Thomas Leung, directeur de recherche à l’université Stanford en Californie. Nous nous sommes donc demandé s’il n’y avait pas autre chose. ». Avec son équipe, il s’est intéressé de près à l’effet de l’eau de Javel sur la réparation des plaies. Les résultats, publiés dans la revue Journal of Clinical Investigation, démontrent les vertus régénératrices de l’eau de Javel.

    Les scientifiques ont constaté qu'en trempant les rongeurs dans un bain d’eau de Javel diluée à 0,005 % pendant 30 minutes, que l’eau de Javel limite la réaction inflammatoire chez cet animal. Ils ont répété l'expérience avec des souris atteintes de radiodermites, des lésions cutanées engendrées par des radiations excessives. Ils ont montré que les animaux ayant bénéficié du bain d’eau de Javel présentaient des blessures moins graves, une meilleure guérison et une repousse de poils plus rapide que les autres. « L’eau de Javel pourrait aider à guérir certaines blessures, indique Thomas Leung. C’est très intéressant car cette solution est simple, facile à obtenir et peu coûteuse. »

    Les chercheurs sont allés encore plus loin et ont à nouveau réalisé l’expérience mais avec des souris âgées cette fois-ci. « En les baignant dans la solution javellisée, la peau des animaux est apparue plus jeune, raconte le chercheur. De vieille et fragile, elle est devenue plus épaisse, avec une amélioration de la prolifération des cellules. » Seul point noir, le vieillissement a malheureusement repris son cours après trois semaines. Ces résultats sont néanmoins encourageants et suggèrent que l’eau de Javel limite le vieillissement de la peau chez la souris. De quoi nous inciter à se rendre à la piscine régulièrement en tout cas… Source : Agnès Roux, Futura-Sciences

     

  • Vivre plus longtemps...

    Selon un numéro de Science & Vie consacré à la mort, voici quelques conseils pour repousser l’inéluctable...

    Sachant que les gênes ne pèseraient que 25% sur la longévité, le reste étant dû à l’environnement (alimentation, hygiène de vie, activité professionnelle, etc.).

    1.) Ne pas fumer, boire avec modération, avoir une activité physique et manger 5 portions de fruits et légumes par jour allongerait l’espérance de vie de 14 ans.

    2.) Eviter une carence en anti-oxydants. Anti-oxydants qu’on retrouve dans les vitamines E (huiles végétales, noisettes, noix, beurre, poissons gras) C ( cassis, persil, poivrons, kiwi, fraises, oranges, etc.), et A (foie, beurre, oeufs cuits, fromages, carottes, épinards, brocolis), dans les polyphénols (raisin, vin rouge, thé vert), le zinc (poissons, abats, céréales complètes, lentilles) et le sélénium (oignons, céréales complètes, légumineuses).

    3.) Se mettre à la diète. Les cellules sont des moteurs qui s’usent avec la consommation d’énergie plus qu’avec le temps. On creuse sa tombe avec ses dents. Manger moins présente beaucoup d’avantages : réduction de la glycémie (taux de sucre) et de l’insuline (hormone liée au vieillissement), enzymes de réparation plus robustes, meilleure élimination des cellules anormales et ralentissement de la division cellulaire (retarde la puberté et augmente la longévité). Réduisons les portions, mangeons lentement et ne terminons pas notre assiette.

    4.) Le régime crétois : légumes verts, légumes secs, fruits, céréales non transformées (complètes) et poisson. En limitant la viande et les sucres.

    5.) La chimie. On parle beaucoup du resvératrol (puissant anti-oxydant, anti-inflammatoire et anti-cancéreux). Il est présent dans le vin (french paradox), dans le raisin, les mûres et les cacahuètes. On parle aussi de mélatonine et rapamycine, qui augmentent la longévité des animaux de laboratoires testés. Quant à la DHEA, hormone stéroïde qui atteint son pic chez les jeunes de 20 ans, et décroît à partir de 30 ans, son innocuité à long terme  lors de prise sous forme de comprimé laisse planer des doutes. A éviter donc.

    Personnellement, j’ajouterais : manger bio, ne pas respirer de gaz d’échappements, éviter les produits chimiques (produits d’entretien, peinture, vernis, encens, désodorisants, insecticides et pesticides), éviter les plastiques en contact avec les aliments, utilisation d’ustensiles naturels (verre, porcelaine, terre cuite, bois, fonte, inox), évitez les plats préparés et les produits de l’industrie agro-alimentaire (bourrés de sucre, de sel, de graisses de mauvaise qualité, de graisses hydrogénées et d’acides gras trans, d’OGM).

    L’espérance de vie descend, pour la première fois, aux Etats-Unis. Ils sont donc sur la mauvaise voie. Ne les suivons pas et réagissons tant qu’il en est encore temps. Terriens, il est temps d’agir...