infarctus

  • Mangeons plus de poissons...

    Selon plusieurs études lors desquelles 200.000 mangeurs de poissons ont été suivis, il apparaît que les individus qui déclaraient manger du poisson une fois par semaine avaient significativement moins de risques de mourir de maladie coronarienne que ceux qui ne consommaient pas de poisson. Les effets bénéfiques augmentaient graduellement en fonction de la fréquence de la consommation. Ainsi, la mortalité par maladie coronarienne était réduite de 23 % chez les patients qui mangeaient du poisson deux à quatre fois par semaine, alors que la mortalité coronarienne était réduite de 38 % chez les patients qui mangeaient du poisson cinq fois par semaine et plus. Chaque augmentation de 20 g par jour de poisson a été associée à une réduction de 7 % du risque de mortalité coronarienne. En conclusion, mangeons davantage de poisson, surtout les poissons gras qui sont peu contaminés par le mercure, comme le saumon, le hareng et le maquereau. Et en plus, c'est tellement bon !