hiver

  • Saint-Tropez désert ce 5 décembre 2015...

    Temps doux et pluvieux ce samedi à Saint-Tropez : une météo propice à des clichés inhabituels de cette cité habituellement envahie de milliers de touristes... Pas un chat sur le Port, et tous les commerces fermés, si ce n'est Sénéquier.

    IMG_1010.JPG

    Même spectacle Place des Lices, où même le Marché avait été annulé et déplacé, pour je ne sais quelle raison. Tout cela paraissait bien gris...

    IMG_1012.JPG

    Heureusement, le Bistro Des Lices était ouvert, avec un petit menu sympa à 25 euros et des assiettes ensoleillées.

    IMG_1023.JPG

    IMG_1024.JPG

    IMG_1031.JPG

    Le tout accompagné d'un très bon Pibarnon 2011, qui rehaussa encore ce très bon lunch. Une visite à la Maison Mer (superbe boutique rue Gambetta) et mon escale hivernale tropézienne prenait déjà fin.

    Même dans le sud, il y a des saisons.

  • Avec le retour du froid, ils sont tous revenus...

    Quel plaisir hier matin d'observer tous ces oiseaux venus se nourrir sur ma terrasse. Atterrissage de fortune sur le sol gelé, déplacements maladroits à la recherche de nourriture, dérapages incontrôlés et querelles entre espèces, tout cela est fort amusant.

    Le rouge-gorge de l'hiver passé est à nouveau présent et il essaye de s'imposer face aux nombreuses mésanges. Un couple de moineaux et trois merles sont également de la partie, ainsi qu'un couple de geais bleus. Tout ce petit monde déjeunant ensemble. Les geais, habituellement très craintifs, ne se cachent plus et dévorent leurs arachides à 2 mètres de moi. Il manque juste le couple de tourterelles.

    Il faut avouer que j'ai pensé à eux : arachides, boules de graisse, et graines diverses sont en libre service. Et cela marche très bien. Il va d'ailleurs falloir veiller au renouvellement des stocks !

    De plus, j'ai inauguré un nouveau câble chauffant posé hier en-dessous des 14 pots de plantes principaux de la terrasse. Ce câble empêche le pot de toucher le sol gelé, et en plus, dégage 20 watts au mètre, ce qui devrait maintenir les plantes hors gel. Du moins je l'espère... La vie de mes plantes extérieures tient désormais à un fil : en cas de black-out, elles meurent !

    Bref, après la très froide nuit que nous venons de passer, pensez à alimenter les oiseaux de votre quartier ! Et pas d'eau : l'oiseau qui s'y baignerait gèlerait instantanément !

  • Angoisse de black out non fondée...

    C'est la folie, tous ces gens qui courent acheter un groupe électrogène, ou ces entreprises qui pré-louent un énorme groupe électrogène sensé assurer leur alimentation électrique en cas de black-out cet hiver... Un climat de peur infondée semble s'être installé.

    N'oublions quand même pas que la Belgique n'est pas isolée, mais connectée à toute l'Europe, et même plus loin. En cas de soucis, des transferts d'énergie sont donc possibles. N'oublions pas, non plus, toutes nos centrales thermiques à l'arrêt depuis longtemps, mais qu'il suffirait de remettre en route.

    Côté météo, voyons ce que prédit mon gourou (Météolaflèche.com) :

    Novembre 2014 : Douceur ( + 1° C par rapport à la normale), mais précipitations importantes en seconde quinzaine (+ 40%) et soleil déficitaire (- 25%). Forts coups de vent sur l'Ouest. Premières neiges, en France (limite pluie /neige : 1.000 mètres) durant la 1ère quinzaine.

    Décembre 2014 : Douceur toujours ( + 1° C), coups de vents et précipitations (+ 40%), et peu de soleil (- 30%). A nouveau de la neige en France pendant la seconde quinzaine.

    Janvier 2015 : On reste dans l'agitation, avec toujours autant de pluie (+40%) et un déficit en soleil (- 20%). En seconde quinzaine, toujours doux sur l'Ouest et offensive hivernale probable sur l'Est. Et grandes marées le 22 et 23 janvier (coefficient 109).

    Février 2015 : Première quinzaine humide, seconde quinzaine anticyclonique, un peu plus froid. Précipitations et ensoleillement normaux. 

    En résumé, nous allons vers un hiver doux, pluvieux et gris. Il faudra profiter de chaque rayon du soleil pour se recharger en vitamine D ! Et si, malgré tout, nous devions subir une coupure d'électricité un soir, quel plaisir de passer une soirée aux chandelles ! Cela changera du super-confort habituel dont nous ne nous rendons même plus compte...

     

  • Moi, j'aime bien ces hivers doux...

    Et tandis que nous venons de vivre le second mois de janvier le plus doux depuis 1830, je continue à m'émerveiller devant ma terrasse toujours fleurie, mes dernières framboises mûres et même quelques fraises (encore vertes) de mes pieds de fraises Charlotte... C'est assez incroyable...

    Ceci ne veut pourtant pas dire que c'est dû au réchauffement climatique : ce sera le cas quand la fréquence de ces hivers doux augmentera sensiblement, chose qu'on ne peut affirmer jusqu'à présent. Et puis, l'hiver peut encore nous tomber dessus, mais je ne vois rien de glacial pour les 15 prochains jours. On verra bien.

    La grippe arrive, avec du retard elle aussi. Le pic d'épidémie est prévu pour fin février, puis elle disparaîtra assez vite, vu les conditions météorologiques du printemps, incompatibles.

    Et puis, il y a aussi mon maraîcher Bio (Bee Green), très content de ne pas devoir affronter la neige ou de devoir chauffer ses serres à outrance, et qui nous fourni un magnifique panier Bio chaque vendredi au bureau. Quel plaisir gustatif, quelle variété de légumes et de fruits de saison, tous plus délicieux les uns que les autres.

    Imaginez une autre espèce de pommes de terre chaque semaine, au goût et à la texture différentes, imaginez des chicons de pleine terre goûtus qui pèsent au moins deux fois le poids d'un chicon de culture intensive, imaginez une salade, lourde elle aussi, au goût incroyable, qui donne envie d'en manger (plutôt que les ersatz de salades insipides et inodores conservés sous vide et traitées de votre supermarché), imaginez des espèces de carottes différentes chaque semaine aussi (des blanches, des jaunes, des oranges, des violettes, toutes délicieuses et particulières. Elles sont plus lourdes aussi que celles vendues en grandes distribution. Et quel goût ! Et tout cela en Bio, non traité : quel plaisir !

    Moi, j'aime bien ces hivers doux...

  • Enfin du soleil...

    Cela fait quelques jours maintenant que nous bénéficions enfin d'un peu de soleil. Il était temps ! Nous n'avons, en effet, pas été gâtés ces 6 derniers mois. Avec 120 heures en octobre, 50 en novembre, 30 en décembre, 36 en janvier, 59 en février et 82 en mars, cela nous donne 377 heures d'ensoleillement en 6 mois... Pas terrible du tout...

    Bruxelles bénéficie normalement de 1.084 heures d'ensoleillement par an. Là on est bien en-dessous des normes. Et quand on sait que, par exemple dans le Var, la norme est de 2.800 heures de soleil par an, on se demande ce qu'on fait ici. 

    Et puis il y a le froid. Le mois de mars le plus froid depuis 1962 ! Et ce n'est pas fini : le printemps n'est toujours pas là, il faudra encore patienter jusqu'à la mi-avril au moins... Pas très bon pour nos agriculteurs qui ont perdu leurs semis, ni pour le prix de certains légumes de saisons qui grimpe de 30%...

    Vivement un peu de chaleur...

  • Le printemps : un lointain mirage...

    Dur dur cet hiver interminable... et ce printemps qui n'arrive pas ! Et la nouvelle offensive hivernale annoncée pour ce week-end ne va pas arranger les choses. Pourtant, un peu de soleil et de vitamines D nous feraient le plus grand bien, après ces 6 mois de grisaille, de pluie, de vent et de neige. Reste à patienter encore un peu. Jusqu'au 1er avril ? Quant aux grosses chaleurs, elles sont annoncées pour fin juillet et tout le mois d'août...

    En attendant, remontons-nous le moral avec une petite cure de vitamines D, la préparation de semis de plants de tomates à l'intérieur ( en attendant des températures extérieures plus clémentes pour pouvoir les sortir) et la consommation de repas aux senteurs méditerranéennes estivales, juste pour le plaisir. Cela fait toujours du bien !

    poivrons.jpg

     

  • Réserves de victuailles provençales...

    Quel bonheur de se voir ramener du sud de la France quelques réserves alimentaires qui aideront à passer l'automne et l'hiver. 

    2 tresses d'ail violet de Provence (soit 24 têtes, calibre 70/90) qui tient jusqu'en avril, 1 tresse d'ail rose de Lautrec Label Rouge, 6 litres d'huile d'olive de Provence, première pression à froid, du Domaine de la Pierre Plantée à Sainte-Maxime, et un kilo d'olives noires aux herbes, qui tiennent un an dans le frigo.

    Quelques pots de miel (Lavande, Hauts-Paturâges et Sainfoin et Thym) de Monsieur Gélibert, apiculteur à Grimaud, quelques pots de confitures extra de griottes d'André Camous à Maussane Les Alpilles et quelques pots de Crème d'Olives Noires de l'Oliverie des Baronnies à Entrechaux.

    Ajoutons à tout cela quelques bonnes bouteilles de Bandol rouge (Terrebrune, Lafran Veyrolles et Pibarnon) et de Côtes de Provence, rouge lui aussi ( Château Saint-Baillon 2004 Le Roudaï et Domaine de la Cressonnière Cuvée Mataro 2006). Voilà quelques kilos de victuailles provençales qui parfumeront l'hiver, l'assiette et le verre...

    Et, en ce beau samedi automnal ensoleillé, j'ai rentré le bois sec qui animera les longues soirées hivernales, et je récolte les avant-dernières tomates goûtues et naturelles de la terrasse, pour en faire des conserves surgelées qui parfumeront, elles-aussi, les petits plats mijotés dans quelques mois. La récolte fût tellement abondante que mon freezer en est plein. Que du bonheur !

    Me voilà donc prêt à affronter l'hiver. Hiver qu'on annonce doux et très pluvieux et humide, après un mois d'octobre sec et ensoleillé. Mais on ne sait jamais, des fois qu'il serait glacial comme les 2 derniers...

  • Hivers froids et réchauffement...

    Le fait peut sembler étrange et pourtant, selon des scientifiques, les hivers rigoureux qui se succèdent en Europe depuis dix ans sont liés, en grande partie, au rechauffement climatique.

    Au premier regard, la froideur glaciale qui s'est abattue sur l'Europe semble peu compatible avec la hausse moyenne des températures attendue d'ici la fin du siècle et qui pourrait atteindre de 5 à 6 degrés. Aux climato-sceptiques qui y voient la preuve que le changement climatique n'existe pas, certains scientifiques répondent que ces vagues de froid sont un refroidissement temporaire, au sein du réchauffement global.

    Mais, une nouvelle étude va plus loin, et montre que la hausse du thermomètre est précisément à l'origine de ces hivers enneigés et particulièrement froids.

    Le coupable serait la fonte de la calotte glaciaire arctique. Le réchauffement, deux à trois fois supérieur à la moyenne, a entraîné sa réduction de 20% ces 30 dernières années. Elle pourrait même disparaître entièrement durant les mois d'été d'ici la fin du siècle. Les rayons du soleil, qui ne sont plus repoussés par la glace, réchauffent encore un peu plus la surface du globe à cet endroit. Une mer sans glace, et c'est tout le système de pressions qui s'en trouve bouleversé.

    "Mettons que l'océan soit à zéro degré", explique Stefan Rahmstorf, spécialiste du climat au prestigieux Institut Potsdam (Allemagne) pour la recherche sur l'impact climatique. "Il est ainsi beaucoup plus chaud que l'air ambiant dans cette zone polaire en hiver. Vous avez alors un important flux chaud qui remonte vers l'atmosphère, que vous n'avez pas quand tout est recouvert de glace. C'est un changement énorme", ajoute-t-il.

    Le résultat, selon une étude publiée au début du mois par le Journal de Recherche Géophysique, est un système de hautes pressions qui pousse l'air polaire, dans le sens inverse des aiguilles d'une montre, vers l'Europe. 

    "Ces anomalies pourraient tripler la probabilité d'avoir des hivers extrêmes en Europe et dans le nord de l'Asie", y explique le physicien Vladimir Petoukhov, qui a dirigé l'étude.

    D'autres explications pour ces hivers atypiques, comme une baisse de l'activité solaire ou des changements dans le Gulf Stream, "ont tendance à en exagérer les effets", ajoute Vladimir Petoukhov.

    Il souligne également que lors de l'hiver glacial de 2005-2006, quand les températures étaient de 10° inférieures à la normale en Sibérie, aucune anomalie n'avait été constatée dans l'oscillation nord-atlantique, phénomène météorologique avancé par certains comme une explication possible de ces hivers rigoureux.

    Les chercheurs soulignent que ces hivers particulièrement froids en Europe ne reflètent pas la tendance globale constatée sur l'ensemble du globe, où 2010 devrait être l'une des trois années les plus chaudes jamais enregistrées.

    "Quand je regarde par ma fenêtre, je vois 30 cm de neige et le thermomètre dit -14°", raconte Stefan Rahmstorf, qui s'exprimait au téléphone depuis Potsdam. "En même temps, au Groenland, nous sommes au-dessus de zéro en décembre"! Source : Nouvel Obs et AFP.

     

  • Petit redoux avant grands froids...

    Profitons de cette belle journée, car dès mardi, c'est reparti : le froid revient ! 

    On annonce des températures de plus en plus négatives au cours des nuits, puis des jours, avec de nouvelles chutes de neige, du verglas et tout le tralala... Il fera un froid de canard jusqu'au 23 décembre. Par contre, un flux de sud-ouest se mettra en place dès le 24 décembre, nous assurant une relative douceur pendant les vacances de Noël.

    Le froid reviendra à la rentrée, avec des conditions anticycloniques qui feront la part belle au soleil pendant tout le reste du mois de janvier. Nous en aurons bien besoin après ce début d'hiver si nuageux. Quant à février, il s'annonce comme l'année passée : froid, nuageux et neigeux...

    C'est du moins ce que disent les prévisions à long terme. Qui vivra verra !

  • L'hiver est là...

    Voilà, c'est parti : les températures vont baisser, les gelées nocturnes apparaître, suivies, fin du mois, de gelées tout court et de neige... L'hiver pointe le bout de son nez. Et il sera froid ! On parle même d'un Noël blanc dans les prévisions à long terme.

    Il est donc grand temps de profiter de la semaine qui vient pour emballer et protéger du froid les plantes extérieures en pot, de penser à nourrir les oiseaux et de faire le plein de bûches qui crépiteront dans le feu lors des soirées froides.

    Acheter (avant la pénurie) de grands sacs de sel pour déneiger les trottoirs, quelques réserves de kleenex au cas où l'Oscillococcinum n'aurait pas tenu ses promesses...

    Et avec les conserves de fruits et de légumes faites pendant l'été, nous voilà prêts à affronter cette fort belle saison qui s'annonce très blanche... 

     

     

  • Une semaine de temps glacial...

    Et voilà, l'hiver arrive. La semaine prochaine sera très froide, avec des gelées nocturnes généralisées. Il est donc plus que temps de protéger vos plantes en pots extérieurs, si ce n'est déjà fait. Plastique bulles autour des pots et voiles d'hivernage sur vos plantes fragiles, car les gelées seront sévères.

    Les oliviers, bambous, lauriers et autres figuiers supportent de légers gels, mais périssent s'il est plus sévère et persiste, ce qui sera le cas.

    N'oubliez pas les oiseaux de nos jardins et terrasses, en leur offrant des boules de graisse et quelques graines. Si le gel est persistant, ne leur donnez pas d'eau : ils risqueraient de geler en prenant un bain !

    Quant au Noël blanc, ce ne sera pas pour cette année : les températures seront à la hausse dès le 22 décembre. Et puis, comme il paraît que la planète se réchauffe, il n'y a plus de raison d'attendre un Noël blanc. C'est plutôt un Noël en maillot que l'on devrait attendre...

  • Beau manteau blanc...

    Et voilà : l'hiver frappe à notre porte, recouvrant tout le pays d'un superbe manteau blanc. La joie des enfants, le calvaire des personnes âgées, la hantise des assureurs auto et l'aubaine pour les carrossiers, le sourire du livreur de mazout ou de bûches, le plaisir du photographe et la disette pour les oiseaux. Il semble temps, pour ceux et celles qui ne l'auraient pas encore fait, de protéger les plantes extérieures en pot avec du plastique à bulles, et de penser aux oiseaux en leur offrant des boules de graisses et autres graines. Les 15 prochains jours seront frais (maximum 6 à 7°), mais il est encore trop tôt pour savoir si nous aurons un Noël blanc. Un vrai Noël quoi, comme quand nous étions petits. Cela mettrait un peu de baume au coeur de toutes les personnes au statut précaire, auxquelles s'ajouteront toutes celles touchées par la crise économique que nous commençons seulement de traverser. On est parti pour quelques années de mer houleuse, et il va falloir faire avec... Le temps de remettre sur pied un nouveau système capitaliste mondial, basé sur d'autres valeurs que celle du fric à tout prix. Un retour aux vraies valeurs est inéluctable, et cette fois-ci, en respectant la Terre, notre mère nourricière à tous, si malmenée depuis tant d'années... 

  • Terrasse fleurie en janvier...

    C'est incroyable, mais vrai : nous sommes le 6 janvier et plusieurs jardinières sur la terrasse sont encore en fleurs ! D'habitude, fin octobre, début novembre, ces plantes perdaient leur feuillage et annonçaient l'hiver proche ! Et bien, cette année, c'est raté : non seulement elles ont conservé leur feuillage touffu et verdoyant, mais en plus elles continuent de fleurir, par centaines, comme si de rien n'était ! Il s'agit essentiellement des variétés Bidens Golden star, Coreopsis verticallata et Sedum Floriferum, que je plante chaque printemps dans des jardinières et dans des pots, car elles n'arrêtent pas de fleurir de mai à octobre, et forment de belles tâches jaunes et vertes sur la terrasse des mois durant, sans beaucoup d'entretien. Peut-être passeront-elles "l'hiver"? En tout cas, Terriens, ceci prouve encore qu'il se passe quelque chose d'anormal sur notre petite planète bleue... Et ces changements, perceptibles par nous tous, s'accélèrent d'année en année, ce qui ne laisse rien présager de bon pour l'avenir... Terriens, il est grand temps d'agir !

  • Voilà l'hiver...

    Vous vous ruez au cinéma, vous consommez des raclettes et des choucroutes, la saison des champignons a commencé avec 3 semaines d'avance, pas de doute : l'hiver est là ! Les pastilles Vicks et autres bonbons pour les maux de gorge se vendent comme des petits pains, les Kleenex aussi. Et pourquoi ne pas essayer l'aromathérapie ? Cette science se base sur les bienfaits des huiles essentielles, véritables concentrés naturels de plantes, dont certaines possèdent des activités antiseptiques, bactéricides, antifongiques, antivirales, hormonales, antirhumatismales, circulatoires, antidiabétiques, immunostimulantes, tonifiantes, stomachiques ou hépatiques, qualités connues depuis l'antiquité. Pour obtenir 1 Kg d'huile essentielle de rose de Damas, il faut distiller 4.000 Kg de pétales, soit 1 hectare de rosiers... C'est ce qu'on appelle du concentré ! Je masse donc 3 à 4 gouttes de Tea Tree sur la peau tous les matins, et me voilà protégé des sinusites, rhinites, otites, latyngites, pharyngites et autres bronchites ! Pas mal, non ? Et adieu les pastilles Vickx et les vitamines C !