gaillac

  • Dégustation du lundi...

    Comme tous les lundis soirs depuis 9 ans et demi, nous avons fait une petite dégustation à l'aveugle. C'est pas mal de faire cela le lundi, car c'est une soirée lors de laquelle on ne fait rien : on récupère du week-end ! Et bien, nous, on s'est trouvé une petite occupation pour cette soirée creuse. Et il faut bien avouer qu'avec 4 à 8 bouteilles dégustées à 5 chaque lundi, soit plus ou moins 3.100 flacons depuis le début, on commence à s'y connaître en vins ! C'est assez rare, mais il arrive qu'on retrouve la région, le cépage, le château et le millésime ! Mais il arrive aussi qu'on soit à 20.000 Km, et 10 ans trop jeune... On a eu une époque grands crus classés bordelais et bourguignons, une époque vins du monde, une époque petits vins pas chers, une époque vins bio et biodynamiques, des époques de mélange absolus, et d'autres par thème. Aujourd'hui, nous avons dégusté 5 Gaillac (2 blancs et 3 rouges). Région et appellation méconnues pour la plupart d'entre nous, sauf de celui qui avait amené les bouteilles, suite à un séjour dans le coin. Le meilleur fût un rouge de Robert Plageoles et Fils, pas trop concentré ni boisé comme la plupart de ses voisins, avec un très beau fruit et de la longueur. Il est toujours amusant de remarquer comment le même cépage, planté sur le même sol, à quelques centaines de mètres de distance, peut donner des vins si différents les uns des autres... Comme quoi, les traitements et la vinification modifient tout le produit de base. Et Plageoles, justement, est très respectueux de la nature, et cela se goûte...