fonte de l antarctique

  • La Flandre sous l'eau...

    Pour établir la hausse possible du niveau des mers d'ici la fin du siècle, sous l'influence du réchauffement climatique global, le GIEC (Groupe Intergouvernemental d'Experts sur l'Evolution du Climat) n'a pas pris en compte la possibilité de fonte accélérée des glaces. A sa décharge, en 2007, un tel phénomène n'avait jamais été constaté sur une échelle de temps aussi courte, et les 18 à 69 cm de hausse avancée ne rassuraient déjà pas. Or, une étude que vient de publier le magazine Nature, du 16 avril, suggère qu'une telle possibilité est non seulement probable mais s'est déjà produite il y a environ 121 000 ans, lors de la fin de la dernière période interglaciaire. 
    C'est en étudiant des coraux fossilisés, découverts à l'occasion de travaux au Mexique, que l'équipe du professeur Blanchon, de l'institut des sciences marines de l'université de Mexico, aurait fait ce constat. En effet, selon ses travaux, à cette époque, le niveau des océans se serait élevé d'environ 3 mètres en l'espace de 50 ans. 

    Aujourd'hui, la survenue d'un tel événement redessinerait immanquablement les côtes. Des régions aussi densément peuplées que Shanghai, Calcutta, la Nouvelle-Orléans ou New York se verraient quasiment rayée de la carte, près de 60 % de la population mondiale serait touchée. 
    Pour l'ancien porte-parole de la fondation Hulot lors du Grenelle de l'environnement, Jean-Paul Besset, cette étude "…est un coup de tonnerre supplémentaire. Contrairement à ce qu'on pensait jusqu'à présent, en espérant un lissage de la hausse des océans dans le temps, tout indique qu'un phénomène d'une telle ampleur et d'une telle célérité pourrait se reproduire sous l'impact du réchauffement climatique actuel". 

    Sans trop réfléchir, cela pourrait être marrant de trouver la côte belge à Malines, ou un hôtel de la plage aux portes de Bruxelles. Mais en réfléchissant, ce sera une mer hyper-polluée par tout ce qu'elle aura inondé, et qui charriera des milliers de tonnes de déchets à chaque marée... Pas très joyeux. Sans parler des populations déplacées, parquées dans des camps... L'enfer.

    Il commence à être temps de ne plus investir dans l'immobilier sur la côte, d'autant plus que la région flamande n'investit pas un cent dans le rehaussement des digues, contrairement à leurs confrères des Pays-Bas, occupés à cette besogne depuis belle lurette. Et comme la fonte des glaces polaires s'accélère à une vitesse exponentielle, ce phénomène pourrait se produire bien plus rapidement qu'on ne le prédit actuellement.

    Quel beau futur en perspective...