fertilite

  • BN, Belvita, Chocapic, Carrefour, Kellogs, Harris, Panzani et consorts...

    illsutration21.jpg

    Liste des produits alimentaires analysés contenant des résidus de pesticides : les biscuits BN blé complet fourrés à la fraise, les biscuits Petit déjeuner Belvita, les céréales complètes Chocapic, les céréales complètes Spécial K 3, le pain complet Carrefour, le pain de mie Harris, les pâtes Spaghetti Panzani, la viennoiserie Croissants Pasquier, la viennoiserie Doowap brioche pépites de chocolat.

    Il y en a certainement beaucoup d'autres. Mais rassurez-vous : le pourcentage de résidus de pesticides trouvé ne dépasse pas la limite autorisée par la CEE. N'empêche, ces résidus sont toxiques (pour les adultes, mais surtout pour les enfants) et devraient être bannis de l'alimentation. Reste les produits Bio, comme d'habitude...

     

  • Plastiques et bisphénol A : danger avéré...

    Où est la vérité ?

    "Le bisphénol A, un composé chimique utilisé dans la fabrication de plastiques alimentaires interdit au Danemark et en France, ne présente pas de risques pour la santé, affirme, vendredi 30 septembre, l'Agence européenne pour la sécurité des aliments (AESA), située à Parme.

    Les scientifiques du groupe sur les matériaux en contact avec les aliments ont conclu qu'il n'y avait pas lieu de modifier l'avis favorable rendu en 2006 et confirmé en 2008 par l'AESA, a expliqué un porte-parole de l'Agence. La Commission européenne avait demandé une nouvelle évaluation scientifique au regard de 800 nouvelles études aux conclusions parfois contradictoires sur ce composé chimique utilisé par l'industrie pour la fabrication de biberons, d'amalgames dentaires, de bonbonnes d'eau rechargeable, de bouteilles en plastique ou encore d'emballages alimentaires."

    Moins d'un mois plus tard, on peut lire dans "Le Monde" de ce week-end, que 2 nouvelles études confirment les risques sanitaires liés au bisphénol A ! La première de l'INRA (Institut de recherche agronomique) et mise en ligne ce 27/10/2010 sur le site de la revue Chemosphère. Elle décrit pour la première fois un passage du BP A au travers de la peau humaine. En bref, lorsque vous tenez votre bouteille d'eau minérale en plastique en main, 48% du BP A présent sur la surface de la bouteille est absorbé et métabolisé par la peau ! Idem avec tous les autres récipients en plastique... Puis vous buvez l'eau, et le bisphénol A qu'elle contient, puisque nous savons depuis longtemps que le BP A migre dans les contenus (boissons et aliments).

    La seconde étude, publiée ce jeudi dans la revue "Fertility and Sterility", prouve que les ouvriers travaillant dans des entreprises où ils sont exposés au BP A, en ont de grandes quantités dans les urines, un taux important dans le sang, et ont un sperme de mauvaise qualité.

    Pour rappel, le bisphénol A est une substance apparentée aux oestrogènes et est utilisé comme solvant dans la fabrication des plastiques alimentaires (et culinaires).

    Tout ceci me conforte dans mon choix d'avoir virer de la maison tout ce qui était en plastique (tupperwares, ustensiles de cuisine, plats en plastique, etc.), et de ne plus consommer de boissons en bouteilles en plastique ou en canettes (dont le revêtement intérieur est tapissé de BP A). Et idem au bureau (tasses et gobelets en plastique, eau en bonbonne plastique, etc.....

    Retour aux récipients et aux bonnes vieilles bouteilles en verre : c'est assurément beaucoup plus sain !

    Et quand je vois ce spot télévisé de Babybel, destiné aux enfants, pour les mini-fondues minute au micro-ondes (ce "fromage" emballé dans du plastique, déballé et fondu dans des coupelles en plastique), cela me rend malade (pour eux). C'est le règne de la malbouffe, le plein pouvoir des industries agro-alimentaires qui se foutent éperdument de la santé des con-sommateurs, et tout cela, soutenu par l'Agence européenne pour la sécurité des aliments...  Que l'on ne s'étonne pas, dans ces conditions, que la longévité diminue : pour la première fois, nos enfants vivront moins longtemps que nous...

  • ARTE ce soir : Mâles en péril...

     

    Une baisse alarmante des spermatozoïdes

    Extrait n° 1 - Deux études, menées l'une en france et l'autre au Danemark, concluent à une baisse alarmante de la qualité spermatique.

     

     

    Une nature qui se féminise

    Extrait n° 2 - Au contact d'un herbicide, l'Atrazine, les jeunes grenouilles mâles se féminisent !

     

     

     

     

    Les perturbateurs endocriniens sont partout

    Extrait n° 3 - Les perturbateurs endocriniens, comme le bisphénol A, ont envahi notre quotidien.

     

     

     

    Des phtalates dans le sang humain

    On trouve désormais, partout et systématiquement, des phtalates dans le sang humain.

  • Baisse de la fertilité...

    Selon une étude récente, la concentration de spermatozoïdes diminuerait de 3 % par an en Europe. On est ainsi passé de 100 millions de spermatozoïdes par millilitre pour un père à 50 millions en moyenne pour son fils âgé de 20 ans aujourd'hui ! Outre l’augmentation des cancers du testicule et la diminution de la qualité du sperme, d’autres affections de l'appareil reproducteur masculin, comme la cryptorchidie (problème de migration des testicules dans les bourses) ou l’hypospadias (malformation du pénis), sont en augmentation. Les causes de l’augmentation de ces anomalies sont de plus en plus recherchées parmi les facteurs environnementaux. En effet, les évolutions relativement rapides de ce syndrome suggèrent des facteurs dynamiques, en lien avec le mode de vie ou l’environnement. Sont notamment suspectés, la chaleur, les champs magnétiques, les rayonnements ionisants... mais surtout les facteurs chimiques, dont les marqueurs se retrouvent déjà dans l'ADN du foetus ! Au banc des principaux accusés : les pesticides, les solvants ou le tabac. A priori, pas de quoi s’inquiéter. 100 millions ou 50 millions de spermatozoïdes par millilitre… qu’importe, puisqu’il suffit théoriquement d’un seul spermatozoïde pour procréer. En réalité, la probabilité d’avoir un enfant est déjà divisée par deux en dessous de 20 millions de spermatozoïdes par millilitre ! Et ce problème majeur engendré par notre environnement pollué et les produits chimiques que nous avalons chaque jour (merci aux multinationales agro-alimentaires !), risque d'être la cause de l'extinction de l'espèce humaine, bien avant que nous n'ayons à subir les redoutables effets du réchauffement de la planète... Le futur n'est décidément pas rose...