farineux

  • Fausse piste...

    "Lorsque l'innovation s'invite dans l'assiette, on redoute que le plaisir en pâtisse. Et revient inéluctablement le spectre de la petite pilule remplaçant la convivialité d'une bonne table.

    Certes, l'innovation peut effrayer, comme en attestent les recherches sur le foie gras en tube ou le kiwi sans poils, mais elle ne se limite pas à quelques folies de scientifiques.

    Dès l'automne prochain , le Whif risque de faire... un tabac. Le Whif ? En d'autres termes, un inhalateur de goût mis au point par le chercheur américain David Edwards et le chef français étoilé Thierry Marx. Pour moins de 2 € (prix annoncé), vous pourrez en effet inhaler les saveurs si particulières du chocolat ou des fruits. D'autres saveurs comme le homard sont à l'étude...

    Pour rester dans les arômes, les nouveaux systèmes de cuisson à la vapeur risquent également de bouleverser les habitudes. Seb, numéro 1 mondial du petit électroménager, planifie en effet d'ici à 3 ans la commercialisation d'un système permettant de réinjecter du goût aux aliments grâce à des capsules d'arômes. Pommes de terre saveur lardons et autres aliments aux goûts inédits égaieront assurément les assiettes.

    Le light étant on ne peut plus à la mode, il est dès lors logique que les industriels misent gros sur les aliments allégés. Souvent, ces derniers en perdent leur saveur. Des recherches sont en phase de test pour proposer des aliments maigres ayant le goût du gras. Finalement, là où il y a du plaisir, il ne doit pas forcément y avoir de la gêne." (La DH de ce jour).

    Les multinationales agro-alimentaires n'ont donc toujours rien compris et persévèrent sur une fausse piste : au lieu d'offrir des produits naturels exempt de pesticides et autres conservateurs, qui, parce qu'ils sont naturels, sont goûtus à souhaits et hument bon, ils continuent à produire des aliments industriels issus de cultures et d'élevages où rien n'est respecté, et qui, par conséquent ne goûtent plus rien, n'ont aucune saveur, aucune odeur.

    Et, au lieu de passer au bio, ils s'évertuent à combler ce manque de goût et de saveurs par de nouveaux artifices ridicules... Et, évidemment, des CON-sommateurs vont tomber dans le panneau et crier au miracle du goût retrouvé !

    Une vraie tomate bio goûte la tomate et sent la tomate : nul besoin d'arômes artificiels pour combler un manque quelconque. La tomate industrielle (style Flandria) ne goûte rien (sauf le carton et la farine), ne sent rien (à cause des produits toxiques et du séjour dans les chambres froides), et là, pour pouvoir la vendre, il faut bien inventer quelque chose... Réinjecter du goût ! On croit rêver !

    Tout à fait à côté de la plaque, ces industriels. Ils font fausse route, et s'en apercevront bien un jour ou l'autre...

  • Le Bistrot du Mail (2)

    Autant j'avais été conquis par ce restaurant il y a quelques mois, autant la déception de ce soir est grande. Ma "solette poêlée meunière, quinoa aux fruits de la passion et gambas pastèques et herbes fraîches en salade" s'avéra trop cuite d'un côté et pas assez de l'autre, avec une quinoa farineuse qui n'apporte rien. Quant aux dès de pastèques... L'autre entrée paraissait meilleure et plus équilibrée : "Filet de rouget poêlé, pâte fraîche au tourteau et citron jaune, jus de crevettes et poivron rouge". Suivirent un "Turbot de Noirmoutier, fidua en persillade, cressonnette et crevettes grises sautée au piment d'Espelette", que l'on pourrait nommer petit turbotin (épaisseur du filet : 10mm), reposant sur une "fidua" à nouveau farineuse et sans aucune finesse, agrémentée de quelques crevettes grises entières frites... A nouveau, en-dessous de tout. Par contre, le "Pigeonneau de Warêt en cuisson lente, blinis aux girolles et chèvre cendré, oignons grelots et jus d'herbes" semblait plus élaboré et à la cuisson maîtrisée. Rien à dire au niveau fromages, desserts et vins : c'était parfait. Bref une déception gastronomique; dommage pour un restaurant étoilé... que je ne recommanderais plus désormais.

  • Pas marre de manger de la farine?

    Vous allez dans une grande surface et vous achetez des pâtes qui goûtent la farine, des tomates farineuses, du fromage râpé sans goût. Ne soyez pas étonné du côté insipide et farineux de votre plat !Lisez la composition sur les étiquettes : on apprend plein de choses !Par exemple, un jambon cuit de marque est composé de 100% pur porc, tandis que celui de la marque du magasin dans lequel vous êtes ne contient plus que 88% de pur porc, et le jambon produit blanc 78% ! Et le reste, c'est quoi? Des sulfates et du sérum de porc qu'on injecte dans le jambon pour le gonfler et l'alourdir ! Chouette ! A boycotter !Conclusion : mangeons moins mais mieux. achetons des produits bio (ou à la ferme, directement. Plusieurs fermes livrent les ménages chaque semaine à bruxelles : cela devient courant, c'est meilleur et moins cher), ou des produits de terroirs, et redécouvrons le vrai goût des aliments, et le plaisir de manger !