fête nationale

  • Une Fête Nationale, pour quoi faire ?

    Après 404 jours sans gouvernement, après un discours Royal fort lors duquel Le Roi tape des 2 poings sur la table, nous voilà le 21 juillet, date de la Fête Nationale. On pourrait se demander s'il elle a encore un sens ?

    Dans un article intéressant paru dans Le Monde à propos des nationalismes d'hier et d'aujourd'hui, Stefan Zweig raconte les similitudes entre ce qu'il a  vu croître sous ses yeux et vécu (les grandes idéologies de masse, le fascisme en Italie, le national-socialisme en Allemagne, le bolchevisme en Russie) et ce qui recommence à contaminer aujourd'hui, pays par pays, l'Europe entière. 

    A l'époque, pour un nationaliste, négocier et céder quoi que ce fût, c'était trahir la nation. Cela fait quand même fort penser à l'attitude adoptée par les dirigeants nationalistes flamands dans l'interminable crise politique belge...

    Stefan Zweig rappelle également que tout nationalisme finit par se transformer en désir d'expansion. Les négociateurs belges doivent en tenir compte.

    Mais en dehors de ce monde politique pourri et dangereux, la population, qu'elle soit francophone ou flamande, fera la fête aujourd'hui, partout dans le Royaume. Sans se soucier de quelle région linguistique vient le voisin. Car nous sommes tous belges et nous nous entendons fort bien. Belges et fiers de l'être.

    Ne tombons pas dans le piège du nationalisme. N'en déplaise aux dirigeants flamands.

    Bonne fête nationale à toutes et tous.