eveil des sens

  • Dégustation du lundi 130

    Belle dégustation à 4 ce lundi, avec 4 bouteilles dont la première, à la belle robe foncée, offrait un nez expressif et charmeur sur des fruits mûrs et sur un léger boisé. La bouche, bordelaise, est ronde, sur du fruit, mais avec un petit côté asséchant en finale. Magrez Tivoli Médoc 2002 de Bernard Magrez. Ce vin expérimental (67% de merlot en rive gauche) et côté 91% par un certain Parker, ne remporte pas nos suffrages. Cependant, il irait bien sur un magret de canard, ou un pigeonneau caramélisé.

    Seconde bouteille, à la belle robe pourpre, et au superbe nez fruité (pruneau mûr) et sur une fine touche de cèdre. En bouche, une matière magnifique, puissante, longue et ronde, mais astreingeante en finale. Nous pensions être à Bordeaux, et nous voilà en 100% Syrah, sans être en Côtes du Rhône ! On est donc en Languedoc : Domaine Peyre Rose Syrah Leone 2003 en Coteaux du Languedoc, de Marlène Soria. Ce vin s'accorderait parfaitement avec la seconde moitié du magret de toute à l'heure...

    Troisième bouteille, à la robe noire, et, pour moi, au nez pas français. C'est puissant, sur de la mûre et de la violette. En bouche, une suavité incroyable, de la richesse et de la chaleur, une superbe longueur de fruit, qui perdure. Il y a aussi ce côté crémeux, ce boisé totalement intégré dans le fruit (on le cherche), et cette belle acidité fort marquée : tout est là.  Vina El Pison 2007 Rioja Vinedos Lacalle Y Laorden Espagne, un vin en biodynamie, côté 98% par ce même Parker, et à boire entre 2010 et 2025.

    Dernière bouteille de la soirée, à la robe ambre, et au nez de bruyères, puis de poires, avant de finir sur l'abricot. Un bon parfum floral figé, avec aussi un peu de lavande. En bouche, de la lavande, puis de l'abricot. C'est fluide mais cela manque de nervosité et d'acidité. C'est long, mais simple et facile, assez monolithique. Carole Bouquet Sangue d'Oro 2008 Passito Di Pantelleria Sicile. Bouteille dédicacée "A la santé du Clos" par Carole Bouquet, rencontrée vendredi soir. Je préfère son huile d'olive Lacrima d'Oro, une pure merveille, qui n'est hélas plus commercialisée...

    Il y a 10 ans exactement, nous dégustions au Clos : François Paquet Saint Véran 96 (Chardonnay) (4)
Chassagne Montrachet 98 Morgeot 1er cru (Blain Gagnard) (7,5)
La Courtade 98 Côtes de Provence (7,5)
Château Gruaud Larose 96 Saint Julien (8)
Côte rôtie 91 Guigal (5,5)
et Châteauneuf-du-Pape 88 Domaine du Vieux Télégraphe (6,5).

    Mardi prochain, nous fêtons la Noël au Clos, avec un invité. Qui vivra verra...

  • Dégustation du lundi (22).

    Encore une très belle dégustation à 4 au clos, ce lundi. On démarra avec un bordeaux 88 (jugé à l'aveugle) qui s'avèra être un Mas de Daumas Gassac 97, Vin de Pays de l'Hérault... Beau nez, boisé assez présent, bouche sans grande longueur et un peu diluée, due au millésime, mais beaucoup de plaisir quand même et une certaine finesse. Suivi un vin jeune, puissant, velouté, avec une belle puissance, et un nez de fruits qu'on retrouve à la bouche, sur une superbe longueur : Domaine de Chevalier 1990 en Pessac Léognan. Très beau flacon... Suivi un Troplong Mondot 96 bouchonné. Vraiment dommage... Et on termina sur un monstre de concentration, de puissance, noir de robe, avec un nez de pruneau, de menthol et de fraîcheur. Un vin noble, d'une jeunesse incroyable, côté 100% par Parker, un Mouton Rothschild 1986 en Pauillac. Il n'y a que les bordelais qui peuvent produire de tels monstres, offrant tant de plaisir 21 ans après les vendanges. Plus de 300.000 bouteilles furent produites cette année-là sur les 72 hectares du domaine. Incroyable ! Lundi prochain, nous poursuivrons dans la même voie, avec des flacons antérieurs au millésime 1997. J'aime vraiment bien ces lundis ! A suivre...