energies vertes

  • Une contamination chronique et diffuse dont nous ignorons encore tout...

    60729181.jpg

    En déversant un colorant biologique moins dense que l'eau au large de fukushima, des chercheurs ont pu modéliser son trajet dans la pacifique. Il apparaît que la diffusion de la radioactivité est rapide, ample et généralisée. Après quelques mois, toute la moitié nord de l'océan est contaminée par des doses plus ou moins élevées de matières radioactives. La moitié de l'humanité va subir une contamination chronique et diffuse, type d'empoisonnement dont nous ignorons encore tout.

    Les côtes les plus contaminées par les courants radioactifs selon IOPsciences seront : la côte ouest du pacifique, la côte de l'Amérique du nord, Hawaï, la Californie du sud, et les îles aléoutiennes. Les américains de la côte Ouest pourraient être dix fois plus exposés au césium 137 que les japonais. Pourtant l'administration Obama n'a rien fait pour informer ou protéger ses compatriotes de la côte ouest (Source : wikistrike.com).

    La contamination radioactive étant invisible, sans odeurs et silencieuse, il est très difficile de la détecter, à moins d'être équipé de compteurs Geiger qui vous indiquent le taux de contamination de l'air que vous respirez, de l'eau dans laquelle vous vous baignez ou du poisson que vous allez déguster.

    Cet aspect de pollution non détectable ou mesurable par la plupart d'entre-nous permet à l'industrie nucléaire et aux pouvoirs politiques de minimiser, ou carrément nier, toute fuite de matières radioactives. Et de continuer à proclamer à qui veut encore l'entendre que le nucléaire, c'est propre et sans danger. Cette carte nous prouve le contraire, et devrait nous inciter à passer aux énergies renouvelables une fois pour toutes.

  • La première éco-ville...

    Dongtan (la plage de l'est) est la première éco-ville en construction. C'est en Chine, dans l'estuaire du Yangtse, à côté d'une réserve naturelle d'oiseaux migrateurs, organisée autour de canaux fluviaux. Première phase en 2010 avec 25.000 habitants, pour en compter 500.000 en 2050. L'objectif pour Dongtan est de réduire à néant les émissions de dioxyde de carbone, et de limiter à moins de 2 hectares par personne l'empreinte écologique. On y prévoit un maximum de recyclage des déchets, une autosuffisance énergétique et alimentaire. Electricité fournie par éoliennes et panneaux solaires, chauffage fourni par la combustion des déchets, besoins énergétiques réduits de 70% grâce aux matériaux de construction green-tech, fournis localement, alimentation issue de l'agriculture biologique des campagnes avoisinantes, et suppression de la voiture individuelle : tout sera accessible à pied, en vélo, en bateau taxi solaire ou en bus à hydrogène. C'est ce qu'on appelle aller dans le bon sens ! Cette expérience, extrêmement suivie par le gouvernement chinois, devrait servir de base à de futurs projets pour la Chine qui se trouve dans l'obligation de trouver des solutions durables aux problèmes liés à la croissance démographique (augmentation de la pollution et de la demande en énergie). Et ici, on commence quand ?