electricite

  • Electriciens européens et CO2...

    Depuis 2001, le cabinet PricewaterhouseCoopers (PwC) réalise une étude annuelle sur les 23 principaux électriciens européens au regard de leur production d'électricité et de leurs émissions de CO2. La cinquième édition de cette étude révèle que ces derniers n'ont toujours pas réduit leurs émissions de CO2 en 2005. Le total des émissions s'élève à 787 millions de tonnes pour une production de 2,16 TWh représentant 70% de la production totale d'électricité de l'Europe (3,093 TWh). En attendant, l'économie des pays émergents continue de croître. Si rien n'est fait, les émissions de gaz à effet de serre du G7 pourraient croître de 30 % entre 2004 et 2050 et celles du E7 (Chine, Inde, Brésil, Russie, Mexique, Indonésie, Turquie) de 225 % sur la même période, induisant une croissance mondiale des émissions de 112 % sur la période. Mais une autre voie est possible :les émissions de CO2 peuvent être limitées sans compromettre la croissance économique. Dans un scénario basé sur un taux de croissance annuel mondial de 3.2 %, un taux de croissance annuel de l'énergie primaire de 0.6 % et de celui de l'énergie non fossile de 2.5 %, PricewaterhouseCoopers prévoit une réduction de moitié des émissions de gaz à effet de serre du G7 et une augmentation de 30 % de celles du E7 sur la même période, permettant une décroissance mondiale des émissions de 17 %. Selon le cabinet, ce scénario parvient à stabiliser la concentration en CO2 dans l'atmosphère aux environs de 460 ppm, ce qui réduirait très sérieusement les risques de perturbation climatique mondiale. Pour y parvenir, PwC estime qu'il faudra dépenser environ 2 à 3 % du PNB mondial en 2050 car, selon lui, les mesures à mettre en place sont faisables technologiquement et relativement peu onéreuses. Elles porteraient sur l'amélioration de l'efficacité énergétique, la diminution de la part des combustibles fossiles en faveur d'énergies renouvelables et de l'énergie nucléaire et la séquestration du carbone dans le sous-sol. Seul bémol, elles requièrent une action concertée des gouvernements, des industriels et des particuliers, ce qui n'est pas pour demain... En attendant, changeons tous de fournisseur d'électricité (adieu Sibelga, Electrabel et consorts) et optons pour des fournisseurs d'énergie verte. Ce sera déjà ça de fait !

  • Electricité verte...

    Depuis le 1er octobre, il est enfin permis, en Région bruxelloise, de changer de fournisseur d'électricité ! Ce n'est pas trop tôt ! C'est déjà le cas en Flandre depuis 2003 et en Wallonie depuis 2004 ! Allumer sa télévision ou son ordinateur est un geste quotidien, à la limite un réflexe. On en oublierait presque que derrière ce geste se cache une électricité polluante. Produite au départ d’énergie nucléaire et de combustibles fossiles (le charbon), celle-ci nuit gravement à notre environnement et à notre climat. Une fatalité? Non. Nous avons aujourd’hui tous le pouvoir d’en limiter l’impact, en renonçant aux producteurs d’électricité polluante et en faisant appel à un nouveau fournisseur. Un fournisseur de courant ‘vert’, produit au départ d’énergies renouvelables: le vent, le soleil, la biomasse verte et l’énergie hydraulique. Greenpeace vous donne, sur son site belge, la démarche à suivre (ultra simple) pour changer de fournisseur, et Test-achat vient de faire paraître un tableau comparatif des différentes offres des fournisseurs alternatifs d'énergie propre. Et ce n'est pas plus cher ! Si on change tous, on verra peut-être fleurir des éoliennes, mais on verra aussi disparaître les grosses cheminées des centrales de feu Electrabel...Alors, vous changez ?