eau minerale

  • Traces de pesticides et de médicaments dans l'eau minérale en bouteille...

    La qualité de l'eau mise en bouteille n'est pas aussi bonne que prévue. C'est en tout cas ce que montrent les résultats d'une étude publiée ce lundi. Menée par 60 millions de consommateurs et la Fondation France Libertés, cette enquête révèle en effet que des traces de pesticides et de médicaments ont été décelés dans près d'une bouteille d'eau sur cinq. Cependant, le consommateur n'a pas à être inquiet. "A court terme, il n'y a absolument aucun problème de qualité. Ces eaux sont parfaitement buvables", insiste le rédacteur en chef de 60 millions de consommateurs, Thomas Laurenceau. "On est dans l'ordre de l'ultra-trace, du millième de micron, c'est vraiment minuscule", a-t-il précisé. 

    L'enquête "ne met absolument pas en cause l'honnêteté des embouteilleurs", mais interroge la contamination de l'environnement par les pratiques humaines, ajoute-t-il. "Il y a inquiétude sur la qualité de la ressource globale", résume Thomas Laurenceau, qui appelle, avec France Libertés, à "la remise à plat des normes de qualité" prenant en compte les nouveaux polluants. L'analyse a porté sur 47 bouteilles d'eau, trois bonbonnes d'eau, et une dizaine d'échantillons d'eau du robinet prélevés dans trois départements. Sur les bouteilles d'eau étudiées (portant sur l'ensemble du marché), 37 ne présentaient aucune trace des 85 molécules recherchées. Dix en revanche contenaient des résidus de médicaments et pesticides.

    "La grande surprise", écrit 60 millions de consommateurs, est la présence de tamoxifène, hormone de synthèse utilisée dans le traitement du cancer du sein, dans la Mont Roucous, Saint Yorre, Salvetat, Saint Armand et Carrefour Discount. La teneur est "infime" mais c'est "suffisant pour qu'on s'interroge sur la pureté originelle imposée par la réglementation des eaux minérales", souligne le magazine, qui précise avoir procédé deux fois à l'analyse des échantillons après contestation de la part des embouteilleurs des premiers résultats et de la méthodologie employée accusée de produire de "faux positifs".

    Du Buflomédil et du Naftidrofuryl, des vasodilitateurs, ont été également détectés dans l'Hepar, pour le premier, et dans la Saint Armand pour le second. Par ailleurs, des traces d'Atrazine et d'Hydroxyatrazine, des désherbants pourtant interdits en 2001 mais très persistants, ont été trouvées dans la Vittel, la Volvic, la Cora, et la Cristaline. Quant à l'eau du robinet, elle est aussi contaminée. En effet, sur 10 prélèvements, huit contiennent une à quatre molécules sur les 85 recherchées, principalement des pesticides mais aussi des résidus de médicaments dont, à nouveau, du tamoxifène décelé notamment en milieu urbain (Rennes et Limoges). Enfin, sur les trois bonbonnes, des traces de Diéthylphtalate ont été trouvés dans l'Obio, et de Bisphénol A, d'Atrazine et de retardateur de flamme dans la Culligan Val-de-Marne. "Si tous les micropolluants sont ici présents en très faibles teneurs, leur variété interroge sur les potentiels effets cocktail", souligne 60 millions de consommateurs.

    En savoir plus sur http://www.atlantico.fr/pepites/eaux-minerales-traces-pesticides-et-medicaments-dans-10-bouteilles-679957.html#mjZbCrDkmL7XsDzx.99 

  • Eau potable polluée...

    "Depuis quelques années, se pose la question des risques sanitaires liés aux résidus de médicaments dans les eaux, plus particulièrement celles destinées à la consommation. Mais, malgré des doutes croissants, il n’existe pas, à l’heure actuelle, de limite de qualité pour ces résidus dans les eaux, tant dans la réglementation française qu’européenne. 

     

    De septembre 2009 à juin 2010, le ministère de la Santé a mené une campagne nationale de mesures portant sur 45 substances pharmaceutiques d’origine humaine, vétérinaire ou de leurs métabolites. Les prélèvements ont concerné des ressources utilisées pour la production d’eau destinée à la consommation humaine (eaux de surface et eaux souterraines) ainsi que des eaux traitées, en sortie de station de potabilisation. Les sites de prélèvement retenus ont couvert près d’un quart de la population en France métropolitaine et dans les DOM.

    En janvier dernier, ont été rendus les premiers résultats relatifs aux eaux brutes, superficielles ou souterraines avant traitement de potabilisation, ainsi qu’aux eaux traitées. 

    Si, parmi les 45 molécules recherchées, 26 n’ont jamais été trouvées, 19 ont été détectées au moins une fois, dont cinq étaient présentes à des concentrations jugées « trop faibles pour être quantifiées ». Exception faite de la caféine, les molécules les plus fréquemment rencontrées sont la carbamazépine, un anti-épileptique, et son principal métabolite (époxycarbamazépine) ainsi que l’oxazépam, un anxiolytique.

    Le doute planant encore largement sur les effets sanitaires d’une exposition prolongée à ces résidus de médicaments dans les eaux destinées à la consommation humaine, l’Anses a été saisie afin de réaliser une évaluation de ces risques. Son application est en cours d’essai sur la carbamazépine, substance la plus fréquemment retrouvée. 

    De fait, si « les concentrations trouvées dans les eaux traitées sont 1 000 à 1 million de fois inférieures aux doses utilisées dans le cadre des doses thérapeutiques », on ignore encore tout des effets à long terme de ce melting-pot médicamenteux rémanent." Article de Cécile Cassier dans Univers-Nature.

    Que l'on boive de l'eau du robinet, ou de l'eau en bouteille, il paraît évident qu'elle est polluée et contient des substances chimiques, même à faibles doses. Et on ne parle ici ni de la caféine, ni des oestrogènes, ni des pesticides pourtant bien présents. Ni du bisphénol A pour les eaux en bouteilles plastiques...

    Bref, boire un litre et demi d'eau par jour n'est peut-être pas le meilleur conseil, à long terme. Et comme tout contient de l'eau, on est assez mal barrés...

     

  • Du poison dans l'eau en bouteilles...

    L'eau du robinet étant impropre à la consommation, il reste heureusement celle en bouteilles ! Mais pas de chance, celle-là est également bourrée d'éléments très nocifs pour la santé :

    Les plastiques synthétiques se composent de différents produits de base extraits principalement du pétrole auxquels on ajoute des additifs pour obtenir le plastique souhaité.

    Le plastifiant du PVC (phtalate ou autre) ne forme pas de liaison covalente avec la matrice (polymère plastique) et peut donc migrer dans l'environnement et engendrer des risques pour la santé humaine.

    Dans le cas du PET (Polyéthylène Terephthalate : le plastique utilisé pour les 7 milliards de bouteilles d'eau produites chaque année en France), le corps scientifique considérait jusqu'ici que son radical phtalate était lié chimiquement à sa matrice.

    Une étude menée par deux chercheurs allemands récemment publiée dans une revue scientifique révèle, selon un article du Figaro, que « l'eau minérale des bouteilles en plastique contient deux fois plus d'hormones (féminines ou masculines) que celle stockée dans des bouteilles en verre ou l'eau du robinet. Autrement dit, le plastique libère dans l'eau ce que l'on appelle des perturbateurs endocriniens ». Et plus longtemps l'eau reste stockée en bouteille, plus les taux d'hormones augmentent...

    Leurs effets à très faible dose sont encore très mal connus, mais ils sont soupçonnés de modifier chez l'homme le développement et les fonctions sexuelles et reproductrices. 

    L’eau minérale ne contient pas seulement des hormones mais aussi de l’uranium à un taux parfois inquiétant ! C’est ce que révèle l’étude réalisée par l’ONG allemande Foodwatch. 

    Résultat : 104 marques – dont San Pellegrino, Perrier, et Badoit – dépassent le seuil de 2 microgrammes d’uranium par litre (µg/l), le taux maximum acceptable selon l’ONG.

    En Allemagne, la mention « conseillée aux nourrissons » est interdite pour les eaux qui ne respectent pas ce seuil, en raison de la toxicité chimique de l’uranium qui induit des pathologies rénales. En règle générale, les eaux minérales ne doivent pas contenir d’uranium à plus de 10 µg/l.

    En France, la réglementation concerne uniquement l’eau du robinet et c’est la norme préconisée par l’Organisation mondiale de la santé de 15 µg/l qui a été retenue. Les eaux minérales évoluent dans un cadre beaucoup plus flou. Ainsi, une eau comme celle de Vichy contiendrait une vingtaine de µg/l d’uranium. Les eaux gazeuses sont plus spécifiquement concernées par ce problème et d’ailleurs les embouteilleurs dégazéifient et regazéifient leurs eaux pour les épurer.

    On trouve encore bien d'autres choses suspectes dans les bouteilles d'eau minérales, dont de l'antimoine (le taux d'antimoine analysé a été mesuré à 4 parties par trillion dans l'eau avant embouteillage. Un chiffre qui s'est porté à 360 ppt pour la même eau conditionnée dans du PET, et à 630 ppt après un stockage de trois mois), ainsi que des minéraux en trop grands nombres.

    Secret industriel oblige, les toxicologues ont toutes les peines du monde à obtenir la composition précise des produits, comme le déplore aussi Gilles Husson, président de l'Association scientifique européenne pour l'eau et la santé.

    Aujourd'hui, le marché de l'eau minérale est aussi contesté pour des raisons environnementales. Il faut sept litres d'eau pour fabriquer une bouteille en plastique et leur commercialisation nécessite des kilomètres de déplacement.

    Donc, si vous voulez vraiment boire de l'eau, qui soit saine pour la santé, il ne reste que les eaux de sources locales, embouteillées en verre, ou l'eau des torrents, si vous en avez un près de chez vous... Quant à moi, je ne bois plus d'eau depuis longtemps : j'ai perdu toute confiance dans les multinationales agro-alimentaires, qui nous exposent, en secret, à des éléments toxiques et cancérigènes. Terriens, il est temps d'agir...