douleurs

  • Attention à l'aluminium...

    Virginie Belle en interview : alerte sur l'aluminium qui nous empoisonne

    Livre alarmant sur un sujet pourtant connu depuis de longues années : la toxicité de l'aluminium. On le respire (particules dans l'air), on le mange (canettes, boîtes de conserves, ustensiles de cuisine en aluminium, barquettes alu et papier alu, capsules Nespresso, lait en poudre, dentifrice, etc...), on l'absorbe par voie cutanée (produits de beauté, déodorants, etc...) ou on nous l'injecte (47% des adjuvants des vaccins sont composés d'hydroxyde d'aluminium). 

    Des études de plus en plus nombreuses et récentes prouvent de façon irréfutable les dangers potentiels de la présence de cet aluminium présent dans le corps humain, qui passe très rapidement dans le sang et les os (déminéralisation), puis dans le cerveau où des dégâts irréversibles sont causés (pertes de mémoire par la destruction massive des neurones, problèmes de psychomotricité, accélération du processus de vieillissement du cerveau, cause plus que probable de la maladie d'Alzeimer).

    Les aliments non transformés (industriellement) renferment peu d'aluminium. Par contre, on le retrouve comme additif alimentaire (acidifiant, colorants, émulsifiant ou levant). E 520, E 521, E 522 et E 523 que l'on retrouve dans les préparations culinaires industrielles, les fruits et légumes confits, cristallisés ou glacés, et le E541 pour la génoiserie. Il y a aussi l E 554, E 555, E 556 et E 559 dans les denrées séchées en poudre (potages, purées, lait pour bébés ! ), le sel, les compléments alimentaires et les fromages industriels en tranches ou râpés.

    Il y a aussi pas mal d'aluminium dans l'eau du robinet : la plupart des stations de traitement d'eau utilisent de l'aluminium (sulfate d'alumine) pour capturer les particules argileuses en suspension, abondonnant une partie de celui-ci dans l'eau.Une étude a été menée sur 75 communes de la Gironde et de la Dordogne par des chercheurs de l'Inserm qui révèle que les communes délivrant une eau contenant plus de 100 ug d'aluminium par litre comptent deux fois plus de cas de démences dégénératives, en moyenne. 

    A éviter absolument : les produits cosmétiques, les déodorants et les dentifrices contenant de l'aluminium. C'est par la voie cutanée que l'aluminium pénètre le plus facilement dans notre corps.

    Enfin les vaccins, pour lesquels il est prouvé depuis 1995 le lien entre la présence d'aluminium dans un rappel diphtérie-tétanos et une forte production d'immunoglobulines E (IgE) chez les enfants. Or, les IgE sont des anticorps indésirables responsables d'environ la moitié des allergies humaines... Dans une étude publiée il y a deux ans, des chercheurs néo-zélandais comparent la fréquence des allergies chez 1265 enfants vaccinés dans leur prime enfance contre la diphtérie, la polio, le tétanos et la coqueluche (avec de l'aluminium comme adjuvant) et 23 enfants non vaccinés. A dix ans, 30% des enfants vaccinés avaient consulté un médecin pour des problèmes d'allergies, aucun parmi les enfants non vaccinés ! Sans parler de cet hydroxyde d'aluminium qui migre un peu plus tard vers le cerveau et y détruit nos neurones... 

    Abandonner l'aluminium provoquerait un manque à gagner énorme pour les multinationales agro-alimentaires et les multinationales pharmaceutiques. Ils préfèrent continuer de vous empoisonner, et puis d'essayer de vous soigner. C'est plus lucratif.

    Terriens, il est temps d'agir : boycottons l'aluminium sous toutes ses formes ! Il y va de votre santé et de la survie de vos neurones.


  • Dégustation du mercredi...

    Désolé pour les internautes fidèles qui suivaient ces fameuses et moins fameuses dégustations du lundi, puis du mercredi : cela fait 2 semaines que je déclare forfait, suite à une douloureuse tendinite. Le verdict est tombé ce soir, juste avant les infiltrations de cortisone : micro-fissures du sous-épineux. Rien de bien grave, heureusement ! Cela me fait une belle jambe, ou plutôt un beau bras ! En attendant, les douleurs devraient diminuer de moitié d'ici demain après-midi. Je devrais donc pouvoir reprendre mes activités diverses et variées dès la semaine prochaine... Le traitement médicamenteux (moi qui ne prend jamais rien) induit quelques effets secondaires assez dérangeants. Il suffit de lire les notices d'emploi terrifiantes pour vraiment hésiter à les avaler.

    Quant aux huiles essentielles appliquées 5 x par jour sur les endroits douloureux, elles ont surtout empesté le bureau, les salles de réunions et l'appartement d'une odeur d'antimites qui porte à 300 mètres... Quelques gouttes d'eucalyptus citronné, de gauthérie couchée, de thym saturéoïde et d'immortelle n'ont pas amélioré ma pauvre condition, ni celle de mes collègues de bureau... Impossible de déguster un vin dans ces conditions. J'ai donc décidé d'arrêter les huiles, et de faire confiance à la médecine traditionnelle. 

    Ceci m'incite à dire qu'il faut se méfier de tout ce que l'on raconte sur le net au niveau des problèmes médicaux : on lit tout et n'importe quoi, et il est assez difficile de faire le juste pronostic de ce dont on souffre (on n'a pas fait 5 ans de médecine générale, et 7 autres de spécialisation...), et de se lancer dans une auto-médicamentation hasardeuse ou dangereuse. Et si c'est vrai pour la médecine, ce l'est aussi pour tous les autres domaines. Il faut donc vérifier ses sources et être sûr de la fiabilité des propos publiés. Ce qui est le cas de ce blog !Embarassé