desagrements

  • Nez plus fin...

    Il est amusant de constater, depuis qu'on ne fume plus dans les lieux publics, de mieux sentir des odeurs qui, auparavant étaient camouflées ou atténuées par celles du tabac... Ainsi, dans certains petits restos, les odeurs de latrines deviennent à présent, tout à fait insupportables... Certaines femmes, parfumées à outrance, également : impossible de pouvoir déguster un met fin, sans avoir le nez envahi de ces fragances bon marché... C'est quasi aussi écoeurant qu'un fumeur à côté de vous... Et le pire, ce sont ces gens qui sentent la transpiration, c'est à dire mauvais. Il y a aussi ce fumet de choucroute, beaucoup plus présent, alors que vous dégustez un bar grillé..., tout comme cette odeur d'huile de friteuse, fort prenante elle-aussi. Il y a enfin ce serveur, qui est allé en griller une dehors, et qui à lui seul, dès son retour, embaume toute la pièce de cette odeur désagréable de tabac froid. Le tabac avait quand même du bon, c'est moi qui vous le dis ! Tout en admettant évidemment qu'il était tout aussi désagréable de déjeuner à côté d'un fumeur...