democratie

  • Découvrez Avaaz.org

    Pas mal ce site qui permet à chaque citoyen du Monde de lancer une pétition.

    Avaaz est un mouvement mondial en ligne qui donne aux citoyens les moyens de peser sur les prises de décisions partout dans le monde. Un mouvement supranational qui est plus démocratique, et qui pourrait être plus efficace que l'ONU.

     Avaaz - qui signifie “voix” dans plusieurs langues d'Asie, du Moyen-Orient et de l'Europe de l'Est - a été lancé en janvier 2007 avec une mission démocratique simple: fédérer les citoyen(ne)s de toutes les nations pour réduire l'écart entre le monde que nous avons et le monde voulu par le plus grand nombre et partout.

    Avaaz offre à des millions de personnes venues de tous les horizons la possibilité d'agir sur les questions internationales les plus urgentes, de la pauvreté à la crise au Moyen-Orient et au changement climatique. Notre modèle de mobilisation par internet permet à des milliers d'efforts individuels, aussi petits soient-ils, de se combiner rapidement pour devenir une puissante force collective. 

    Active dans 14 langues et animée par une équipe professionnelle présente sur cinq continents et des bénévoles partout dans le monde, la communauté Avaaz agit — en signant des pétitions, en finançant des encarts dans les médias, en envoyant des messages et des appels téléphoniques aux dirigeants, en organisant des manifestations et des événements — pour faire en sorte que l'opinion et les valeurs des citoyens du monde influent sur les décisions qui nous concernent tous. 

    Et bientôt : le Bulletin Quotidien ! Imaginez un site internet sur lequel surfer le matin en buvant son café et qui donnerait tout son sens à l'expression "citoyen du monde" -- un site fiable sur l’actualité, avec des analyses pertinentes et des articles captivants qui, pour la première fois, proposerait des solutions pour agir sur les causes qui nous tiennent le plus à cœur!

    Et maintenant imaginez que 16 millions d’entre nous soutiennent ce site -- celui-ci aurait plus de lecteurs que Le Monde ou le Times! C’est un objectif ambitieux, mais cela fait des mois que nous élaborons ce concept et nous avons déjà recruté une première équipe de journalistes chevronnés. A présent, le Bulletin Quotidien est prêt à être lancé. Plus d'infos sur : http://www.avaaz.org

  • 11H11 le 11/11/11

    "Que nous le sachions ou non, nous sommes entrés dans une nouvelle ère de l’existence de l’humanité. Certains l’appellent le Nouvel Age ; d’autres, le Sat Yuga ; d’autres, l’Age du Verseau. Quelque soit la manière où vous y ferez référence, c’est un âge dans lequel l’humanité apportera de nouveaux arrangements économiques et financiers, une assistance mondiale à la pauvreté, une technologie à économie de main-d’œuvre, des régimes démocratiques, l’égalité raciale, la tolérance religieuse et la paix mondiale.

    Notre nouveau monde fonctionne sur la base du service à autrui, plutôt que du service à soi-même. C’est un monde qui honore les faiseurs de paix plutôt que les faiseurs de guerres,  les êtres compatissants plutôt que les êtres impitoyables, ceux qui unifient plutôt que ceux qui divisent.

    Le 1% du monde qui a concentré la richesse et le pouvoir entre leurs mains sont bienvenus pour se joindre aux 99% dans la construction d’un monde qui fonctionne pour tous, sans que personne ne soit laissé de côté. Nous avons l’intention d’accueillir tout le monde et de reconnaitre les besoins de ceux qui souffrent, que ce soit de la faim, de la pauvreté, de la maladie, de l’âge ou d’un handicap.

    C’est un monde qui ne tolère plus la corruption politique, la fraude financière, le sabotage de l’environnement, la censure médiatique, la surveillance des habitants et les guerres fabriquées.

    C’est un monde au service des peuples, non des bénéfices, du divin en chacun et non des paillettes en société et de la planète en tant que notre maison et non pas comme ressource à piller.  

    Il n’y a aucun obstacle naturel à ce que les peuples soient libres partout. Il n’y a aucune raison pour laquelle chacun devrait dépérir sous une dictature politique ou un esclavage économique. Et il n’y a aucune raison d’accepter plus longtemps que chaque individu n’ait pas le droit de dire combien sa vie sera menée, quel genre de culte il choisira, à qui il donnera son amitié ou avec lequel il se mariera, etc…

    Nous avons atteint le stade dans l’évolution de l’humanité où nous pouvons nous débarrasser de toutes nos chaînes." 

    Extrait d'un article de Steve Beckow, Citoyen Souverain de la Planète Terre, Vancouver, B.C.,  Canada.

    Posté le 11/11/11 à 11H11, en attendant le 12/12/12 à 12H12, pour voir où nous en serons...

     


     

  • Nous ne vivons plus en démocratie...

    Ce sont les Grecs qui, il y a des lustres, ont inventé la démocratie : le pouvoir du peuple, par le peuple. Tout le monde, riches et pauvres, vieux et jeunes, y participait, donnait son avis, votait. Et on ne s'enrichissait pas quand on était au service de l'Etat.

    A côté de la démocratie, les Grecs avaient identifié 2 autres régimes politiques possibles : la dictature (un seul dirigeant décide de tout et l'impose à tous) et l'oligarchie (un groupe de personnes aisées discute et décide ce qu'il y a lieu d'imposer aux autres).

    Il n'y a pas si longtemps, en Europe, on se battait pour la démocratie, et on luttait contre la dictature ou le Communisme. Mais depuis la chute du mur de Berlin, puis de la chute de l'URSS, tout le monde occidental (ou presque), vit maintenant en démocratie. L'alternative au capitalisme a disparu.

    Et depuis lors, on assiste à une dangereuse et insidieuse dérive nos démocraties occidentales vers un régime oligarchique. Les intérêts publics, qui suivaient une autre logique que les intérêts économiques, la fonction publique qui avait d'autres intérêts que ceux des grands patrons, les fonctions publiques de l'Etat gérées par les pouvoirs publics qui étaient bien séparées du domaine privé : tout cela fout le camp...

    Dorénavant, les haut-fonctionnaires occupent des postes dans des multinationales et vice-versa : tout le monde se mélange. Et, inévitablement, ce n'est plus l'intérêt public qui prime, mais bien l'intérêt financier. On défend son propre intérêt. On se rencontre, entre hauts-fonctionnaires, grands patrons et médias, et on décide de ce que l'on va imposer et comment.

    Le peuple a beau ne pas être d'accord avec certaines décisions, certaines positions, certains choix : rien n'y fait, ils sont quand même imposés. Et quand ce n'est pas l'Etat lui-même qui l'impose, c'est la commission européenne qui le fait. Commission composée de commissaires non élus, aux salaires astronomiques et inavouables au commun des mortels, qui décide tout sans tenir compte de votre pauvre avis. Normal, ils sont copains comme cochons avec les grands patrons des multinationales (ils iront d'ailleurs y travailler après leur mandats  et continueront leur lobbiyng pour défendre des intérêts purement économiques et financiers).

    Vous ne voulez pas d'OGM ? Vous en aurez quand même, et fermez-la. Vous vous opposez à l'augmentation de la durée du travail ? Tant pis, car c'est voté. Vous croyez que les pesticides sont mauvais pour la santé ? Et bien on va encore voter un loi permettant de les utiliser. Vous êtes persuadé que le plastique est très nocif pour la santé ? Mêlez-vous de vos affaires, on vous dit que c'est bon ! 

    Et comme ce même groupe d'individus contrôle les médias, les informations qui paraissent sont celles qu'ils veulent bien faire paraître, celles qui ne nuisent pas à leurs intérêts financiers colossaux. Quant à la télévision, ils ont choisis de vous endormir avec des séries aussi connes les unes que les autres, avec des jeux stupides, et de l'info qui n'en est pas. On est bien loin des débats télévisés enflammés des années 70 ou chacun défendait sa position, sans censure aucune, ce qui provoquait des discussions animées dans tous les foyers, puis le lendemain au bureau ou entre amis, et qui avait l'énorme avantage de former les jeunes à la politique. Et puis, il y avait aussi tous ces reportages fort intéressants, disparus eux aussi du petit écran...

    Tout cela n'existe plus aujourd'hui. Les gens sont amorphes, endormis, se laissent faire et subissent ce qu'on leur impose, sans réagir... Pourtant, si nous voulons que nos démocraties ne deviennent pas une oligarchie mondiale, il va bien falloir se réveiller et nous faire entendre. Et heureusement qu'aujourd'hui, nous avons internet. C'est notre seul salut, jusqu'au jour où ils le censureront, puis nous le supprimeront.

    Essayez de lire le dernier livre d'Hervé Kempf, ou de visionner quelques interviews sur le net : vous comprendrez mieux ce qui se trame insidieusement sous votre nez. Et soyons attentifs et actifs. Terriens, il est temps d'agir...

     

  • Tout ce que vous ignorez du 11 septembre...

    Là, je suis un peu déprimé : je viens de lire tellement de choses pas marrantes du tout sur le site dont je parle dans l'article précédent, et ce juste après avoir vu le film qui suggère et tente de prouver que le gouvernement américain est responsable des fameux attentats du 11 septembre ! C'est affolant : cela dure 122 minutes, mais cela vaut la peine d'être vu pour ne pas mourir idiot ! (voir le lien). Et si un gouvernement est capable de faire cela, alors il est capable de tout...Bref, je suis un peu retourné, tellement je me rends compte que tout n'est que machinations, complots, mensonges, abrutissement de la masse, contrôles, privation de liberté, tout cela savamment orchestré par les futurs maîtres du Monde ! Je ne dis pas que tout ce qu'on raconte sur le net est vrai, mais, en plus, tous ces articles que je viens de lire sur la fin programmée de la démocratie, l'info télévisée sans infos, la liberté sous surveillance électronique, le contrôle social bionique avec les implants, les armes silencieuses pour guerres tranquilles, la guerre sociale, etc., autant de sujets qui, heureusement n'ont pas leur place sur ce blog (dont ce n'est pas le thème), mais qui vous foutent le moral à zéro en très peu de temps... Va falloir que je me change les idées, et que je retrouve mon optimisme et mon entrain naturel. Allez, bonne nuit et à demain.

  • Démocratie, quelle démocratie?

    Il paraît que nous vivons en démocratie. Mis à part le fait que nous sommes tous contrôlés, et devons faire face à un tas de règlements, de mesures et d'interdictions réduisant notre liberté à une peau de chagrin, il y a beaucoup plus grave encore : des affaires comme celle qui touche aujourd'hui l'extrême droite et l'armée me rappellent furieusement l'affaire des "Tueries du Brabant Wallon", dont l'enquête n'a jamais rien donné. Beaucoup savent que c'était le fait d'une unité spéciale de la Gendarmerie (liée à l'armée, à l'époque), et qui, elle aussi, voulait déstabiliser la Belgique et son gouvernement. Il est surprenant de remarquer comment des enquêtes aussi importantes ne mènent à rien, même après tant d'années... Cela signifie qu'il y a eu des pressions du politique sur le judiciaire, que certaines personnes ont tout fait pour étouffer l'affaire, que des juges ont été achetés, que les auteurs ont bénéficié de protections haut placées... Ce qui confirme ce que nous savions déjà tous : les systèmes "démocrates" de notre société sont corrompus jusqu'à la moelle ! Et début octobre, il nous faudra aller élire ces marionnettes qui nous dirigent (mais surtout, qui avec leurs combines de tout genre, s'enrichissent personnellement sur notre dos). J'ai vraiment envie de ne plus aller voter, tant je suis dégoûté. Et de toute façon, cela ne changera rien : ils ont le pouvoir et s'y accrochent comme des chiens à leur os. Beurk...