deceptions

  • Dégustation du mercredi (4)

    Drôle de dégustation à 4, pour l'anniversaire de l'un d'entre nous: on débuta par un vin blanc, à la robe paille et au nez de pêche et d'abricot. En bouche, un vin plaisant rappelant l'Alsace, avec un petit côté levuré, mais qui aurait pu être un peu plus tendu : Domaine Hauvette 2004, Blanc de Blancs en Vin de Pays des Bouches du Rhône. Vinifié par une femme, en biodynamie. Le second vin, le même, dans le millésime 2005, s'avéra tout à fait bouchonné. Dommage. Le troisième flacon à l'aveugle présentait un nez de Cabernet à la Pauillac ou Saint Estèphe. La bouche, épicée, était sur la réserve, sans se livrer, un peu fanée, et avec le fruité absent. Domaine de Chevalier 1989, Grand Cru Classé en Graves, Pessac Léognan. Décevant (Parker 90/100). Le quatrième, avec sa robe noire et son nez cuit, trop extrait et manquant de souplesse, et ses effluves de pneu, d'asphalte et de goudron manquait totalement de fruits, sur une finale puissante et âpre. Serpico Dei Feudi Di San Giorgio 2001. Côté 98/100 par Parker, ce vin s'avéra encore moins bon 2H00 plus tard, en mangeant. Grosse déception. La cinquième bouteille présenta enfin un nez fruité, et une bouche sur un fruit croquant. Par contre, il manquait d'ampleur et ne comportait pas de notes complexes d'évolution : vin timide, timoré et gentillet. Château Cheval Blanc 1995, 1er Grand Cru Classé en Saint Emilion Grand Cru. Nouvelle déception... sans même penser à Parker. La dernière bouteille, nous offrit un nez superbe sur des fruits noirs bien mûrs, de violette et de cassis, fort concentré. La bouche, dans la lignée du nez, sur des notes fruitées très longues, tout exposant 10, avec une belle complexité primaire. La finesse arrivera peut-être plus tard. Harlan Estate 2002 Napa Valley (100/100 Parker). Sinon, le petit poulet de Bruxelles aux morilles et ses belles de Fontenay, suivi de Brillat-Savarin à la truffe noire (+ truffe râpée) ou à la truffe blanche, et la Mandarine Napoléon Millénium flambée en abondance sur une petite crêpe furent à la hauteur de nos attentes gustatives. Il reste, cependant, toujours cet épineux problème de calories absorbées, que nous ne parvenons pas à résoudre... Mercredi prochain, les Chablis Grand Cru, en compagnie d'un invité, collectionneur d'étiquettes.