danone

  • Actimel et Activia : vaste blague...

    Danone renonce à vanter les bienfaits pour la santé de deux de ses yaourts vedettes. Une décision qui fait vaciller un peu plus la stratégie commerciale du géant français.

    Le numéro un mondial des produits laitiers a annoncé au détour de la publication de ses résultats financiers du premier trimestre qu’il retirait sa demande de validation des produits Activia et Actimel auprès de l’autorité européenne de sécurité des aliments (EFSA). Le retrait de Danone est d’autant plus surprenant que Activia et Actimel devaient faire l’objet d’un avis de l’EFSA dans les « prochaines semaines ». Cette décision laisse entendre qu’il a préféré se retirer avant de se faire recaler. 

    L’EFSA est le passage obligé pour obtenir l’autorisation de vanter auprès du consommateur les bienfaits supposés pour la santé des aliments. L’objectif est de faire le ménage entre les vraies et fausses assertions des industriels de l’agroalimentaire qui mettent de plus en plus en avant les bienfaits de leurs produits sur la santé.

    En attendant, Danone dit qu’il continuera à « adapter » ses campagnes publicitaires dans toute l’Europe. C’est déjà le cas en France où toutes allusions au renforcement des défenses naturelles, pour Actimel par exemple, sont passées depuis plusieurs mois à la trappe. Au Royaume-Uni, le groupe a modifié sa campagne de publicité sur Actimel, jugée trompeuse. Aux Etats-Unis, il a dû faire des aménagements.

    Le temps où les énormes groupes agro-alimentaires mondiaux pouvaient raconter n'importe quoi dans leurs campagnes publicitaires télévisées pour convaincre le consommateur de façon mensongère semble enfin révolu ! Il était temps !

  • Taillefine de Danone (suite)....

    L'entourloupe aura duré presque huit ans. A la fin de l'année, l'eau Taillefine, marque de Danone, sera retirée du marché. Ses péchés : ne pas être conforme à la loi, ne présenter aucun avantage pour la santé, et tromper allègrement la consommatrice à coups de messages minceur plus fantaisistes les uns que les autres.

    En 2001, lors de son lancement, Patrick Buffard, directeur marketing chez Danone, vantait un produit « décomplexé »… Effectivement, l'eau qui fait maigrir, fallait oser. Quitte à négliger la loi. En 2006, une directive européenne n'autorise sur le marché que trois catégories d'eau (de source, minérale, et rendue potable par traitement), dont elle définit des critères précis.

    Une eau minérale naturelle ne peut donc pas être enrichie. Or, le calcium et le magnésium contenus dans sa potion magique, Taillefine les a en partie injectés. Verdict de la Direction générale de la concurrence et de la répression des fraudes (DGCCRF) : « L'eau de Taillefine n'a pas le droit d'être vendue. Nous avons demandé à Danone de mettre fin à ce produit. Il sera retiré du commerce le 31 décembre 2009. »

    Si Danone paie cher cet ajout de minéraux, la facture est aussi salée pour la consommatrice : 0,69 euros en moyenne pour l'eau Taillefine, contre 0,55 pour Evian et Volvic.  Et la marque en avait encore moins (de complexes) quand, avant 2006, elle affichait un très visible « 0,001% de sodium » sur fond rouge. Beaucoup de zéros et une formulation sortie de nulle part : le sodium s'affiche en mg/l, pas en pourcentage. Bizarrement, l'inscription a disparu depuis… pour afficher aujourd'hui un taux de 1,1 mg… pour 100 millilitres. Pas mal.

    Mais voilà la tromperie : sur Taillefine, le sodium se mesure en milligrammes pour 100 ml, alors que les autres bouteilles l'affichent en milligrammes par litre. Après traduction, on trouve 11 mg/l, comme dans la très démocratique Cristaline (0,19 euros). 

    Ces infos relevées sur le site Rue 89, prouvent qu'il faut vous méfier des arguments commerciaux trompeurs, dont nous sommes inondés à longueur de journée,  pour vous faire consommer des produits chers, source des monstrueux profits de ces groupes agro-alimentaires...

    Terriens, il est temps de changer vos habitudes d'hyper-consommation, il est temps de retourner vers plus de simplicité et vers les vraies valeurs...

     

  • Taillefine de Danone....

    Tout est bon dans le cochon. Tellement, que le yaourt Taillefine 0%, marque de Danone, en fait son ingrédient clé, capable d'imiter la texture de la matière grasse.

    Le site Rue 89 précise qu'en 2002, la découverte de la présence de gélatine de porc dans les yaourts, relayée par le Canard enchaîné, avait fait son petit effet. Au point que Patrick Ollier, président de la commission des Affaires économiques de l'Assemblée nationale, promettait de faire le nécessaire pour obliger de préciser son origine sur les étiquettes. Puis, rien. M. Ollier, au même poste sept ans plus tard : « La vérité, c'est qu'on n'a pas eu le temps de s'en occuper. »

     

    De son côté, Zaïr Kédadouche, qui se faisait, selon plusieurs articles de l'époque, le porte-parole actif des communautés juive et musulmane, ainsi que des végétariens, semble ne plus vouloir s'exprimer : « Je ne connais pas ce dossier. »

     

    Les instances musulmanes et juives n'en ont pas non plus fait une croisade. Mohammed Moussaoui, président du Conseil français du culte musulman, est « choqué », mais pas inquiet : « Dans le doute, un bon pratiquant ne consomme pas de gélatine. »

     

    Le consistoire juif de France, lui, compte sur ses fidèles pour suivre à la lettre la cacheroute, le code alimentaire du judaïsme. Pas de Taillefine 0% dans la liste des produits autorisés, pas de gélatine en bouche, donc. Tout va bien.

    Tous les consommateurs peuvent-ils en dire autant ? Savent-ils que certains yaourts contiennent de la gélatine de porc ? Que la gélatine prive le produit de sa nature même de yaourt ?

    Les allégés en matière grasse, ne répondant pas aux critères exigés, ne s'appellent pas « yaourts » mais « spécialités laitières ». Il est donc parfaitement légal de remplacer le gras par de la gélatine. Jean-Claude Gillis, de l'association de la transformation laitière (ATLA), explique : « Le terme de spécialité laitière n'est pas défini. C'est l'industriel qui adapte sa recette. »

    Bon appétit à toutes celles qui regardent les pubs télévisées, se laissent convaincre par ces groupes agro-alimentaires et leurs arguments mensongers, et se gavent de gélatine de porc, à leur insu...

    Un vrai yaourt nature bio : il n'y a plus que cela de vrai, de bon pour la santé, et goûteux.