cultures locales

  • Faites pousser une ferme...

    Les_Jonquiers_-_credit_photo_Laurence_Quinson_1_.jpg

    Excellente initiative que celle de Terre de liens, qui, grâce à la mobilisation de citoyens, a permis l'installation de 70 fermes partout en France et l'acquisition de 1.900 hectares destinés à une agriculture biologique ou paysanne. C'est énorme !

     

    Convoitées, surexploitées et exposées à la spéculation immobilière, les fermes agricoles, socle de notre alimentation et de nos paysages disparaissent. 200 fermes sont rayées de la carte, chaque semaine, en France ! Et, toujours chaque semaine, 1.300 hectares d'espaces agricoles et naturels sont couverts de béton ou de bitume, sous la pression de l'urbanisation !

     

    La terre s'est transformée en marchandise spéculative (+ 40% en 10 ans) et devient inaccessible aux jeunes agriculteurs, tandis que les campagnes se vident des vieux agriculteurs qui ne parviennent plus à transmettre leur ferme, ni leur savoir.

     

    Devenez actionnaire solidaire (le prix d'une action est de 102 euros), choisissez le projet ou la région, et faites pousser une ferme ! Les engagements de Terre de liens sont simples : Préserver les fermes, restaurer les terres agricoles et les paysages. Favoriser la création d'activités rurales diversifiées (agricoles, culturelles, artisanales ou forestières). Accompagner, soutenir et installer des paysans pour dynamiser l'économie en milieu rural et encourager le développement d'une agriculture biologique, biodynamique et paysanne.

     

    C'est pas beau tout çà ? Allez, courrez sur www.terredeliens.org/campagne/


     

  • Confiscation des terres...

    La violente accélération de la crise alimentaire du début de l’année 2008 a déclenché un essor sans précédent de l’accaparement des terres au niveau mondial.

     

    Les ONG, dénoncent les ententes entre des investisseurs et des gouvernements qui aboutissent à la confiscation de dizaines de millions d’hectares de terres fertiles en Asie, en Afrique et en Amérique latine. Pour GRAIN : « A ce jour, plus de 40 millions d’hectares, dont 20 millions rien qu’en Afrique, ont changé de mains ou sont l’objet de négociations. D’après nos calculs, plus de 100 milliards de dollars US ont été déboursés pour en arriver là.» 

    La plupart des terres confisquées se situent dans des pays en fort déficit alimentaire et les « méga-fermes » qui y sont installées conduisent à une production contrôlée par des multinationales et tournée vers l’exportation. Le premier résultat de ces opérations financières est de faire disparaître l'agriculture paysanne locale, et ainsi d’aggraver l’insécurité alimentaire. 

    Pour Nettie Wiebe, une paysanne canadienne, membre dirigeante de La Via Campesina : « Si le monde veut vraiment éradiquer la faim, il n'y a pas beaucoup d'options. Nous devons soutenir et encourager les paysans à produire des aliments pour les populations locales de façon durable. La véritable solution à la crise alimentaire passe par une reprise du contrôle des moyens de production alimentaire tels que la terre, les semences, l'eau et les marchés locaux par les paysans et les paysannes, et non par les multinationales ».