cesium 137

  • Fukushima : encore 20 ans de problèmes...

    "La situation sur le site de Fukushima ne sera considérée comme maîtrisée que lorsque les combustibles auront été évacués et entreposés en lieux sûrs.

    Pour ce qui est des combustibles entreposés dans les piscines des réacteurs 1 à 4, Tepco annonce un délai de trois ans avant de pouvoir débuter les opérations. Car elles nécessitent la conception et la fabrication d’outils capables de manipuler ces produits qui ne doivent jamais être exposés à l’air libre.

    Quant aux cœurs des réacteurs 1, 2 et 3, il faudra de dix à vingt ans, selon les sources, pour en venir à bout. Tepco ne dispose aujourd’hui que de très peu d’information sur l’état des réacteurs et des cuves de confinement. Seules certitudes : les trois cœurs des réacteurs ont fondu et les cuves ne sont plus étanches. Mais il est aujourd’hui impossible de savoir si le corium formé par la fusion des éléments des réacteurs est resté confiné dans les cuves où s’il s’en est échappé et en quelle quantité.

    Selon l’IRSN, une des premières difficultés à résoudre sera le noyage complet du combustible, impossible aujourd’hui du fait des fuites des cuves et des enceintes. Une opération qui nécessite a priori d’étanchéifier les lieux. Comment y arriver ? Nul ne le sait. Un état des lieux précis est un préalable à la conception de solutions techniques capables peut-être de venir à bout d’une catastrophe de cette ampleur." (Texte écrit par Paloma Bertrand, le 16/09/2011).

    Il faudra donc encore 20 ans pour que Fukushima cesse de polluer et de contaminer les nappes phréatiques et l'Océan Pacifique ! 20 ans de terreur pour les Japonais, qui continueront d'être exposés à la radioactivité de l'eau potable, des légumes, du bétail et du poisson, toute la chaîne alimentaire étant contaminée et continuant de l'être... Dangereux le nucléaire ? Allons...

     

     

  • Planète radioactive dès 2012 ?

    "Aujourd’hui, sept semaines après le tsunami du 11 mars 2011, la situation des réacteurs de la centrale nucléaire de Fukushima-Daiichi se dégrade inexorablement. Le 28 avril, TEPCO annonçait que la radioactivité ambiante était de l’ordre de 1220 millisievert/heure, ce qui correspond à quasiment 10 millions de fois la dose radioactive artificielle admissible en France (1 millisievert/année). TEPCO, réputé pour ses mensonges outranciers depuis le début de la crise, commence à préparer le monde entier à l’éventualité, plus que probable, de son incapacité à contrôler cette catastrophe nucléaire en 9 mois, ainsi que son carnet de route le stipulait. Certains réacteurs sont en fusion totale (et ce, depuis le premier jour), les fuites sont permanentes, les risques d’explosion sont plus que plausibles, etc, etc. Alors que les émissions d’isotopes de césium 137, de strontium 90, d’iode 131, de plutonium 239… contaminent en permanence l’atmosphère et l’océan, la presse Occidentale, aux ordres de la mafia globaliste, qualifie la situation de stable, ou d’ailleurs ne la qualifie plutôt pas, afin de ne pas paniquer les foules et surtout de ne pas courroucer le gang nucléaire. La situation est effectivement stable: la pollution radioactive de Fukushima pourrait durer de longues années à moins que de nouvelles explosions catastrophiques lui confèrent une tournure beaucoup plus abrupte. Le nord du Japon aurait déjà dû être évacué. A quand l’évacuation de Tokyo et de la totalité du Japon?

    Aux USA, le plutonium 238 et le plutonium 239 sont apparus à partir du 18 mars: en Californie et à Hawaï, ils furent respectivement 43 fois et 11 fois plus élevés que le niveau maximal répertorié durant les 20 dernières années. En mars, l’eau de boisson de San Francisco contenait 181 fois la dose admissible d’iode 131. Le 4 avril, l’eau de pluie de Boise dans l’Idaho contenait 80 fois la dose admissible d’iode 131 ainsi que du césium 137. En début avril, le taux de césium 137 dans les sols, près de Reno dans le Nevada, était 30 fois supérieur à la dose admissible. Egalement en avril, on a retrouvé dans de très nombreuses régions des USA, du césium 134, du strontium 89, du strontium 90 et même de l’américium et du curium. Tous ces isotopes radioactifs se sont également déposés en Europe et si on ne les trouve pas, c’est qu’on ne les cherche pas.

    Avant la fin de l’année 2011, tous les sols de la planète seront inexorablement contaminés par l’irradiation quotidienne et permanente des réacteurs de Fukushima. Il en sera de même pour les océans et les nappes phréatiques. C’est alors que les isotopes radioactifs de Fukushima vont entamer un long processus de bioaccumulation en remontant les divers échelons de la chaîne alimentaire. En 2012, la totalité de la chaîne alimentaire planétaire sera radioactive et donc hyper-toxique pour la santé humaine."...

    ..."Quant à l’Union Européenne, fidèle à ses fondement totalitaires et anti-démocratiques, elle se moque éperdument des peuples et roule pour les multinationales et le gang nucléaire: sous peu, elle aura fait passer à la trappe tous les compléments alimentaires et toutes les plantes médicinales, de même que toutes les préparations naturelles utilisées par les techniques d’agro-écologie. Et c’est cette même Union Européenne qui vient de multiplier les doses admissibles de radioactivité, dans les aliments, de 20 fois sous prétexte qu’il vaut mieux consommer des aliments radioactifs plutôt que de faire face à des pénuries alimentaires."

    Extrait de l'article paru sur Kokopelli : http://www.kokopelli-blog.org/?p=375

  • Le nuage radioactif japonais arrive chez nous ce mercredi...

    "Que vont devenir les rejets contaminés issus de la centrale nucléaire de Fukushima, au Japon ? Envoyé dans l'atmosphère par les réacteurs endommagés, le panache radioactif se déplace au gré des vents en se diluant progressivement. Une modélisation de sa route est disponible sur le site de l'Institut de radioprotection et de sûreté nucléaire (IRSN).

    D'après cette simulation, le panache radioactif pourrait atteindre la France métropolitaine mercredi ou jeudi prochain. Les concentrations attendues de césium 137 dans l'air devraient toutefois être d'un niveau trop faible pour être détectées par les 170 balises d'alerte du réseau de l'IRSN, a rappelé dimanche une responsable de l'Autorité de sûreté nucléaire (ASN). Le césium 137 est pris comme référence dans un cas comme celui de Fukushima, car il est considéré comme représentatif des matières radioactives rejetées à longue distance lors d'un accident nucléaire.

    Ces concentrations de césium 137 au-dessus de la France métropolitaine "seront sans conséquences sanitaires et environnementales" et "si minimes" qu'elles ne pourront être détectées dans l'environnement que par des mesures d'échantillons effectuées dans des laboratoires spécialisés, avait tenu à préciser dès samedi l'IRSN."

    Voilà pour le communiqué officiel de météo France. C'est déjà bien d'être au moins prévenu deux jours avant et pas trois jours après comme avec Tchernobyl... Par contre, ils n'évoquent que le Césium 137, et pas l'Uranium utilisé dans un des réacteurs. Ensuite, quelque soit la dose, ce n'est jamais bénin. 

    Ce nuage, que vous pouvez voir sur l'adresse ci-dessous, prouve une nouvelle fois que nous n'avons qu'une seule planète, qu'elle est bien petite, et que ce qui se passe à l'autre bout du monde nous concerne aussi...

    http://www.irsn.fr/FR/popup/Pages/irsn-meteo-france_19mars.aspx

     

  • Cool, les centrales nucléaires...

    Selon un article de Béatrice Héraud sur Novethic, « Tchernobyl est une catastrophe qui dure ; contrairement à ce que l’on pense, le problème continue de croître ». 24 ans (le 26 avril 1986) après l’explosion du réacteur de la centrale nucléaire, le constat dressé par Yves Lenoir, ancien de Greenpeace et des Amis de la Terre, aujourd’hui président de l’association Enfants de Tchernobyl Bélarus, est alarmant. En Bélarussie -le pays le plus affecté- 500 000 enfants sont contaminés, et sans doute le double si l’on prend en compte ceux d’Ukraine et de Russie. Sans compter les adultes. « Ces populations ont encore toute une série de symptômes et de maladies dus à une contamination chronique : elles sont victimes de problèmes vasculaires, cardiaques, rénaux ou nerveux. Les enfants sont particulièrement touchés : dans les zones contaminées, 80% d’entre eux ont des troubles du système nerveux qui les empêchent par exemple de suivre les cours », explique la députée européenne du groupe des Verts/Ale, Michèle Rivasi, qui revient de Tchernobyl. « Et l’on note encore des désordres génétiques qui perdureront donc même une fois que la radioactivité aura disparu », souligne Yves Lenoir. Certains scientifiques avancent déjà un chiffre minimum de 7 générations.

     

    Car aujourd’hui, les sols sont encore empoisonnés par les substances radioactives. Et avec eux, les aliments qui y poussent, l’eau des nappes phréatiques, ou le poisson des rivières. « Le problème est que le césium 137 est un métal très volatil -ce qui fait que la zone affectée s’étend-, et son taux de décroissance est très faible ; il faut 30 ans pour en diminuer de moitié la radioactivité, ce qui fait qu’elle disparaîtra seulement dans 200 ou 300 ans…De plus la contamination des aliments dépend de la qualité du sol ; un sol très contaminé pourra laissé passer moins de césium 137 dans les cultures qu’un autre moins irradié. Il est donc très important de faire des mesures par région et par individu », explique Yves Lenoir.

    Aujourd’hui cependant, un seul institut indépendant fait ce travail en Bélarussie, le Centre Belrad, spécialisé dans le suivi et le soin des enfants irradiés. Mais il manque cruellement de moyens : autrefois financé par le gouvernement et d’autres pays ou fondations, il dépend aujourd’hui quasiment de l’association des Enfants de Tchernobyl Bélarus qui lui a versé 180 000 euros en 2009. De quoi accorder seulement 2 cures par an de pectine de pomme (qui permet de diminuer la concentration de césium 137 dans le corps) à 2 000 enfants quand il en faudrait 4 par an pour 500 000 enfants, particulièrement ceux vivant dans les campagnes, extrêmement pauvres, et où l’on consomme les cultures locales.

    En Ukraine, le système de suivi des victimes est encore plus alarmant, et la crise financière n’a pas arrangé les choses, estime Michèle Rivasi. Selon l’ambassade d’Ukraine en France, le coût total de la catastrophe est estimé à « 179 milliards de dollars jusqu’en 2015 », mais le pays « a dû abandonner le suivi des victimes de Tchernobyl et nous sommes très inquiets du délabrement des hôpitaux », déclare la députée. Or, toujours selon l’ambassade, « en avril 2010, quelque 2,3 millions de citoyens ukrainiens (parmi lesquels 0,5 million d’enfants) ont le statut de victimes de la catastrophe de Tchernobyl. Pendant les douze dernières années, le nombre de victimes a diminué de 26%, tandis que le nombre de personnes handicapées a augmenté de 80%. Actuellement on compte 110 000 adultes et 2 600 enfants handicapés suite à la catastrophe, alors qu’en 1991, leur nombre était évalué à 2 000 personnes »

     

    La semaine dernière, des scientifiques russes et ukrainiens, parmi lesquels Alexey Yablokov, ancien conseiller environnemental du président de Boris Eltsine et membre de l’Académie des sciences de Moscou, a présenté ses travaux au Parlement européen, à Strasbourg. Ses recherches, étayées par plus de 5000 articles dont la plupart n'avaient jamais été publiés en anglais, ont été compilées dans un livre publié récemment par l’Académie des Sciences de New York: « Tchernobyl ; les conséquences de la catastrophe pour les populations et l’environnement ». Il y établit un bilan catastrophique : au total, entre 1986 et 2004, le drame aurait provoqué la mort de près d’1 million de personnes à travers l’Hémisphère Nord (le nuage s’étant propagé jusqu’aux USA et au Canada) dont 112 à 125 000 liquidateurs, ces personnes venues éteindre l’incendie du réacteur puis nettoyer le site.

    Des chiffres très éloignés de ceux publiés en 2005 par l’OMS pour qui « moins d’une cinquantaine de décès a été attribuée directement à cette catastrophe », quand 4 000 ont souffert de cancers de la thyroïde et que 4 000 « pourraient à terme décéder des suites d’une radio-exposition consécutive à l’accident ». Quant à l’impact de Tchernobyl sur la santé mentale, il émane essentiellement de « l’absence d’informations précises » Dans son rapport, l’OMS cite ainsi Mikhail Balonov, spécialiste des rayonnements à l’Agence Internationale de l’énergie atomique : « dans la plupart des zones, les problèmes sont économiques et psychologiques, pas sanitaires, ni environnementaux. »

    Un bilan très contesté. Car en plus de l’impact psychologique que peut provoquer la catastrophe et ses conséquences, « il faut savoir que le comportement apathique et le manque de concentration des enfants ainsi que les dépressions, qui ont donné lieu à un taux anormalement élevé de suicides chez les liquidateurs sont aussi dues aux irradiations elles-mêmes », souligne Yves Lenoir. De plus, « le chiffrage précis des victimes est très difficile car, 25 ans après, d’autres facteurs rentrent en jeu. Toutefois, si l’on compare avec des populations non irradiées, le taux de mortalité (jusqu’à 45 ans) est 3 fois supérieur dans les zones contaminées (10 fois pour la mortalité périnatale), l’espérance de vie beaucoup plus faible et le taux de morbidité (maladie) extrêmement élevé », ajoute-t-il. En outre, il existe une « chape de plomb » autour de la catastrophe : par exemple certaines identités des liquidateurs sont encore secrètes et la zone contaminée de Russie est entourée du plus grand secret (pas très normal...). Enfin, « l’Organisation mondiale de la santé est liée à  l’agence internationale de l’énergie atomique (AIEA)(tiens donc, comme c'est étonnant !) et les chiffres fournis par ces agences de l’ONU ont volontairement été sous-évalués afin de protéger la réputation de l’industrie nucléaire », estime Michèle Rivasi. Des informations pourtant indispensables à l’heure de la relance du nucléaire, un peu partout dans le monde…

    Et comme en Belgique, le gouvernement (vous savez, le provisoire) a voté pour la prolongation de service de nos vieilles centrales nucléaires, alors qu'elle sont arrivées à un âge où les plus anciennes d'entre-elles, arrivées en fin de vie, devraient être démontées et recyclées (fameux budget, çà !), le prochain Tchernobyl risque fort d'être beaucoup plus proche de nous...

    Ce sujet prouve une fois de plus que l'information donnée est mensongère, qu'il existe des liens entre l'OMS et l'AIEA qui ne devraient pas exister, que l'ONU nous trompe, que les Etats eux-mêmes nous cachent la vérité, et encore plus grave, que les victimes innocentes de ce terrible accident ne sont toujours pas prises en charge comme elles devraient l'être !

    Tout cela pour faire passer l'idée que "C'est cool les centrales nucléaires...". Alors que les risques liés à ce mode énergétique ainsi que les problèmes non résolus qu’il soulève, tels que la gestion de déchets hautement radioactifs et la mise en arrêt de centrales vieillissantes, ne sont jamais mis en avant. Tout comme le fait que remplacer les centrales nucléaires par des centrales d'énergies renouvelables (solaire, éolien, cogénération, etc.), consommerait 30 fois moins de CO2, et sans aucun risque pour la santé...  Terriens, il est temps d'agir...